Les Maple Leafs et les Sénateurs se disputeront l'exclusivité du cinquième rang dans la division Atlantique, samedi soir, au Centre Canadian Tire.

L'honneur et le cinquième rang en jeu

Au début des années 2000, les Sénateurs d'Ottawa et les Maple Leafs ont croisé le fer quatre printemps sur cinq en séries éliminatoires, des duels mémorables qui ont enflammé la Bataille de l'Ontario.
C'était le bon vieux temps alors que depuis, rares ont été les parties de fin de calendrier entre les deux clubs qui ont eu une quelconque signification au classement.
Leur affrontement de samedi soir aurait pu être une occasion pour des Sénateurs déjà écartés des séries de compliquer la vie des Leafs, sauf que ceux-ci se sont effondrés au cours du dernier mois, passant du troisième rang dans l'Est au 12e en ne remportant que deux de leurs 10 derniers matches.
Forts de trois gains consécutifs maintenant qu'ils jouent sans aucune pression, les Sénateurs ont même rattrapé les Torontois au classement et les deux clubs se disputeront donc l'exclusivité du cinquième rang dans la division Atlantique au Centre Canadian Tire.
Ces derniers vont s'amener dans la capitale avec un nouveau président, l'ancien préfet de la discipline de la LNH et ancien joueur vedette Brendan Shanahan, à leur barre, ce qui laisse présager un été chaud dans la Ville-Reine.
Finir en beauté
« Il va y avoir des partisans des deux clubs dans les estrades même si c'est une partie qui ne veut rien dire, ça va aider à nous motiver pour jouer ce match, a avoué bien franchement l'attaquant Clarke MacArthur, l'ancien des Leafs. On veut gagner pour finir devant eux au classement, pourquoi on ne le ferait pas... Ce serait plaisant de finir en gagnant tous nos matches. »
Membre des Leafs lorsqu'ils ont laissé filer une avance de trois buts lors des 10 dernières minutes du septième match de leur série de l'an dernier contre Boston, MacArthur n'a pas trop de sympathie pour ses anciens coéquipiers.
« C'est difficile pour eux dans un gros marché. Ils ont fini cette saison un peu comme on l'avait fait lors du septième match... Je ne sais pas trop quoi penser de l'arrivée de Shanahan, c'est un autre gros nom du hockey qui débarque chez eux.
« Ça devrait être positif pour lui. Mais je me balance pas mal de ce qu'ils font. Ils ont eu de bons moments pendant l'année, et ils ont mal fini la saison. Nous avons eu nos moments difficiles pendant l'année, et peu importe comment on regarde ça, on va rater les séries, nous sommes dans le même bateau », a-t-il ajouté.
Petite motivation supplémentaire : les Sénateurs ont perdu leurs trois premiers matches cette saison contre Toronto, incluant les deux premiers en tirs de barrage. Les Leafs leur avaient fait mal en leur infligeant un revers de 6-3 au Air Canada Center le 1er février dernier.
« Peu importe quand on affronte les Maple Leafs de Toronto, ça semble être toujours un bon match excitant, intense. Je ne pense pas que ça va être bien différent (samedi soir). On ressort habituellement le meilleur et le pire de nos deux clubs et j'anticipe que ça ne changera pas. C'est comme quand on affronte le Canadien de Montréal. La partie ne veut peut-être rien dire au classement, mais les matches ont quand même une signification pour chaque joueur. Il faut être prêt à les jouer, ça fait partie de l'évaluation qu'on fera après 82 matches », a noté l'entraîneur-chef Paul MacLean.
Anderson devant le filet
Celui-ci a déterminé que Craig Anderson sera le gardien partant contre Toronto. Il faut s'attendre à ce que Robin Lehner, solide dans le gain de 2-1 contre les Devils jeudi, soit appelé à affronter les Penguins de Pittsburgh dimanche soir lors du dernier match de la campagne, même si la décision ne sera prise qu'après le match de samedi.
Saison terminée pour Zibanejad
Le centre Mika Zibanejad a quitté le match de jeudi après environ cinq minutes de jeu. Après coup, l'entraîneur-chef Paul MacLean a dit qu'il avait été envoyé à l'hôpital «par mesure de précaution», sans élaborer plus que ça sur la nature de la blessure.
Vendredi, il n'en avait pas plus long à dire, à part que le Suédois de 21 ans ne jouera pas les deux dernières parties, pour les mêmes raisons.
Paul MacLean n'a pas voulu dire s'il s'agissait d'une blessure au haut ou au bas du corps. Il a cependant dit que des amateurs qui spéculaient sur Twitter qu'il se serait effondré au banc étaient dans l'erreur. «C'est faux», a-t-il dit.
En l'absence de Zibanejad, l'entraîneur pensait insérer le Gatinois Jean-Gabriel Pageau dans la formation.