Milan Michalek a réussi à briser l'égalité alors qu'il restait 20 secondes à jouer en temps réglementaire au Centre Canadian Tire.

Michalek fait la différence au dernier moment

Milan Michalek est encore capable de marquer de gros buts.
L'ailier d'expérience a prouvé hier soir que les dirigeants de la Fédération tchèque de hockey sur glace ont bien fait de lui faire une place au sein de l'équipe qui prendra part aux Jeux de Sotchi. En déjouant Jhonas Enroth deux fois en troisième période, il a fait la différence dans une victoire de 3-2 des Sénateurs d'Ottawa contre les Sabres de Buffalo.
« Je ne sais pas trop si c'est un bon signe à quelques jours de mon départ pour Sotchi mais je vais vous dire une chose. J'ai connu une saison frustrante. J'espère que ces buts signifient que les choses sont sur le point de changer », a-t-il déclaré, soulagé, après la partie.
Michalek vient de traverser la plus longue léthargie d'une saison frustrante : 13 longues parties sans toucher la cible entre le 4 janvier et le 3 février.
Il s'en est sorti à Saint-Louis, mardi soir, en marquant au début du troisième tiers, le but qui a déclenché une spectaculaire remontée contre les puissants Blues.
Hier, son deuxième but a été le plus important. Il a brisé l'égalité alors qu'il restait 20 secondes à jouer en temps réglementaire.
Son premier ? Rien de spécial. Sauf qu'en le marquant dans les 10 premières secondes de la troisième période, il a éclipsé un record d'équipe vieux de cinq ans. Un record qui appartenait auparavant à Jason Spezza.
« Perdre ce record n'est pas très grave. Comme j'ai obtenu une mention d'aide sur ce jeu, j'ai un peu l'impression d'en conserver une toute petite partie », dit le capitaine, d'excellente humeur.
Spezza a obtenu des mentions d'aide lors des deux buts marqués par Michalek hier soir. Ça lui fait un 13e match de plus d'un point cette saison.
D'ailleurs, les Sénateurs présentent une fiche de 10-0-3 dans ces parties. Dans les rencontres où Spezza a inscrit un point ou moins, l'équipe a conservé un dossier perdant de 16-21-8.
Erik Karlsson a été l'autre marqueur dans cette partie. Il a déjoué son compatriote Jhonas Enroth.
Tyler Ennis et Drew Stafford ont répliqué aux dépens de Craig Anderson.
Dans sa conférence de presse d'après-match, Paul MacLean était assez satisfait de son équipe qui a subi un seul revers en temps réglementaire à ses cinq derniers matches.
« Le seul vrai point négatif de cette rencontre, c'est que nous avons écopé de quelques pénalités alors que nous nous trouvions en supériorité numérique », a-t-il dit.
Intéressant. Son équipe a laissé filer en fin de soirée une avance de deux buts. Faut-il rappeler qu'elle affrontait la pire formation de toute la LNH ?
« Même si l'effort n'a pas été complet, nous avons trouvé une façon de l'emporter. En fin de compte, nos meilleurs joueurs ont trouvé une façon de nous donner la victoire », a-t-il répliqué.
Après avoir réussi une trentaine d'arrêts, Anderson a choisi de prendre la situation avec un grain de sel. « Tout ça, c'était pour la foule. On voulait que les gens restent jusqu'à la toute fin du match. »
« Sérieusement, à cette période de l'année, on se fiche de la façon de faire. Tout ce qui compte, c'est les deux points qui sont à l'enjeu. »