Le dg des Sénateurs, Bryan Murray.

Nick Paul, un éternel négligé

Nick Paul doit savoir que les fans d'Ottawa sont déçus. Dans la transaction impliquant Jason Spezza, ils auraient souhaité que Bryan Murray obtienne des espoirs un peu plus connus du grand public.
Paul doit être au courant de tout cela, mais ce n'est pas le genre de truc qui va l'atteindre. Il a l'habitude de passer inaperçu.
Le mois prochain, il participera quand même au camp d'été d'Équipe Canada Junior. Pas mal pour un éternel négligé.
« Lors de mon année de repêchage dans la LHOntario, je mesurais tout juste cinq pieds et cinq pouces. Ça pourrait expliquer pourquoi j'ai été repêché en cinquième ronde », raconte-t-il.
Paul passe la semaine à Ottawa. Avec l'autre espoir acquis des Stars mardi, Alex Guptill, il prend part au camp de perfectionnement estival des Sénateurs.
Il mesure aujourd'hui près de six pieds et quatre. Les choses ont bien changé.
Un autre truc a frappé les gens qui se trouvaient au Sensplex de Kanata pour assister à sa première séance d'entraînement : la puissance de ses tirs.
Ils lui ont permis de marquer 26 buts, l'hiver dernier, chez le Battalion de North Bay.
« Même quand j'étais plus petit, c'était un de mes principaux atouts. J'ai un frère qui est né huit ans avant moi. Notre père est assez sévère. Nous avions une patinoire dans la cour arrière de notre résidence quand nous étions enfants. Mon père pouvait me faire passer une heure par jour sur la glace à travailler sur mes lancers. Je détestais cela quand j'étais petit. Aujourd'hui, je suis reconnaissant. »
Paul retournera dans les rangs juniors l'an prochain.
Guptill, en revanche, entreprendra sa carrière dans les rangs professionnels.
« J'ai discuté avec quelques personnes depuis mon arrivée ici. On m'a dit qu'il pourrait y avoir quelques ouvertures à Ottawa en début de saison. Mon objectif premier sera donc de me tailler un poste dans la LNH », a-t-il déclaré hier matin.
S'il y parvient, il causera une surprise de taille. Il devrait logiquement se retrouver à Binghamton sous les ordres de Luke Richardson. « Je dois améliorer mon jeu sans la rondelle », concède celui qui évoluait dans la NCAA l'hiver dernier.
Par ailleurs, les Sénateurs ont mis un autre attaquant sous contrat hier. Le vétéran des ligues mineures Carter Camper a paraphé un contrat à deux volets d'une durée d'un an.