Lors du prochain repêchage, le recruteur en chef des Sénateurs Trent Mann aura la responsabilité d’utiliser les neuf choix dans les trois premières rondes pour sélectionner les « bons » joueurs.
Lors du prochain repêchage, le recruteur en chef des Sénateurs Trent Mann aura la responsabilité d’utiliser les neuf choix dans les trois premières rondes pour sélectionner les « bons » joueurs.

Mann, l’ancien gardien et éducateur devenu dépisteur

Quand le tirage aura eu lieu, Trent Mann pourra véritablement se mettre au travail.

En tant que recruteur en chef des Sénateurs, l’homme de 46 ans qui est originaire de New Richmond, en Gaspésie, aura toute la pression sur ses épaules.

En multipliant les ventes de feu, le directeur général Pierre Dorion lui a donné neuf choix dans les trois premières rondes. Mann aura la responsabilité d’utiliser ces choix pour sélectionner les « bons » joueurs.

« Il devra choisir les joueurs qui permettront aux Sénateurs de prendre leur envol pour les 10 prochaines années. C’est un gros défi, mais il est prêt à le relever. Il connaît la pression qui est associée au métier, mais il a bien fait ses devoirs. »

La personne qui nous a fait cette déclaration se nomme Dan MacKinnon.

M. MacKinnon jouit d’une belle réputation dans la Ligue nationale de hockey. Il est le bras droit du directeur général des Devils du New Jersey, Tom Fitzgerald.

Il est aussi celui qui a donné à Mann sa première chance de travailler dans le monde du hockey.

MacKinnon et Mann se sont rencontrés dans la vallée de l’Outaouais, au début des années 1990. Ils étaient coéquipiers au niveau junior A, chez les Lumber Kings de Pembroke.

Quelques années plus tard, ils se sont retrouvés au Nouveau-Brunswick, à l’université Mount Allison.

Ils étaient tous les deux doués, mais pas assez pour rêver d’une carrière dans la LNH.

« On adorait le hockey, on en parlait tout le temps. On ne rêvait pas en couleurs. On voulait faire carrière dans le monde de l’enseignement. On voulait aussi se lancer dans le coaching. Pour lui, comme pour moi, c’était un plan de carrière plus réaliste », raconte MacKinnon.

MacKinnon a été le premier à obtenir une opportunité de décrocher un boulot dans les ligues majeures. Il a profité de l’expansion de la fin des années 1990. Les Predators de Nashville avaient besoin d’embaucher une petite armée de dépisteurs, pour bien lancer leurs opérations. Ils lui ont donné une chance.

Quand le temps est venu, et quand les Preds ont voulu augmenter leur présence dans l’est du Canada, MacKinnon a choisi de donner au suivant.

« Trent a toujours été un bon évaluateur de talent », raconte-t-il.

« D’abord, au départ, il est un ancien gardien. Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais on retrouve un nombre très élevé d’anciens gardiens dans des positions stratégiques, au hockey. »

« Trent a toujours été un type assidu, un homme très fiable. Avant de se lancer à temps complet dans le monde du hockey, il a travaillé dans des directions d’école. Ça lui a sûrement été très utile. »


« [Troy Mann] devra choisir les joueurs qui permettront aux Sénateurs de prendre leur envol pour les 10 prochaines années. »
Dan MacKinnon

Royce

MacKinnon n’a pas été le seul à nous parler du passé d’éducateur de Trent Mann, quand est venu d’expliquer ses succès en tant que dépisteur.

Greg Royce a dit la même chose.

Le passage de Mann à Nashville fut quand même bref.

Quand il s’est retrouvé au « ballottage », Royce a eu l’idée de suggérer aux Sénateurs de le réclamer.

« Je suis sans doute un peu biaisé, parce que je suis moi aussi issu du milieu de l’éducation », a dit le vétéran dépisteur quand nous l’avons contacté, plus tôt, cette semaine.

Le temps passé dans les salles de classe permet peut-être aux anciens professeurs de mieux reconnaître les qualités humaines de certains espoirs.

« Ça doit certainement aider, croit Royce. Trent a travaillé avec des jeunes gens pendant plusieurs années. Il a donc appris à déceler leurs aptitudes. »

« De façon générale, Trent est un bon évaluateur. Il sait aussi faire des projections. Il peut voir le talent et deviner le potentiel des joueurs. »

« Les gardiens sont bien placés pour observer, lire et comprendre le jeu, ajoute-t-il. Ça prend des gens spéciaux pour évoluer à cette position. »