Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Sénateurs d'Ottawa sont plus coriaces qu'ils n'en ont l'air, note Paul Maurice.
Les Sénateurs d'Ottawa sont plus coriaces qu'ils n'en ont l'air, note Paul Maurice.

Maurice avait prévu le redressement des Sénateurs

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Paul Maurice n’a pas été surpris de voir les Sénateurs redresser leur barque depuis la dernière fois qu’il les a vus avant leur visite inattendue de lundi.

L’intelligent entraîneur des Jets de Winnipeg avait mentionné lors de leur dernier passage au Manitoba, les 11 et 13 février derniers, qu’il s’attendait à ce qu’ils se mettent bientôt à gagner des parties. Son club avait gagné ce premier duel facilement, 5-1 pour un quatrième gain de suite contre la troupe de D.J. Smith, avant de s’incliner 2-1 lors du second, permettant à Ottawa de porter sa fiche à 3-12-1.

Depuis, les Sénateurs ont un dossier pas mal plus respectable de 10-9-3 (avant lundi).

« Je pense que j’avais fait ce commentaire parce que même s’ils avaient eu un certain nombre de défaites, ils n’étaient pas loin de gagner. C’est probablement vrai pour toute leur saison, a souligné Maurice lors de son point de presse virtuel d’avant-match. Il n’y a qu’un match contre nous qui n’a pas été serré. Vous regardez leur match à Montréal (samedi, gain de 6-3), ils ont généré assez de chances pour l’emporter. Ils ont très bien joué lors de ce match, et je trouve qu’ils n’ont pas eu de passages à vide dans leur façon de jouer cette saison. Leur jeu a été constant, et ils ont pu aligner des victoires en obtenant de bonnes performances de leurs gardiens, alors que j’ai trouvé qu’ils n’ont pas obtenu ça pendant certaines séquences. »

Pour ces raisons, Maurice pense que les équipes de la division canadienne qui les prennent à la légère le font à leurs propres risques et périls. « Leur jeu ne reflétait pas leur fiche au début, puis le monde du hockey s’est dit : “OK, ils vont finir au dernier rang” et tu encercles ces matches au calendrier en te disant que tu vas les gagner. Mais ce n’est pas comme ça lors des matches. Ils ont assez de joueurs avec beaucoup d’habiletés et de vétérans qui jouent avec ardeur. Ils jouent de façon rapide, ils finissent leurs mises en échec, ils font toutes les bonnes choses pour gagner. Ils manquent un peu d’expérience au niveau de leurs joueurs de haut talent, mais ils ne sont pas loin. Et si leur adversaire ne joue pas de la façon attendue, il va perdre. Si tu n’es pas bon à ce que tu fais, ils vont te battre. »

À égalité au deuxième rang avec Edmonton et à six points du premier rang détenu par les Maple Leafs, Maurice ne voulait pas que ses joueurs considèrent un affrontement contre Ottawa comme le genre de matches qu’ils sont assurés de gagner.

« Quand tu penses comme ça, tu as une mentalité qui ouvre la porte à ne pas les battre. Je ne parle pas de la pression que tu te mets sur toi-même, mais ça ouvre la porte à manquer de respect envers ce club, affirme-t-il. Tu te dis : “Nous sommes tellement meilleurs qu’eux qu’on devrait battre ces gars-là ce soir.” Comme groupe, si tu ne peux pas trouver le moyen de respecter cette équipe, tu dois respecter la game, qui veut que l’équipe qui travaille le plus fort et qui joue de la bonne façon va gagner... Je comprends ce que vous voulez dire, mais je ne vois pas de différence entre les matches contre eux et ceux contre Vancouver et Calgary, sans vouloir leur manquer de respect. Ottawa a un bon club également. Peut-être que c’est pourquoi notre fiche est de 4-1 et non 1-4 contre eux. »

Entre les lignes

Le défenseur Erik Gudbranson n’a pas accompagné ses coéquipiers à Winnipeg après le match de samedi à Montréal alors que sa conjointe pourrait accoucher à tout moment de leur premier enfant. Josh Brown l’a donc remplacé dans l’alignement, tandis qu’Erik Brännström a encore une fois été laissé de côté à la faveur de Braydon Coburn, que le club veut probablement montrer aux clubs recherchant de la profondeur à la ligne bleue...

Le centre Colin White a vu son nom être placé sur la liste des blessés rétroactivement à jeudi dernier, ce qui assure qu’il ne jouera pas mercredi lors de la visite des Oilers d’Edmonton à Ottawa. « On va voir comment il est en revenant à la maison (mardi), alors qu’on va avoir congé. On ne pense pas qu’il va manquer plus que 7 à 10 jours », a indiqué D.J. Smith...

Les gardiens Matt Murray et Marcus Högberg se rapprochent d’un retour au jeu, selon Smith. « Hoggy a très bien joué avec Belleville, c’est évident. Il va patiner (mardi à Ottawa). Murray est très proche d’un retour, il a patiné à nouveau (lundi) et il se sent mieux qu’avant. On va devoir regarder le calendrier pour voir quand on pourra les faire jouer », a-t-il noté. Le séjour de conditionnement de Högberg de deux semaines tire à sa fin et il ne devrait donc pas accompagner le club-école pour son voyage de sept parties qui va commencer mercredi à Winnipeg (série de quatre matches) avant de se transporter à Calgary...

Parlant de calendrier, il a été modifié à nouveau par la LNH en raison de l’éclosion de COVID-19 chez les Canucks. Le match qui devait avoir lieu vendredi au Centre Canadian Tire contre les Oilers est devancé d’une journée, donc deux matches en deux soirs (les derniers contre Edmonton cette saison) face à Connor McDavid, Leon Draisaitl et compagnie.