Max Domi, tout comme son père Tie, est au cœur d’une forte rivalité avec les Sénateurs.

Max Domi prend la relève de Tie

Comme son célèbre père Tie, Max Domi aime bien se retrouver au cœur d’une rivalité avec les Sénateurs.

L’auteur d’un doublé lors du premier match de la série aller-retour remporté par son Canadien de Montréal a un bout de chemin à faire avant d’être une figure aussi marquante que l’ancien matamore des Maple Leafs de Toronto au début des années 2000, lors des duels de séries éliminatoires qui ont marqué la petite histoire de la Bataille de l’Ontario.

Domi père avait joué 47 matches contre les Sénateurs au fil d’une carrière qui l’a vu disputer plus de 1000 parties de saison régulière avec les Rangers de New York, les Jets de Winnipeg et surtout les Leafs. Il a récolté 5 buts et 13 points contre eux, ainsi que 148 minutes de punition.

Plus habile offensivement, Domi est bien parti pour éclipser la récolte de son paternel, lui qui avait déjà trois buts et trois passes, ainsi que six minutes de punition, en huit parties contre Ottawa avant l’affrontement de jeudi soir.

«Il (Tie) adorait jouer ici, ces matches étaient ses favoris. Il me disait quand j’étais avec l’Arizona qu’il adorait jouer à Ottawa et Montréal, toutes ces rivalités canadiennes, et puis il y avait les parties contre les “Original six”. C’est pas mal “cool” quand Ottawa et Montréal s’affrontent, lors du dernier match ici (le 20 octobre), il y avait tellement de partisans des “Habs” dans les gradins, c’était ma première vraie expérience de voir ça, j’espère que ça va être la même chose (jeudi)», a indiqué Domi après l’entraînement matinal du Tricolore au Centre Canadian Tire.

Le centre de 5’ 10’’ et 193 livres n’est pas aussi robuste que son père pouvait l’être, mais dans une nouvelle LNH où les durs à cuire sont une espèce en voie de disparition, l’ancien premier choix (12e au total) des Coyotes en 2013 n’a pas besoin de jouer de cette façon, même s’il est le meilleur compteur (30 points avant jeudi) et le joueur le plus puni (31 minutes au cachot) de son club. Rejeton lui aussi d’un ancien joueur de la LNH qui affectionnait le jeu physique, Brady Tkachuk apprécie la façon de jouer de celui qui risque d’être un rival pour plusieurs années. Il sait aussi que Tie n’était pas le favori des amateurs de la capitale nationale.

«De la façon dont il jouait, c’était le genre de gars que tu aimais avoir dans ton équipe, mais que tu n’aimes pas quand il est avec l’adversaire. C’est pourquoi il était un si bon joueur. J’ai vu plusieurs de ses combats et il était très “tough”, il tenait son bout contre les meilleurs. Max est un excellent joueur aussi, très habile. Il a aussi cet élément de petite peste, il aime parler sur la glace et c’est correct, j’aime ça moi aussi. Il apporte ça lors de chaque match et ça fait que vous devez faire de même», a dit la recrue des Sénateurs au sujet des deux Domi.

Le CH a jusqu’à maintenant un avantage marqué dans l’échange qui l’a amené de Phoenix contre Alex Galchenyuk.

«Domi apporte un élément différent à cette équipe. Les gens qui l’ont jugé en se fiant à ses statistiques avant cette saison étaient dans le tort. Il a beaucoup de talent et il montre ce qu’il peut faire. Il pivote une bonne ligne (avec Jonathan Drouin et Andrew Shaw)», a souligné le centre des Sénateurs Matt Duchene.

«Non, je ne vise pas être un joueur détesté. La haine, c’est un mot très fort. Toutes les bases de partisans sont passionnées. Mon père avait le cœur sur la main et il représentait son équipe, Ottawa faisait la même chose en appuyant leur équipe. C’est la beauté du sport, ce sont des matches amusants et on doit mettre l’accent là-dessus, s’amuser et essayer de gagner des matches», a répondu Domi quand il s’est fait demander s’il espérait que les amateurs d’Ottawa le détestent éventuellement autant que son père.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Retour à la mi-janvier pour Pageau ?

Pour une deuxième journée de suite, l’entraîneur-chef Guy Boucher a avancé une date plus ou moins précise pour un retour potentiel du centre gatinois Jean-Gabriel Pageau, qui continue à patiner avec l’équipe en poursuivant la réhabilitation de sa déchirure du tendon d’Achilles subie au premier jour du camp d’entraînement.

Jean-Gabriel Pageau

« On regarde peut-être pour la mi-janvier. Ça ne sera jamais avant ça, a-t-il indiqué jeudi. Je ne m’attendais même pas à ce qu’il revienne cette saison. Il se remet pas mal plus vite que prévu, mais il est un athlète et ils ont tendance à être en bonne forme, ce qui aide à accélérer le processus comparativement à une personne normale. Il travaille très fort (pour revenir). »

***

Matt Duchene

Duchene se répète

L’avenir de Matt Duchene avec les Sénateurs, tout comme celui de Mark Stone, continue à générer de l’intérêt partout à travers la LNH et avec le passage des collègues montréalais à Ottawa, le premier a été appelé à commenter l’état des négociations avec les Sénateurs et son désir de rester avec eux au lieu de tester le marché des joueurs autonomes le 1er juillet prochain.

« Je ne sais pas ce qui va arriver. Je n’ai pas entendu parler de grand-chose (des négociations de son agent Pat Brisson avec Pierre Dorion) jusqu’à maintenant. C’une excellente situation ici si ça fonctionne, je l’ai dit depuis le début et mon message ne change pas », a-t-il commenté jeudi matin.

En passant, un des agents de Stone, Don Meehan, a été vu au Centre Canadian Tire mercredi. Les négociations avec lui ne peuvent commencer « officiellement » que le 1er janvier.

***

Maxime Lajoie

Entre les lignes

Une décision quant à un retour au jeu du défenseur recrue Maxime Lajoie a été prise après la période de réchauffement et il n’a finalement pas réintégré l’alignement, ratant un troisième match de suite en raison d’une blessure à un poignet. Justin Falk est donc demeuré sur la troisième paire aux côtés de Christian Jaros...

L’entraîneur du Canadien Claude Julien a joué les cachottiers en matinée, laissant entendre qu’il entendait apporter un changement à son alignement, mais refusant de dévoiler en quoi il consistait. Finalement, il a réintégré l’ancien Olympique Nicolas Deslauriers sur son quatrième trio à la place de Matthew Peca, un joueur originaire de Petawawa qui a joué pour les Lumber Kings de Pembroke avant d’aller à l’université Quinnipiac et de commencer sa carrière dans l’organisation du Lightning de Tampa Bay.