Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Connor Brown (gauche) et Colin White (droite) bataillent pour la rondelle lors d'un entraînement au camp des Sénateurs.
Connor Brown (gauche) et Colin White (droite) bataillent pour la rondelle lors d'un entraînement au camp des Sénateurs.

Norris et White engagent la bataille au centre

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Quand ils sont arrivés à Ottawa et qu’ils ont dû se soumettre à une quarantaine de 14 jours, Colin White, Josh Norris et Brady Tkachuk ont fait contre mauvaise fortune, bon coeur en se confinant dans la même résidence.

La maison des trois jeunes Américains, louée à l’ancien Sénateur Mark Stone, est assez grande pour permettre non seulement l’installation d’un gymnase pour garder la forme, mais aussi pour tenir des parties de football dans un salon réaménagé.

«On s’ennuyait un peu à toujours jouer à des jeux vidéos. On a trouvé un ballon de football et on a déplacé les sofas un peu. Brady était le quart-arrière alors que ‘Whitey’ et moi, on était un contre un. Heureusement, on n’a rien cassé dans la maison. Ça nous a juste permis de garder notre santé mentale et de s’amuser pendant la quarantaine... À la fin de la deuxième semaine, on en avait assez d’être ensemble», a raconté Norris mardi lors des Zooms quotidiens des Sénateurs.

White a relaté qu’il y avait de solides plaqués lors de ces matches «amicaux» de football-salon.

Colin White

Maintenant, les deux centres sont engagés dans une lutte au camp d’entraînement -- avec d’autres pivots comme Logan Brown, puis Derek Stepan lorsqu’il aura fini sa quarantaine -- pour obtenir le droit de jouer au hockey avec Tkachuk plutôt qu’au football.

Pour la première journée où D.J. Smith avait formé un groupe LNH, c’est Norris, la recrue de l’année dans la Ligue américaine l’an dernier, qui était au milieu du premier trio avec Tkachuk et Evgenii Dadonov.

White, dont Smith a vanté le conditionnement physique et la confiance retrouvée après une saison difficile l’an passé, était entre Nick Paul et le nouveau-venu Austin Watson. 

«Il est tôt dans le camp et il reste des gars à venir, donc je ne m’emporte pas avec ça. C’est bien de jouer avec ‘Chucky’ (Tkachuk) et Dadonov est un gars très intelligent. Je ne me plaindrai pas de mes compagnons de trio, c’est certain», note Norris, une des pièces maîtresses de l’échange qui a envoyé Erik Karlsson à San Jose.

Stepan et Cédric Paquette, qui a patiné pour la première fois avec l’équipe mardi (avec Parker Kelly et Rudolfs Balcers), viennent évidemment brouiller les cartes au centre.

«Je ne contrôle pas les acquisitions de la direction pour améliorer l’équipe. De mon point de vue, ces gars-là (Stepan et Paquette) sont dans la ligue depuis longtemps et je ne peux qu’apprendre d’eux», a ajouté Norris.

Josh Norris

Colin White ne demanderait évidemment pas mieux que de recommencer à jouer avec Tkachuk, avec qui il avait commencé la dernière saison avant d’être supplanté par Jean-Gabriel Pageau. Mais il ne se plaindrait pas non plus s’il pouvait hériter du premier choix Tim Stützle comme ailier gauche.

«Il y a une vraie bataille qui se dessine au centre et il faut s’assurer de se présenter chaque jour et faire les bonnes choses afin de monter dans la hiérarchie. On va avoir deux excellents ailiers gauches de premier et deuxième trio. Et il y a plusieurs autres bons joueurs avec qui on veut jouer. Chose certaine, je pratique au centre et c’est là que je veux jouer cette saison», affirme White, qui s’était contenté de 23 points (7 buts) en 61 matches la saison dernière, à la première année d’un contrat de 28,5 M $ pour six ans.

Smith estime que son centre de 23 ans «n’était peut-être pas prêt pour le défi d’être un centre numéro un ou deux» l’an passé, mais il est revenu «plus fort et plus confiant» après la pause de 10 mois. «C’est un des gars qui travaillent le plus fort chaque jour», a-t-il souligné.

Concernant des jeunes comme Norris et Logan Brown, il s’est dit «prêt à leur trouver une place s’ils la méritent, on a des vétérans comme Paquette qui peuvent être mutés à l’aile, mais Stepan s’en vient pour jouer au centre et montrer aux autres comment le faire». 

Entre les lignes

  • D.J. Smith a laissé entendre mardi que le jeu de puissance de son club va être une priorité pour son équipe cette saison. «C’était une année de transition l’an dernier, on a cherché à changer la culture d’équipe d’abord et l’éthique de travail, et l’avantage numérique a été négligé. On a amélioré notre niveau de talent cette année et il va falloir que l’attaque à cinq soit grandement améliorée», a-t-il déclaré. Ottawa avait fini bon dernier (14,2 % d’efficacité) à ce chapitre en 2019-2020.
  • TVA Sports a annoncé mardi que le réseau diffusera 15 parties des Sénateurs au cours de la saison écourtée, dont deux contre le Canadien de Montréal. Le deuxième match de la saison contre les Maple Leafs de Toronto, le samedi 16 janvier, sera présenté sur TVA Sports2. Les horaires de TSN/RDS ainsi que de CBC/Sportsnet devraient suivre dans les prochains jours. 
  • Le match pour la médaille d’or du Championnat mondial junior a fait l’objet de quelques paris dans le vestiaire des Sénateurs. « Je suis allé voir Thomas Chabot sur la glace pour lui dire qu’on avait une gageure. Drake Batherson aussi», a fait savoir Colin White, qui avait aidé Équipe USA à défaire Chabot et Équipe Canada 5-4 en fusillade en finale du tournoi de 2017 à Montréal.