Anders Nilsson n’est resté qu’une vingtaine de minutes sur la glace lors de l’entraînement des Sénateurs, mardi. «On a juste voulu garder ses énergies pour demain», a déclaré Guy Boucher.

Nilsson « devrait » affronter l’Avalanche

L’espace de quelques instants mardi matin, un nouveau rebondissement devant le filet des Sénateurs d’Ottawa semblait se dessiner.

Partant désigné pour le match de mercredi contre l’Avalanche du Colorado, le gardien suédois Anders Nilsson a pris le chemin du vestiaire après une vingtaine de minutes à étrenner ses nouvelles jambières et mitaines aux couleurs de sa nouvelle équipe.

Craig Anderson, le cerbère numéro un qui se remet d’une commotion cérébrale, est pour sa part resté jusqu’à la toute fin de l’entraînement pour la première fois, avec le jeune Marcus Högberg.

Finalement, dans le cas de Nilsson, c’était surtout une mesure de précaution en raison d’un genre de grippe, a indiqué l’entraîneur-chef Guy Boucher après l’entraînement tenu au Centre Canadian Tire.

« On l’a retiré de la pratique parce qu’on savait auparavant qu’il a un petit virus à l’estomac. On a juste voulu garder ses énergies pour demain, a-t-il assuré. Il devrait pouvoir jouer [mercredi], d’après l’information qui m’a été refilée. »

Il ne serait donc pas question de précipiter le retour d’Anderson, absent depuis le 21 décembre dernier lorsqu’il a été sonné lors d’un match contre les Devils du New Jersey. Surtout qu’au cours de sa réhabilitation d’une commotion cérébrale, il a déjà eu un recul dans sa progression il y a une dizaine de jours.

« Il était rendu là dans sa progression [une pratique complète], donc on va attendre de voir comment il se sent par la suite. Avec cette blessure, il faut attendre presque jusqu’en fin de journée ou le lendemain pour savoir comment ça s’est passé. On va espérer que ça continue à bien aller et peut-être qu’alors, il sera disponible en fin de semaine... Avec ces blessures, tu ne peux pas planifier, il n’y a pas d’échéancier précis, contrairement à un cas comme [Thomas] Chabot récemment [ligaments étirés à une épaule], c’était pour être environ trois semaines. Avec une commotion, ça peut être plus long, ou ça peut être plus court même si le gars a été mis K.-O. C’est difficile à prédire », a indiqué Boucher.

Rétrogradation imminente ?

Par ailleurs, le jeune Marcus Högberg, n’a pas vu son père être invité à traverser l’Atlantique pour prendre part au « voyage des pères » qui débutera jeudi quand le club mettra le cap vers la Caroline et qui prendra fin samedi à St. Louis.

« Je ne sais pas ce qui se passe avec Anders et Craig, donc je vais me préparer comme d’habitude pour n’importe quel match et on verra ce qui va arriver demain. Je ne sais pas combien de temps je vais être ici encore, donc je prends ça au jour le jour et j’essaie de m’améliorer. Je pense avoir beaucoup appris au cours des dernières semaines passées ici. Quand je vais retourner [à Belleville], je veux bien jouer et travailler fort pour obtenir des départs ‘en bas’ », a-t-il confié au Droit.

Au cours de son premier séjour dans la LNH, il a obtenu trois départs, présentant une fiche de 0-2-1 avec une moyenne de 4,08 et un taux d’efficacité de ,884. Sa meilleure sortie a été le 2 janvier contre les Canucks, le jour de l’acquisition de Nilsson, dans un revers de 5-4 en prolongation où il a fait face à 45 lancers.

+

FEU VERT POUR CHABOT

Thomas Chabot a officiellement reçu le feu vert du personnel médical des Sénateurs et il effectuera donc bel et bien son retour au jeu mercredi soir contre le Colorado. 

«Je me sens bien, j’ai demandé aux gars de me frapper un peu plus pendant la pratique et j’ai encaissé quelques coups de plus à la fin, et ça va bien. Je n’ai juste pas demandé à Boro (Mark Borowiecki) de le faire, de peur qu’il y aille trop fort. Non, c’est une blague. J’ai juste bien réagi aux mises en échec qu’on m’a données», a-t-il dit après la pratique de mardi. 

«Chabot va être prêt à revenir, donc c’est bien... Justin Falk va mieux, Ben Harpur aussi mais je ne sais pas. À la défense, nous allons avoir des décisions à prendre», a laissé entendre Guy Boucher, se disant ouvert à la possibilité d’utiliser sept défenseurs étant donné qu’il a déjà confirmé son intention de garder Christian Wolanin dans l’alignement.