Condon a été solide durant un premier tiers où il a fait face à 17 lancers.

Mike Condon et Marcus Högberg s'illustrent à Toronto

Pierre Groulx doit aimer ce qu'il voit jusqu'à maintenant.
L'entraîneur des gardiens chez les Sénateurs a envoyé quatre de ses protégés devant le filet depuis le début du calendrier préparatoire. Chacun leur tour, ils ont réussi à tirer leur épingle du jeu.
Craig Anderson et Danny Taylor ont lancé le bal, lundi, dans une victoire contre les Maple Leafs de Toronto au Centre Canadian Tire.
Vingt-quatre heures plus tard, Mike Condon et Marcus Högberg ont pris la relève. Ensemble, ils ont réalisé 38 arrêts sur la patinoire du Air Canada Centre. Ils ont permis aux Sénateurs de signer une deuxième victoire en autant de soirs contre leurs ennemis jurés.
Les Sénateurs ont remporté ce deuxième match, 5-2.
Condon a été solide durant un premier tiers où il a fait face à 17 lancers. Au troisième tiers, Högberg a réalisé 15 arrêts.
Pour ce match présenté devant leurs partisans, les Leafs avaient assemblé un club de vétérans. Deux d'entre eux, Patrick Marleau et James van Riemsdyk.
« Ça fait mon affaire d'affronter un club de vétérans. On verra quels joueurs ont la capacité, chez nous, de les affronter », avait déclaré Guy Boucher en début de journée.
Logan Brown, Fredrik Claesson, Erik Burgdoerfer, Filip Chlapik et Patrick Sieloff ont inscrit les buts du club gagnant.
Les deux derniers ont marqué des buts dans un filet désert, en toute fin de soirée.
Burgdoerfer, un défenseur de 28 ans qui a disputé ses deux premiers matches en carrière dans la LNH à Buffalo, l'an dernier, a inscrit le but de la victoire au troisième tiers. Il a réussi à s'échapper en quittant le banc des pénalités. Avant le match, les Sénateurs ont libéré l'attaquant suisse Pius Suter. Ce dernier est maintenant libre de rejoindre son club européen. Il reste toujours 55 joueurs au camp, à Ottawa.
Hoffman vise une fois de plus les 30 buts
Mike Hoffman mise généralement sur ses deux plus grandes qualités pour ébranler les défensives adverses et tromper la vigilance des gardiens.
Ce n'était qu'un match préparatoire. C'était le premier match préparatoire de la nouvelle saison, de surcroît.
Mike Hoffman a quand même marqué deux buts, lundi soir, au Centre Canadian Tire. Pour les dirigeants, comme pour les partisans des Sénateurs d'Ottawa, il faut que ce soit un tout petit peu encourageant.
Hoffman a été le deuxième meilleur marqueur de l'équipe la saison dernière. Il a franchi le plateau des 60 points pour la toute première fois.
L'ailier gauche ontarien continue cependant de se percevoir comme un dangereux marqueur. Il demeure convaincu qu'il peut inscrire 35 buts par saison.
« Trente-cinq buts, ça reste mon objectif. C'est le chiffre que je vise avant le début de chaque saison », a-t-il confié au Droit, récemment.
« J'imagine que je devrais d'abord viser le plateau des 30 buts, puisque je ne l'ai encore jamais atteint. En atteignant ce plateau assez rapidement, je pourrais ensuite ajouter à ma fiche en ouvrant la machine en fin de saison. »
« C'est un objectif réaliste », maintient le joueur de 27 ans.
Hoffman connaît d'ailleurs la recette du succès. « Je devrais peut-être essayer de gonfler ma fiche en marquant quelques buts à la manière des cols bleus. Je n'ai pas toujours besoin de me fier à mon lancer... »
Voilà qui fera plaisir aux entraîneurs. Guy Boucher et ses adjoints répètent constamment aux joueurs de foncer davantage au filet adverse. On répète surtout ce message aux joueurs de grand talent, comme Hoffman.
« Nous avons compilé les statistiques. L'an dernier, nous avons marqué 44 % de nos buts en supériorité numérique dans les environs du filet. Les bonnes équipes atteignent les 70 % », indiquait d'ailleurs Guy Boucher, à cet effet, mardi.
« Je parle de tout ça chaque jour », précise-t-il.
Hoffman a vu des plombiers marquer des dizaines de buts en acceptant de se « salir le nez » dans l'enclave.
Il sait également que d'autres joueurs, qui n'appartiennent pas nécessairement à cette catégorie, parviennent à gonfler leurs statistiques de cette façon.
« Steven Stamkos et Alex Ovechkin sont les deux derniers joueurs qui ont connu des saisons de 60 buts. Ils n'auraient jamais atteint ce plateau s'ils n'avaient pas su profiter de quelques bonds chanceux de la rondelle. Ils ont su saisir des généreux retours de lancers au moment opportun. Ils ont su profiter de ces opportunités parce qu'ils se rendaient aux endroits qu'il faut sur la patinoire. »
Indycar
Mike Hoffman mise généralement sur ses deux plus grandes qualités pour ébranler les défensives adverses et tromper la vigilance des gardiens. Son lancer le sert bien. Sa vitesse, aussi.
Hoffman aime la vitesse, et pas seulement lorsqu'il a des patins aux pieds.
Sa passion lui a permis de vivre une belle aventure, cet été. Il a pu faire un tour de piste en marge du Molson Indy de Toronto, à la mi-juillet. Il est grimpé pour l'occasion dans une voiture modifiée pour accueillir un deuxième passager, derrière le pilote.
« J'ai toujours été un fan de voitures, mais pas nécessairement de course automobile. J'ai obtenu cette invitation par l'entremise de mon agent. Je ne pouvais pas refuser. J'ai toujours aimé les émotions fortes que procurent les montagnes russes. Je me suis dit que je ne pouvais pas rater ça. »
« Mon pilote lors de cette journée était un ancien de la série IndyCar. Il m'a dit que nous avons roulé à 75 % de la vitesse normale d'une course. C'était déjà très cool. »