Marc Méthot

Marc Méthot insatisfait de son utilisation

Au lendemain d'une victoire par blanchissage à Washington où il a obtenu un congé forcé, Marc Méthot ne voulait pas trop faire de vagues.
Le défenseur des Sénateurs d'Ottawa a cependant clairement laissé entendre qu'il aurait été en mesure d'affronter les Capitals, même si son patron Paul MacLean a invoqué une blessure mineure pour le laisser dans les gradins.
Méthot avait cependant été invité à faire des exercices supplémentaires de patin après l'entraînement matinal des siens mardi, ce qui n'est pas coutume pour un blessé.
C'était la deuxième fois cette saison qu'il était relégué à la galerie de presse alors qu'il pensait lui-même être en santé, ayant raté le match du 18 décembre dernier au New Jersey après avoir été atteint d'un virus. Il se pose donc des questions, au point où il a tenu une discussion animée à ce sujet avec l'entraîneur adjoint Mark Reeds dans un couloir attenant au vestiaire des siens à Tampa Bay hier, au vu et au su des journalistes accompagnant l'équipe lors de ce voyage.
Devant les journalistes cependant, Méthot n'a pas voulu trop s'étendre sur le sujet.
«Je pensais que j'avais un problème lors de la pratique (de lundi). Finalement, ce n'était rien. Je me sentais bien (mardi), et je me sens très bien (hier), a-t-il simplement déclaré après l'entraînement d'hier où il se retrouvait sur une quatrième paire avec Joe Corvo. J'ai été pris un peu au dépourvu (mardi matin) car je me sentais très bien. Mais c'est leur décision et je dois composer avec ça. On m'a fait faire un 'bag skate' après la pratique, donc, vous savez...»
Prêt à jouer ce soir contre le Lightning, s'est-il fait demander. «Oui», a-t-il rétorqué du tac au tac.
Une question de santé
Paul MacLean maintenait que la décision de laisser le vétéran défenseur de côté était strictement reliée à sa santé, et non à des questions de performance. Et ce même si Méthot a cédé sa place aux côtés d'Erik Karlsson sur le premier duo de défenseurs à Jared Cowen depuis quelques semaines déjà.
«Je vais parler à Gerry (Townend, le thérapeute athlétique), on veut s'assurer qu'il est à 100% pour jouer. S'il dit qu'il est prêt, on va considérer tout ça et prendre une décision (aujourd'hui). Il avait l'air de patiner comme il faut lors de la pratique, a dit MacLean. Son jeu a été correct cette saison. Comme tout le monde à la ligne bleue, il y a eu des moments où il a manqué de constance. Mais depuis le début de décembre, notre brigade défensive a été très constante.»
Étant lui-même un ancien joueur, MacLean comprend la mentalité d'un hockeyeur qui affirme être en mesure de jouer malgré une blessure mineure.
«Les joueurs veulent toujours jouer. Chris Neil, par exemple, aurait pu jouer contre le Minnesota la semaine passée. Mais c'est au personnel médical et aux entraîneurs de s'assurer qu'ils peuvent jouer le plus de matches possible pendant la saison. Parfois, les joueurs vont étirer la vérité. Nous sommes peut-être vieux et nous avons des cheveux gris, mais on apprend encore. Et une chose que j'ai apprise avec ce groupe, c'est qu'ils pensent tous être prêts avant d'être prêts.»