Les Sénateurs retrouveront jeudi ceux qui les ont éliminés lors de la finale de l’Est l’an dernier.

Motivation assurée, jambes incertaines

Il est pas mal acquis que les Sénateurs seront hautement motivés jeudi soir alors qu’ils retrouveront pour la première fois le club qui les a éliminés le printemps dernier en finale de l’Est, avec un but de Chris Kunitz en double prolongation lors du septième match de la finale de l’Est remportée par les Penguins de Pittsburgh.

Il est moins certain qu’ils auront toutes leurs jambes à leur retour à la maison, après leur voyage éclair outre-mer. Ils ont beau avoir voyagé par vol nolisé de première classe et avoir bénéficié de deux jours complets de congé pour se remettre du décalage horaire, l’entraîneur-chef Guy Boucher ne peut être assuré que ses ouailles seront à leur meilleur.

« Je n’ai jamais vécu ce que nous allons vivre (jeudi), j’ai vécu le contraire à plusieurs reprises. Je pense que nous avons bien géré les choses en allant en Suède. Nous avons fait tout ce qu’il fallait pour offrir de bonnes performances, ce qu’on a fait. Mais en revenant ? Je ne sais pas combien de temps ça va prendre, comparativement à une autre équipe qui n’a pas vécu ça. On verra. La qualité de l’adversaire que nous rencontrons va jouer pour beaucoup là-dedans. On va espérer que nos esprits et nos corps soient de retour pour donner la meilleure bataille possible aux champions en titre de la coupe Stanley », a laissé entendre Boucher.

Ce dernier a trouvé que l’entraînement de mercredi s’est bien déroulé, mieux qu’il pensait que ça irait en arrivant au Sensplex. « C’était peut-être parce qu’il faisait froid dans l’aréna, que nous sommes motivés ou que les deux jours de congé nous ont donné un esprit frais, peut-être les trois. Les gars étaient excités », a-t-il noté.

Affecté passablement par le décalage à son arrivée à Stockholm, le Gatinois Derick Brassard rapportait que le retour à l’heure avancée de l’Est (six heures de différence avec la Suède) s’était bien passé. 

« Ils disent que c’est plus facile en revenant et c’est le cas, le sommeil est pas mal mieux depuis qu’on est revenus que lorsqu’on était en Suède. On essaie de s’adapter au ‘nouveau’ temps, après une belle semaine là-bas. On est bien content de revenir à la maison cependant et il n’y a rien de mieux que d’affronter une bonne équipe pour nous remettre sur le droit chemin», estime Brasard.

Le nouveau venu Matt Duchene effectuera ses débuts au Centre Canadian Tire à cette occasion et il aura l’occasion de jouer devant ses parents ainsi que plusieurs autres membres de sa famille, lui qui a des oncles et tantes qui habitent à Cornwall et Kemptville.

« Dans l’Ouest, on ne voyait Pittsburgh que deux fois par saison. C’est excitant de les voir plus souvent, tu as la chance de te mesurer à certains des meilleurs joueurs de la ligue. C’est automatiquement quelque chose qui te motive, sans parler du fait qu’ils ont gagné la coupe Stanley deux années de suite. C’est un bon défi pour nous en tant que groupe... Nos attentes dans ce vestiaire sont élevées, ce n’est pas de la pression, c’est ce qu’on s’attend de nous, ce que les entraîneurs exigent de nous et que la ville attend aussi. Je trouve ça très positif comme environnement », a mentionné Duchene, qui a dit avoir « utilisé un réservoir d’essence complet » à se promener à travers la région de la capitale avec son épouse à la recherche d’une résidence où emménager.

L’attaquant Alexandre Burrows ne cachait pas qu’il a hâte aux retrouvailles avec les Penguins, lui qui avait été blessé à la cheville au milieu de la série contre eux. « C’est un gros match pour nous, c’est comme ça qu’on le voit. Ce sont les champions de la coupe Stanley qu’on a affrontés l’an passé en séries, on a encore un petit goût amer dans la bouche. Demain, on les revoit pour la première fois. On va essayer de jouer un bon match et les battre... C’est une équipe qui nous a enlevé le tapis de sous les pieds et ils ne sont pas mes préférés », a-t-il noté.

LES SÉNATEURS EN BREF

Borowiecki de retour aussi

Comme Bobby Ryan, le défenseur Mark Borowiecki a participé à l’entraînement des Sénateurs mercredi et il s’est déclaré rétabli d’une mystérieuse maladie qui lui a fait rater les cinq derniers matches des siens, incluant le voyage en Suède. « Je suis prêt, je crois que je vais jouer (jeudi), a-t-il dit après la pratique. Je me sens beaucoup mieux et c’est bien de revenir avec les gars. Je vais garder les choses privées pour l’instant (concernant sa maladie)... Ça a été difficile et j’avais bien des choses qui me trottaient par la tête. Je n’ai pas trop porté attention au hockey comme je le fais normalement. C’était difficile de ne pas être avec les gars... Mais certaines choses passent avant le hockey et je remercie l’organisation pour tout ce qu’ils ont fait dans cette situation, ils ont fait des courbettes pour moi. »

Un rappel à venir

Guy Boucher avait l’alignement minimum de 20 joueurs sous la main mercredi, avec 18 patineurs et deux gardiens., étant donné que trois joueurs (Ben Harpur, Nck Paul et Jack Rodewald) avaient été rétrogradés à Belleville pour leur match de mercredi soir, les petits Senators étant affligés par les blessures. Les Sénateurs ont cependant l’intention de rappeler un joueur de Belleville, probablement un attaquant, comme police d’assurance en vue de la partie de jeudi. Boucher, en passant, a dit que Harpur « ne méritait pas de retourner dans la Ligue américaine, on va se dire les vraies affaires ». Harpur avait disputé les deux parties en Suède, jouant une trentaine de minutes en tout et offrant du jeu solide comme lors des séries du printemps dernier, malgré un différentiel de moins-1.

Entre les lignes

Boucher a indiqué que Craig Anderson sera le gardien partant contre les Penguins, lui qui a une fiche en carrière contre eux de 5-8-3 avec une moyenne de 285 et un taux d’efficacité de ,917... Derick Brassard est à trois points du plateau des 400 en carrière dans la LNH... Mark Stone a neuf buts et quatre passes à ses neuf derniers matches... Mike Hoffman tentera d’établir une nouvelle marque personnelle en amassant au moins un point pour un 9e match consécutif, une séquence où il a récolté 11 points, dont 3 buts... Erik Karlsson a pour sa part amassé au moins un point à ses sept dernières sorties, où il a récolté un but et 10 passes... Les Penguins n’ont pas perdu en temps réglementaire à domicile (6-0-1) mais ils ont un dossier de 4-7-2 à l’étranger.