L'ancien défenseur des Sénateurs, Chris Phillips
L'ancien défenseur des Sénateurs, Chris Phillips

Nouvelle fondation et nouveau chandail pour les Sénateurs

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Pendant 17 saisons, Chris Phillips a fait le gros de son travail dans les coins de patinoire ou devant le filet des siens au centre Canadian Tire. L’ancien défenseur des Sénateurs se retrouvera maintenant derrière un bureau pour une bonne cause.

Phillips a accepté de diriger la nouvelle fondation de l’équipe. Il a été nommé mercredi directeur général de la Fondation communautaire des Sénateurs.

L’entité prend la relève de la Fondation des Sénateurs dont le partenariat avec l’organisation de la LNH a pris fin dans la controverse au début de juin.

«Je n’aime pas vraiment ça être assis derrière un bureau. Mais je vais m’y habituer», a lancé en riant Phillips, dont le numéro 4 a été retiré en février dernier.

Ce dernier a été approché au sujet de ce poste, il y a un mois, par le nouveau président des opérations commerciales des Sénateurs, Anthony LeBlanc. La discussion n’a pas traîné en longueur.

«Ça semblait un mariage naturel. Je suis à l’aise à travailler dans le domaine communautaire. Plus j’y ai pensé, plus ça m’excitait», a affirmé Phillips.

Le père de famille, qui a pris sa retraite en 2016, est devenu un pilier dans la communauté au fil de la dernière décennie en compagnie de sa conjointe Erin. Ils ont épaulé plus de 20 organismes et causes caritatives, dont le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, Movember Canada, les 24 heures de Tremblant et le Hockey contre le cancer.

Phillips a aussi travaillé pour sensibiliser la population et amasser des fonds à la suite des incendies qui ont dévasté sa ville d’origine de Fort McMurray en Alberta en 2016.


« Ça semblait un mariage naturel. Je suis à l’aise à travailler dans le domaine communautaire. Plus j’y ai pensé, plus ça m’excitait. »
Chris Phillips

Plusieurs réunions l’attendent dans les prochaines semaines. «Nous partons de zéro pour bâtir cette nouvelle fondation, a-t-il noté.

«Nous allons regarder comment l’ancienne fondation fonctionnait. Nous allons examiner comment nous pouvons améliorer tout ça. Il y a beaucoup de gens qui souffrent en ce moment en raison de la pandémie. Nous voulons commencer nos activités le plus tôt possible afin de recueillir le plus d’argent possible pour aider le plus grand nombre de personnes possibles.»

Phillips l’a avoué. Beaucoup de travail l’attend, surtout pour réparer les pots cassés par l’organisation à la suite de son divorce avec l’ancienne fondation, qui était populaire dans le milieu caritatif.

LeBlanc, lui, affirme que la création de la Fondation communautaire des Sénateurs et la nomination de Phillips s’avèrent un premier pas «pour reconnecter» avec la communauté.

L’équipe de la LNH a décidé d’effectuer son annonce devant le centre d’évaluation Brewer d’Ottawa. Elle a indiqué que des figurines de type «Bobblehead» à l’effigie de ses joueurs seront remises à tous les enfants qui subiront un test de dépistage à la COVID-19 à cet endroit.

Les premières figurines en lice? Celles de Chris Phillips.

À quoi ressemblera le prochain pas que prendront les Sénateurs?

Ça risque d’être la présentation d’un nouveau chandail. Les rumeurs circulent depuis des mois à ce sujet.

Anthony LeBlanc a répété que l’équipe travaille à «renouveler son image de marque». «Le travail était déjà entamé avant mon arrivée», a soutenu le dirigeant québécois embauché en avril.

«Je ne suis qu’une nouvelle paire d’yeux. Mais oui, c’est excitant où les choses s’en vont avec l’organisation, autant sur la glace que dans la communauté. Vous pouvez anticiper des développements à ce chapitre dans les mois à venir.»