Lundi dernier, Anders Nilsson a accordé quatre buts sur 12 lancers. «Il faut juste essayer de l’oublier», a confié le gardien des Sénateurs.

Nilsson va tenter de rebondir

NEWARK — Après un match cauchemardesque à Chicago, Anders Nilsson va obtenir une chance de se racheter jeudi contre les Devils.

Le gardien suédois des Sénateurs a profité de la journée de congé de son club dans la ville des vents mardi pour tenter d’oublier sa pire performance depuis son arrivée dans la capitale au début janvier. Lundi, dans la défaite de 8-7 contre les Blackhawks, Nilsson a été retiré après avoir accordé quatre buts sur 12 tirs en un peu plus de 13 minutes de jeu.

« Ce n’était certainement pas un match pour les gardiens, a-t-il lancé mercredi après la pratique des siens à Newark. Je ne sais pas quoi dire, c’est un de ces soirs où la rondelle se retrouvait dans le fond du filet souvent, des deux côtés. C’est le premier match au niveau professionnel où je vois les quatre gardiens jouer dans un match [une période en fait] et qu’il se compte 15 buts en tout. C’est une nouvelle expérience et maintenant, c’est une nouvelle journée, on n’y peut plus rien. Il faut juste essayer de l’oublier. »

Malgré cette soirée à oublier, Nilsson a été solide pour les Sénateurs depuis qu’il a été acquis de Vancouver, présentant une fiche de 7-6-0 avec une moyenne de 2,74 et un taux d’efficacité de ,920, avec un jeu blanc.

Dans ces circonstances, et avec un Craig Anderson qui ne se sentait pas nécessairement prêt à revenir au jeu avant d’être jeté dans la fosse aux lions lundi au United Center pour participer à un 600e match en carrière, l’entraîneur-chef Guy Boucher a dit qu’il voulait renvoyer Nilsson devant le filet le plus rapidement possible, tandis que son gardien numéro un affrontera les Blue Jackets de Columbus vendredi soir lorsque le club va rentrer au Centre Canadian Tire.

« C’était notre plan initial. Si Anderson n’était pas prêt à jouer à Chicago, on voulait lui donner un peu plus de temps et lui demander de jouer la deuxième partie d’un back to back. En fait, le plan original était qu’Andy joue à Chicago ainsi que les deux matches de suite, mais il n’était pas prêt, donc il devait agir comme substitut. Maintenant, je veux que Nilsson retourne devant le filet tout de suite pour qu’il ne reste pas assis sur cette performance. Anderson va avoir un peu plus de temps, il peut jouer, mais il n’est pas 100 % », a expliqué Boucher.

C’est le lot d’un gardien de la LNH d’être en mesure de rebondir à la suite d’une contre-performance. « Peu importe que tu obtiennes un blanchissage, un bon match ou un mauvais match, tu ne peux contrôler les choses qui sont dans le passé, tu ne peux contrôler que ce qui est devant toi, dans l’avenir. C’est la mentalité qu’il faut avoir, surtout en tant que gardien. La journée [de mercredi] à Chicago a été bonne pour ça, la température était bonne pour marcher en ville et penser à autre chose que le hockey pour une journée », a noté Nilsson. Le cerbère de 28 ans ne s’inquiète évidemment pas trop d’être appelé à changer d’équipe à nouveau d’ici la date limite des transactions de lundi, lui qui sera joueur autonome sans compensation le 1er juillet prochain.

Boucher souhaite évidemment que son club joue mieux devant lui que lundi contre les Blackhawks. « Nous n’avons pas été bons dans les détails qui te permettent de gagner. On a essayé un jeu ouvert, run and gun, et ce n’était pas une recette pour gagner, l’autre club était meilleur que nous à ce jeu », a-t-il noté.

« On ne veut pas jouer un match à score de football à nouveau, notait le centre Jean-Gabriel Pageau. Je pense qu’on a joué du bon hockey en deuxième et troisième période. Il y a plusieurs choses qu’on veut changer, qu’on veut améliorer. On a eu une grosse pratique [mercredi] pour remettre les pendules à l’heure et j’imagine que le message a passé et qu’on va être prêts », soulignait le Gatinois.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Tkachuk contre Tkachuk

La date de dimanche, le 24 février, est encerclée sur le calendrier de Brady Tkachuk depuis qu’il a été repêché par les Sénateurs, alors que les Flames de Calgary de son frère Matthew seront à Ottawa pour un premier duel entre frangins. L’attaquant recrue commence à y penser, même si son club a deux autres matches à jouer. « Il y a beaucoup de monde de ma famille qui vont venir, ils vont voir le match de vendredi (contre Columbus) avant celui de dimanche, qui sera pas mal spécial. Je vais le voir samedi quand ils vont arriver, puis dimanche, ce sera la business... Ça va être amusant. Mes parents ont dit qu’ils vont porter du noir, mais mon grand-père a fait faire des chandails spéciaux. Plusieurs membres de la famille vont les porter. J’ai hâte de voir ça », a-t-il indiqué mercredi.

Appui apprécié

L’attaquant Rudolfs Balcers a apprécié le message d’appui que lui a envoyé son compatriote letton Kristaps Porzingis, joueur de basket-ball des Mavericks de Dallas, après son but de lundi à Chicago. « J’étais avec quelques gars de l’équipe quand j’ai vu son tweet et les gars étaient impressionnés. C’était pas mal cool. Il a réussi de belles choses jusqu’à maintenant et c’est pas mal cool que l’on vienne de la même ville [Liepaja]. Je ne l’ai jamais rencontré et je ne savais même pas qui il était avant qu’il soit repêché par la NBA. Peut-être qu’on va se rencontrer à un moment donné », a dit Balcers, qui pense que le hockey est plus populaire que le basket-ball dans son petit pays.

Entre les lignes

L’attaquant Bobby Ryan a raté la pratique de mercredi parce qu’il était malade, mais Guy Boucher s’attend à ce qu’il puisse affronter les Devils, qui ont perdu leur dernier match 4-3 contre les Penguins mardi... Boucher s’est répété au sujet de la date limite des échanges mercredi. « Comme entraîneur, je n’ai pas ressenti d’ambiance particulière entourant la date limite des transactions. Je sais que c’est là, mais ce n’est pas à l’intérieur [du vestiaire]. Les gars dont les noms sont mentionnés sont extrêmement professionnels, donc on ne voit pas de manque de concentration ou de gars qui lâchent. »