Le gardien de but québécois, Kevin Mandolese, a repoussé 19 des 20 tirs qui ont été dirigés vers lui lundi soir face aux recrues des Jets de Winnipeg.

Mandolese et Sogaard s'illustrent contre les recrues des Jets

Kevin Mandolese ne voulait pas se laisser distraire par la présence de nombreux autres « gardiens d’avenir » au camp des recrues des Sénateurs d’Ottawa.

Le gardien montréalais des Screaming Eagles du Cap-Breton peut dire mission accomplie alors qu’il a été fort solide devant le filet des siens lundi soir à Belleville, repoussant 19 des 20 tirs auxquels il a fait face au cours de la première moitié du troisième et dernier match du tournoi des espoirs tenu au CAA Arena.

Mandolese a ensuite cédé sa place à l’autre espoir junior du camp, le deuxième choix du dernier repêchage Mads Sogaard, et le cerbère de 6’ 6’’ a pour sa part été parfait face à 18 lancers dans un gain de 2-1 en prolongation contre les recrues des Jets de Winnipeg.

Un but en prolongation de Jonathan Gruden sur une passe de Jonathan Davidsson a permis aux espoirs des Sénateurs de demeurer invaincu pour ce week-end à Belleville, eux qui avaient remporté leurs deux premiers matches, 8-1 contre Winnipeg vendredi avec Filip Gustavsson devant le filet et 4-2 contre Montréal samedi alors que Joey Daccord a excellé avant d’être sonné avec 10 secondes à jouer.

On verra maintenant quels joueurs parmi les 28 qui ont pris part à ce tournoi seront retenus pour le camp principal du club. Celui-ci va se mettre en branle avec les examens médicaux jeudi avant les premières séances sur glace le lendemain. Les vétérans du club participeront au tournoi de golf de l’équipe mardi au club The Marshes de Kanata.

Si les quatre gardiens du camp des recrues sont retenus pour l’amorcer, ça va faire du monde à la messe alors que les vétérans Craig Anderson et Anders Nilsson sont assurés de leur poste, tandis que Marcus Hogberg devrait être de retour comme gardien numéro un avec les petits Senators à Belleville.

Choix de sixième ronde en 2018, Mandolese essaie de ne pas s’en faire avec tout ça, lui qui doit connaître une grosse saison au Cap-Breton pour convaincre les Sénateurs de lui offrir un contrat d’ici juin prochain, sinon il redeviendra éligible au repêchage.

« La compétition fait sortir le meilleur de toi-même. Moi, je vois ça d’un bon œil, avait-il déclaré au Droit avant la rencontre. Qu’il y ait trois ou quatre gardiens (au camp), ça ne change pas ma façon d’approcher le match, ou le demi-match, que je vais jouer. Les quatre gardiens, on s’entend bien, on va juste se “pousser”. Qu’il y ait “n’importe combien” (sic) de goalers, ça ne me dérange pas. »

Contre les Jets, Mandolese a cédé en début de rencontre, sur le troisième tir auquel il a fait face, un but de Cole Meier qui s’est amené seul dans l’enclave pour le déjouer du côté du bloqueur. Il a réalisé quelques bons arrêts par la suite et Sogaard, le cerbère danois qui va retourner avec les Tigers de Medicine Hat cette saison, a fait de même par la suite, étant aidé par un de ses poteaux en fin de rencontre cependant.

Les Sénateurs ont créé l’égalité par l’entremise de Josh Norris, le choix de première ronde de San Jose acquis dans l’échange d’Erik Karlsson, en avantage numérique. Il a complété une stratégie amorcée par Alex Formenton, qui a frappé un poteau en prolongation avant que Gruden ne scelle l’issue du match.

Les Sénateurs ont laissé leur meilleur espoir en défensive, Erik Brännström, dans les gradins pour cette rencontre.

En entrevue avec TSN 1200 au deuxième entracte, le responsable du développement des joueurs Shean Donovan a cependant déclaré que quelques défenseurs invités au camp se sont illustrés, dont le Québécois Jonathan Aspirot, des Wildcats de Moncton. « Les gars savent qu’il y a des postes disponibles et ils se battent pour venir à notre camp d’entraînement. Aspirot est facile à remarquer, il est grand, il est physique, il frappe fort, il appuie l’attaque. Il a mérité une invitation au camp l’an dernier et il va probablement en mériter une autre cette année », a-t-il noté.

+

Maxim Trépanier

UNE BELLE VITRINE POUR MAXIM TRÉPANIER

Maxim Trépanier ne savait pas trop à quoi s’attendre en se rapportant au camp des recrues des Sénateurs.

L’ancien attaquant des Olympiques de Gatineau aura finalement obtenu une bonne chance de se faire valoir, participant à un deuxième match du tournoi des espoirs lundi soir à Belleville alors qu’il a affronté les recrues des Jets de Winnipeg, tandis que les gros noms comme Logan Brown, Drake Batherson et Vitaly Abramov, de même que le défenseur Erik Brännström, ont obtenu congé. 

« C’est gratifiant d’avoir une invitation dans un camp professionnel. Tu vois que les gars sont à une “coche” de plus que dans le junior, c’est une adaptation, mais je suis vraiment content d’être ici », avait confié l’attaquant de 20 ans qui a été cédé aux Mooseheads de Halifax la saison dernière.

« Je ne me suis pas vraiment fixé d’objectif en venant ici. Je viens ici pour apprendre (au contact) des pros et obtenir des conseils des entraîneurs, ainsi que pour avoir du fun et gagner de l’expérience. Je veux montrer mes habiletés offensives et que je suis capable de jouer dans les deux sens de la glace. C’est une belle vitrine alors qu’il y a d’autres clubs à ce showcase, aussi », a ajouté Trépanier, qui s’est retrouvé sur un quatrième trio contre les Jets de même que samedi contre Montréal.

Ce qu’il aura appris en fin de semaine à Belleville viendra s’ajouter au bagage d’expérience acquise lors du dernier tournoi de la coupe Memorial, qui a vu les Mooseheads s’incliner devant Rouyn-Noranda en finale de la compétition dont Halifax était l’hôtesse.

« Toute l’équipe a eu un bon tournoi, on est venus vraiment près de gagner. Je pense que ça a aidé tout le monde de participer à ce tournoi, il y a beaucoup de joueurs qui ont des contrats professionnels ou qui sont repêchés. C’était à moi d’amener mon style de jeu et de les compléter du mieux que je le peux. À la fin de l’année, c’est ce que j’ai fait. L’échange a été bon pour moi, Gatineau allait vers la jeunesse alors que ma carrière junior tire à sa fin. Le changement a été bénéfique et je ne pouvais pas tomber dans une meilleure organisation pour jouer au hockey », mentionnait Trépanier, dont le poste comme joueur de 20 ans à Halifax a été confirmé cet été.

L’ailier gauche originaire de St-Jean sur Richelieu, auteur de 18 buts et 40 points en seulement 37 parties la saison dernière (plus 20 points en 22 matches de séries), retrouvera donc éventuellement l’attaquant gatinois Benoît-Olivier Groulx, une fois que son aventure avec Ottawa sera terminée et que ce dernier reviendra du camp des Ducks d’Anaheim.