Milan Michalek

Michalek soulagé malgré la défaite

Malgré la défaite des Sénateurs, Milan Michalek était un homme soulagé dans le vestiaire des visiteurs au First Niagara Center hier soir.
L'attaquant tchèque avait compté l'unique filet des siens en temps réglementaire, en plus de marquer un but sous pression lors de la fusillade. Pour un gars qui n'avait pas secoué les cordages lors des neuf parties précédentes, c'était du progrès.
« Ça fait du bien, c'est certain. Maintenant il me reste à faire ça de façon constante et j'espère que ça va commencer à aller dans la bonne direction pour moi à partir de maintenant », a dit l'ancien marqueur de 30 buts, qui enfilait son cinquième de la saison hier.
S'élançant après que Steve Ott ait déjoué Robin Lehner en huitième ronde des tirs de barrage, Michalek a marqué pour prolonger celle-ci, avec l'aide d'un bon tir du poignet.
« C'était drôle de voir qu'il y avait autant de gars qui devaient y aller, mais c'est dommage qu'on ne soit pas sorti victorieux. Nous avons compliqué notre jeu en deuxième période cependant et c'est pourquoi ça s'est rendu là. Il faudra être meilleur à ce chapitre », a-t-il ajouté.
Héros des échappées de la veille dans la victoire des Flyers, le capitaine Jason Spezza avait une chance d'en finir dès le troisième tour mais comme quelques-uns de ses coéquipiers, Erik Karlsson notamment, il a tout simplement échappé la rondelle.
« Je voulais faire la même feinte que (lundi), mais de l'autre côté. Mais Miller a été très patient, il ne mordait pas. Et quand j'ai voulu finir la feinte, j'ai échappé le disque. La glace n'était pas très belle, mais ce n'est pas une excuse », a dit Spezza.
Un point de consolation
Dans un autre coin, Marc Méthot trouvait que le point de classement amassé était quand même une bonne consolation. « Nous sommes arrivés à 2h du matin (dans la nuit de lundi à hier) et d'aller sur la route et de soutirer un point, c'est quand même bon », a relaté le défenseur qui a obtenu une belle chance de marquer en prolongation, mais qui a été frustré par Miller.
Les Sabres ont beau n'avoir que sept victoires à leur fiche, le centre Kyle Turris assure qu'ils n'ont pas été pris à la légère. « On savait que ce ne serait pas facile, c'était un match un peu comme notre premier de l'année. Nous avons eu bien des chances de marquer, mais on n'a juste pas su capitaliser sur celles-ci », a-t-il mentionné.