Mark Stone pense que les piètres résultats des Sénateurs cette saison sont dus à un certain individualisme qui s’est infiltré dans le vestiaire.

Mark Stone en a marre de perdre

Mark Stone prend son rôle d’assistant-capitaine très au sérieux chez les Sénateurs et au milieu d’une saison très décevante, il n’a pas peur de dire les choses telles qu’elles sont.

Encore samedi après la défaite de 5-0 aux mains des Bruins, le meilleur marqueur du club a dirigé des flèches empoisonnées envers les leaders de l’équipe, disant que « ça commence au sommet, nos meilleurs joueurs n’ont tout simplement pas été nos meilleurs joueurs. Ça part de là et ça descend, les gars voient les meilleurs joueurs tricher et ils le font eux aussi ».

Au retour au boulot de l’équipe mardi, Stone s’était calmé un peu, mais le passage à un nouveau calendrier ne l’avait pas rendu de meilleure humeur, même s’il affirmait qu’une bonne attitude était nécessaire dans la situation où son club se retrouve, avec des chances à peu près nulles de participer aux séries éliminatoires alors que la mi-saison n’est même pas encore arrivée.

« Il nous reste 45 parties à jouer et il faut gagner des matches de hockey. Pour ce faire, tu ne peux pas toujours bougonner. Il faut être déterminés à créer une bonne atmosphère pour nous, avoir une énergie positive, a-t-il dit. C’était bien d’avoir quelques voix différentes pour expliquer les différents exercices (lors de la pratique de mardi) et nous devons être excités de redémarrer la machine. Ce n’est évidemment pas facile parce que perdre est une chose difficile à te sortir de l’esprit. On doit former à nouveau le lien que nous avions pendant 82 matches la saison dernière et qui n’était plus là, pour une raison ou une autre, lors de la vingtaine de derniers matches. »

L’auteur de 15 buts et 34 points lors des 37 premiers matches de la campagne pense que les piètres résultats des Sénateurs cette saison sont dus à un certain individualisme qui s’est infiltré dans le vestiaire.

« Je pense que tu dois jouer pour le gars qui est à côté de toi, pour obtenir son respect. Il faut jouer à l’intérieur d’un groupe pour obtenir le résultat voulu. Les 20 gars qui sont en uniforme doivent faire soir après soir des choses comme bloquer des lancers au détriment de leurs statistiques personnelles. Compter des buts, ce n’est pas pour vous, c’est pour aider l’équipe. Il faut qu’on revienne à cette atmosphère », estime-t-il.

Boucher aime bien l’attitude de Stone face à l’adversité traversée par son club.

« Nos joueurs montrent beaucoup d’engagement, je n’ai pas de problème avec comment ils sont engagés et comment les leaders veulent agir et prendre leurs responsabilités. Je me considère chanceux pour ça. Présentement, il faut juste trouver le moyen d’être plus constants dans notre jeu, ce qui ne veut pas dire qu’on va toujours gagner, mais on va se donner une chance en jouant de la bonne façon pendant 60 minutes », a-t-il commencé.

« Il (Mark) a parlé de la frustration qu’on ressentait (samedi), surtout en deuxième période quand le troisième but est venu peu après le deuxième. À ce moment-là, on a commencé à tricher pour tenter de revenir, ce qui nous a fait couler encore plus bas... C’est arrivé trop souvent qu’on s’écarte du plan de match quand les choses ne vont pas en notre faveur, je pense que c’est ce qu’il voulait dire... C’est bon de voir ça de sa part, on a besoin de plus de gars qui prennent leurs responsabilités comme ça. Il est comme ça depuis le premier jour du camp, et il a “acheté” le plan de match. Son titre d’assistant-capitaine, il l’a mérité, je ne lui ai pas donné en espérant quelque chose en retour », a ajouté Boucher.

Stone renchérissait pour sa part qu’il croit toujours à ce que son entraîneur « vend » à ses joueurs.

« Quant tu perds des matches de la façon dont on en a perdu, il va habituellement y avoir des changements, que ce soit au niveau des joueurs, des entraîneurs ou de la direction. Pour l’instant, les 20 joueurs qui sont ici et les cinq entraîneurs qui sont de l’autre côté du couloir doivent travailler ensemble pour qu’on s’en sorte. On doit jouer avec ardeur pour nous ainsi que pour nos partisans. Tu ne veux jamais être humilié comme on l’a été samedi soir, il faut donc qu’on se tienne ensemble pour les 45 prochaines parties. Il faut bien jouer si on ne veut pas qu’il y ait des changements », a-t-il noté.

LES SÉNATEURS EN BREF

Phaneuf frustré

Même trois jours plus tard, le défenseur Dion Phaneuf était toujours frustré par la défaite de 5-o contre les Bruins et il n’a pas aimé quand un collègue lui a demandé mercredi si le message de Guy Boucher passait toujours dans le vestiaire. 

« Nous croyons au message du coach, on l’appuie entièrement. C’est notre travail, aux joueurs, de jouer comme nous en sommes capables et on ne l’a pas fait, donc c’est de notre faute, les joueurs, ça n’a rien à voir avec le personnel d’entraîneurs », a laissé entendre un des autres assistants-capitaine. 

Concernant un amateur qui a lancé un chandail sur la glace en fin de partie samedi, il a ajouté : « Nos partisans sont passionnés et on n’a pas assez bien joué pour eux, pour nous ou pour l’organisation, donc tout le monde est frustré, on comprend ça », a-t-il dit.

Dumont de retour

Les Sénateurs ont cédé Nick Paul à leur club-école de Belleville avant le réveillon du Jour de l’An étant donné qu’ils savaient que l’attaquant québécois Gabriel Dumont serait en mesure de revenir au jeu mercredi à Detroit, après une absence de six parties en raison d’une blessure à une cheville subie lors du match en plein air contre le Canadien le 16 décembre. 

Il était de retour sur le quatrième trio avec Nate Thompson et Alexandre Burrows lors de la pratique de mardi, entraînement auquel Zack Smith (épaule) a participé en portant un chandail bleu indiquant qu’il ne pouvait absorber de contact. 

« Il va mieux, mais il n’est pas prêt. On espère qu’il pourra jouer la semaine prochaine, ce qui nous aiderait », a dit Guy Boucher. 

Le défenseur Mark Borowiecki a patiné lui aussi mais il n’est pas proche d’un retour.

Entre les lignes

Le défenseur Fredrik Claesson a purgé sa suspension de deux matches et il pourrait revenir au jeu mercredi soir à Detroit, mais il a quitté la pratique de mardi après avoir reçu une rondelle en pleine bouche et il était très ensanglanté..

Claesson a remporté la compétition du tir frappé avec le plus de vélocité pour une deuxième année de suite dimanche lors du concours d’habiletés des Sénateurs, avec un lancer de 104,6 milles à l’heure (moins que son record de l’an passé, 106,9). Mike Hoffman a été le patineur le plus rapide à 13,9 secondes pour un tour de glace..

L’ancien Sénateur Chris Kelly a aidé Équipe Canada à remporter la coupe Spengler en Suisse le 1er janvier. Reste maintenant à voir s’il sera invité à faire partie de l’équipe olympique pour les Jeux de Pyeongchang.