Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Victor Mete peut porter à nouveau le numéro 98.
Victor Mete peut porter à nouveau le numéro 98.

Nouveau départ, nouveau numéro pour Mete

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Victor Mete est le tout premier joueur de l’histoire des Sénateurs à porter le numéro 98.

La raison est bien simple, comme il l’a expliqué mardi.

«C’est le numéro avec lequel j’ai littéralement commencé à jouer au hockey à l’âge de six ans. J’ai toujours eu le numéro 98, qui est l’année de ma naissance, donc je l’ai repris maintenant que j’ai été en mesure de choisir le numéro que je voulais», a expliqué celui qui portait le numéro 53 avec le Canadien de Montréal, n’ayant pu reprendre son chiffre de prédilection endossé également dans les rangs junior avec les Knights de London.

Jusqu’à maintenant, ce retour en arrière s’avère positif pour le petit défenseur de 5’ 9’’ et 185 livres, alors que l’entraîneur-chef D.J. Smith estimait après le gain de 2-1 de lundi contre les Canucks qu’il avait disputé le meilleur de ses sept matches avec Ottawa depuis son acquisition par la voie du ballottage à la date limite pour les transactions dans la LNH.

«Il a patiné avec la rondelle pour nous sortir du trouble souvent, je trouve qu’il est bon pour couper le chemin des gars dans la zone défensive. Il n’est pas un gros gars, mais il met son nez partout parce qu’il patine bien et il utilise son intelligence pour se mettre dans le chemin. Il ne cesse de s’améliorer et il est brave pour bloquer des lancers, on peut voir que sa confiance revient. Ça arrive quand un jeune joueur passe d’une équipe à une autre. Ta confiance peut augmenter et diminuer quand tu es jeune», a souligné Smith mardi lors de son point de presse.

Retranché plus souvent qu’à son tour avec le Tricolore, Mete sent lui aussi qu’il retrouve ses repères sur la glace, formant une troisième paire avec Josh Brown qui n’a été sur la glace que pour un seul but de l’adversaire (et un des Sénateurs) depuis son arrivée.

«Je me sens bien. Je pense que le long voyage (de la semaine dernière) m’a aidé à embarquer dans l’équipe et former des liens avec les gars. Je n’avais joué que deux matches avant ça, puis nous sommes allés sur la route et je pense que ça m’a vraiment aidé à me sentir plus confortable. Et je suis d’accord que (lundi), c’était un de mes meilleurs matches. Je suis familier avec le système et les entraîneurs, c’est bon d’avoir gagné leur confiance et de pouvoir jouer à ma manière», a dit l’arrière qui a joué près de 17 minutes.

À 22 ans, il en est déjà à sa quatrième saison dans la LNH, ayant disputé un total de 191 parties. Il sera joueur autonome avec restriction à la fin de la saison, donc il tente de saisir cette chance d’impressionner les Sénateurs, qui devront déterminer s’ils lui font une offre qualificative pendant la saison morte.

«Je suis encore jeune, mais j’ai eu la chance de jouer près de 200 matches, donc j’ai un certain bagage d’expérience, plus que certains gars ici... C’est une équipe très, très jeune, mais lorsque je jouais contre eux, je voyais à quel point ils travaillaient fort et qu’ils étaient rapides. C’est un nouveau départ et c’est bon pour moi d’aller de l’avant. Ça pourrait être un bon endroit pour moi», pense le hockeyeur originaire de Woodbridge, en Ontario.

Järventie signe
Les Sénateurs ont annoncé qu’un de leurs trois choix de deuxième ronde du dernier repêchage, l’attaquant finlandais Roby Järventie, a signé un contrat d’entrée de trois ans qui entrera en vigueur la saison prochaine, en plus de parapher une entente d’essai amateur pour venir finir la présente saison avec le club-école de Belleville, après une quarantaine à son arrivée en ville.

À 18 ans, Järventie a joué pour Ilves Tampere dans son pays cette saison, menant les recrues de l’équipe avec 14 buts et 25 points (cinquième dans la SM-Liiga).

«Nous sommes heureux de mettre Roby sous contrat à un stage aussi hâtif de son développement, a commenté le DG Pierre Dorion par voie de communiqué. Il a déjà montré des talents de compteurs en utilisant son bon lancer et son sens du hockey. Il est compétitif et il sait comment se rendre au filet. S’acclimater au jeu nord-américain pour le reste de cette saison devrait l’aider.»

Forsberg sur la glace
Blessé à la cheville gauche en se réchauffant avant le match de samedi dernier à Vancouver, le gardien Anton Forsberg était de retour à l’entraînement mardi, mais il n’affrontera pas les Canucks mercredi (match à 17 h 30), a indiqué D.J. Smith. «Il est très proche d’un retour. On espère qu’il aura le feu vert pour (samedi) à Montréal», a-t-il dit.

Anton Forsberg n’affrontera pas les Canucks mercredi.

Pour ce qui est de Matt Murray, blessé au bas du corps pendant le match de samedi, «les nouvelles sont un peu meilleures que ce qu’on s’attendait au début, on espère qu’il pourra jouer quelques parties avant la fin de la saison».

Belle initiative des Leafs
L’ancien Sénateur Jason Spezza est à l’origine d’une bonne initiative des joueurs des Maple Leafs, qui vont faire une collecte pour venir en aide aux joueurs du club-école des Marlies qui ont vu leurs salaires être réduits considérablement avec une saison écourtée. Les joueurs des Sénateurs en ont eu vent et ils envisagent de faire quelque chose du genre, a laissé entendre le vétéran Chris Tierney mardi. «On n’en a pas encore parlé, mais je sais que des gars ont discuté déjà de ce qu’on va faire pour les préposés à l’équipement à la fin de la saison, des choses comme ça, et je suis certain que notre groupe de leaders va en parler alors que quelqu’un a mentionné que les Leafs font ça», a-t-il dit.