Ben Harpur et Auston Matthews luttent pour le contrôle de la rondelle, en première période.

Longue soirée pour les fans des Maple Leafs à Ottawa

Ce n’est pas nouveau. Depuis toujours, les partisans des Maple Leafs de Toronto qui sont incapables d’acheter des billets au Scotiabank Arena sont souvent obligés de voyager. Ils aiment bien se rendre à Kanata pour encourager leurs favoris.

Ils ont possiblement battu un record, samedi soir. Dans les gradins du Centre Canadian Tire, la presque totalité des fans portaient du bleu et du blanc.

Une large partie de ces fans ont quitté avant la fin de la partie, toutefois.

Les 20 joueurs vêtus de rouge, sur la glace, leur ont fait passer une très mauvaise soirée.

Les Sénateurs ont vaincu les Leafs 6-2.

«Nous avons peut-être joué notre meilleur match, notre match le plus complet de l’année», claironnait l’entraîneur-chef par intérim Marc Crawford après coup.

«La beauté de la chose... On pouvait sentir l’énergie dans le building. Je suis arrivé aux environs de 16 h. Déjà, ça commençait à s’animer. On parlait avec des employés de l’aréna, avant le match. Ils nous disaient que ça brassait dans les gradins. Tout le monde comprend que c’est spécial, la Bataille de l’Ontario. J’aime ça, les soirées où il y a de l’électricité dans l’air. Nos joueurs sont émotifs. Quand ils sont capables de bien canaliser leurs émotions, ils jouent de bons matches», a-t-il expliqué.

À la veille de la Saint-Patrick, les Leafs portaient des uniformes verts et blancs. En plus de célébrer à leur façon la fête nationale des Irlandais, ils faisaient un clin d’oeil au passé.

Le vert et le blanc étaient les couleurs des St. Pats, équipe qui a représenté Toronto dans la LNH pendant huit saisons, dans les glorieuses années 1920.

La bande à Auston Matthews n’a pas vraiment fait honneur à cette formation qui a soulevé la coupe Stanley au terme de la saison 1921-22. Il lui a fallu une période complète avant de se mettre en marche.

Morgan Rielly a marqué le premier but de son équipe, à mi-chemin au deuxième tiers.

L’autre but de Toronto a été inscrit en troisième. John Tavares a marqué son 40e but de la saison vers la fin d’une longue supériorité numérique à cinq contre trois.

Vers la fin de la partie, les partisans désabusés acclamaient le pauvre gardien de buts numéro deux, Garret Sparks, chaque fois qu’il effectuait un arrêt.

«Nous ne pourrons pas continuer de connaître beaucoup de succès si nous allouons autant de buts. Nous jouons correctement pendant de longues périodes. Les petites erreurs nous font très mal. Il faut s’y habituer. Ça se passe comme ça à cette période de l’année. Les matches sont serrés. La marge de manoeuvre rétrécit. Il faut être meilleurs. Nous venons de connaître une semaine pourrie. Nous allons profiter des deux prochains jours pour nous regrouper avant de repartir». dit Tavares.

Magnus Pääjärvi a mené l’attaque des Sénateurs avec deux buts. Cody Ceci, Brian Gibbons, Anthony Duclair et Oscar Lindberg ont été les autres marqueurs, dans un match où Anders Nilsson a réussi 35 arrêts.

Les Sénateurs profiteront d’une journée de congé, dimanche, avant de quitter la capitale pour entreprendre leur traversée annuelle de l’ouest canadien.