Nick Paul s’est foulé une cheville le 7 janvier dernier. Son retour avec les Sénateurs est imminent.

Nick Paul est presque prêt à revenir au jeu

Nick Paul pourrait être un bon porte-parole pour un certain établissement de relaxation de Chelsea.

L’attaquant des Sénateurs se prépare à revenir au jeu, possiblement dès mardi soir lors de la visite des Ducks d’Anaheim au Centre Canadian Tire, ce qui est un peu en avance sur l’échéancier fixé par les médecins de l’équipe quand il s’est foulé le haut d’une cheville le 7 janvier dernier à Washington.

Une révélation de la première moitié de saison après son rappel de Belleville, l’ailier gauche de 24 ans donne beaucoup de crédit aux thérapeutes de l’équipe pour l’avoir remis sur pied aussi rapidement.

Mais pendant que ses coéquipiers ont pour la plupart pris la direction du Sud pendant la pause du Match des étoiles de la LNH, Paul a profité de deux jours de congé seulement afin de faire des traitements d’un autre genre.

« Je suis resté ici pour poursuivre mes traitements, et lorsque j’ai eu congé, je suis allé au Nordik, qui est un endroit fantastique. La plupart du temps, j’allais d’un bain chaud à un bain froid, puis je mettais de la glace avant un flush et des exercices pour la cheville. Ça s’est bien passé en général et me voici », a-t-il raconté lundi, après avoir participé à un premier entraînement où il pouvait être impliqué dans des contacts physiques.

En rentrant au vestiaire, Paul a laissé entendre qu’il se sentait bien. La semaine dernière, il ressentait encore un peu de douleur en effectuant des virages et des freinages sur la glace.

« Je me sentais vraiment bien [lundi], ça m’a permis de voir comment je me sens lors des batailles dans les coins de patinoire. Je pense que j’ai retrouvé ma force [dans la cheville] et que ça va tenir. Il me reste à retrouver mon conditionnement physique et on verra [quand il pourra réintégrer l’alignement] », a dit l’attaquant qui a six buts et 13 points à sa fiche en 38 parties cette saison.

Son entraîneur D.J. Smith a remarqué que Paul « patinait très bien » à l’entraînement, mais il va attendre de discuter avec les thérapeutes athlétiques de l’équipe mardi avant de prendre une décision dans son cas.

« Les gars que nous avons dans l’alignement présentement font bien, donc nous allons nous assurer qu’il soit à 100 % [avant de l’insérer dans celui-ci] », a-t-il ajouté.

Avant sa blessure, Paul avait gagné la confiance de son entraîneur pour affronter les meilleurs attaquants adverses sur un trio où il se retrouvait à gauche de Jean-Gabriel Pageau et Connor Brown.

Après avoir passé la majorité des quatre saisons précédentes dans les mineures, l’Ontarien qui avait été acquis des Stars de Dallas dans l’échange de Jason Spezza espère que tout ne sera pas à recommencer pour lui à son retour au jeu.

« Je ne pense pas avoir à repartir à zéro, je dois juste reprendre où j’avais laissé. Je commençais à jouer avec de la confiance et à un bon rythme. Je dois continuer à faire ça. Je connais mon rôle et il ne changera pas, je ne serai pas un joueur différent en revenant. Il faut que je sois le premier en échec-avant, que je cause des revirements et que je sois bon défensivement, un bon gars d’équipe », a-t-il noté.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Pas inquiet pour Duclair

La séquence de matches sans but de l’attaquant Anthony Duclair s’est étirée à 14 parties lors du revers de samedi à Toronto, le meilleur compteur de l’équipe étant arrêté à 21 buts depuis le 21 décembre dernier. L’entraîneur-chef D.J. Smith a indiqué lundi qu’il aimerait mieux ne pas parler de cette léthargie du numéro 10, qui sera sous les feux de la rampe mardi avec la visite de Willie O’Ree dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs. «Moins, c’est plus dans son cas. En parler ne l’aide pas. Je suis certain qu’il se demande dans sa tête quand une rondelle va finalement rentrer. Il ne peut que travailler fort, et quand vous travaillez fort, de bonnes choses vont arriver», a-t-il dit. Duclair a quatre passes lors de ces 14 parties sans secouer les cordages.

***

Gustavsson à l’honneur

Autre signe que tout baigne dans l’huile avec le club-école des Sénateurs à Belleville, le gardien Filip Gustavsson a été nommé le gardien par excellence du mois de janvier dans la Ligue américaine de hockey alors qu’il a présenté une fiche de 4-0-1 avec une moyenne de buts alloués de 1,78 et un taux d’efficacité de ,948 en cinq départs. L’espoir obtenu dans un échange qui avait envoyé le Gatinois Derick Brassard à Pittsburgh a récolté son premier jeu blanc dans la LAH le 20 janvier, un gain de 3-0 à Rockford. Le Suédois de 21 ans avait connu un début de saison assez difficile, éclipsé par Marcus Högberg puis Joey Daccord, mais bien appuyé par l’attaque, sa fiche pour l’ensemble de la campagne est quand même excellente à 12-5-2 malgré d’autres statistiques moyennes (3,24 et ,891).

***

Entre les lignes

  • En plus de la visite de Willie O’Ree, le match de mardi soir sera la culmination d’un camp de deux jours du programme Sans limites des Forces canadiennes, alors qu’une équipe de 17 militaires malades ou blessés côtoient les Anciens des Sénateurs depuis lundi. Programme parrainé par le défenseur Mark Borowiecki (Soldier On, en anglais), le fait saillant du camp sera un match contre les Anciens mardi après-midi au CCT.
  • Les petits Senators ont récupéré leur capitaine, Jordan Szwarz, samedi à Laval dans un gain de 5-4 en prolongation après une remontée de trois buts lors des sept dernières minutes de jeu. Belleville rendra maintenant visite aux Marlies de Toronto mardi soir.