Cody Ceci, des Sénateurs, et Alexandre Burrows, ancien Sénateur maintenant entraîneur-adjoint du Rocket de Laval, ont accepté l’invitation de Jean-Gabriel Pageau et Daniel Brière de participer à leur tournoi de golf bénéfice vendredi au club Le Sorcier. Le chanteur Éric Lapointe et le comédien Daniel Savoie, bien connu pour son personnage de Patrice Lemieux, étaient également de la partie.

L’été occupé de Jean-Gabriel Pageau

La saison morte est longue à nouveau cette année pour les Sénateurs d’Ottawa, mais elle ne l’est pas tant que ça pour Jean-Gabriel Pageau.

Le centre gatinois ne ménage pas les efforts pour revenir en meilleure forme que jamais lors du prochain camp d’entraînement, après une saison 2018-2019 dont il a raté la première moitié en raison de sa déchirure du tendon d’Achille subie lors des tests physiques pré-camp en septembre dernier.

« Je n’ai pris qu’une semaine de pause à la fin de la saison (au début avril), alors que d’habitude, je prends un mois pour voyager et me changer les idées. Là, je suis vraiment resté en mode hockey alors que cet été, je veux vraiment me concentrer et prendre mon entraînement au sérieux. Je veux remettre de la force dans ma jambe droite afin d’arriver au camp en top shape et montrer que toute l’équipe a du caractère, pas juste moi », a raconté Pageau lorsque rencontré en marge du tournoi de golf bénéfice auquel il prête son nom avec Daniel Brière, tenu vendredi au club Le Sorcier de Gatineau.

Pageau a continué à patiner en avril et mai afin de se garder en forme au cas où l’équipe nationale du Canada lui ferait signe, un appel qui n’est finalement pas venu. En revanche, ça lui a permis de participer à un tournoi pour adultes à Ottawa avec des amis d’enfance qui demeurent toujours dans son entourage, tournoi que ces anciens du hockey mineur du secteur Hull ont d’ailleurs remporté.

« Je me tenais en shape au cas où j’irais au championnat mondial (comme l’an dernier), mais quelques joueurs se sont ajoutés à la fin, ce qui était correct aussi même si j’aurais aimé être là. J’ai fait un tournoi avec mes chums à Ottawa à la place et on a gagné, on a eu du plaisir. Plusieurs sont au tournoi de golf aujourd’hui. On s’appuie et on a du fun ensemble », a-t-il relaté.

Après une saison qui a vu les Sénateurs terminer au dernier rang du classement général de la LNH et effectuer une vente de feu à la date limite des échanges alors que Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel sont partis comme Erik Karlsson et Mike Hoffman quelques mois plus tôt, Pageau aimerait évidemment avoir autant de plaisir avec ses jeunes coéquipiers au sein d’une organisation en reconstruction, qui vient d’embaucher un nouvel entraîneur en D.J. Smith.

« C’est un nouveau départ pour tous les joueurs et l’organisation. Avec un nouveau personnel d’entraîneurs, on veut mettre le passé derrière nous. On a de bons jeunes joueurs qui arrivent avec beaucoup de talent, qui sont déjà des professionnels capables d’avoir un impact dans les matches. Toute l’expérience qu’ils ont acquise l’an dernier, ils vont pouvoir apporter ça cette année. Un nouvel entraîneur, ça met tout le monde sur le même pied. Tout le monde doit faire sa place et se pousser les uns, les autres. Ça donne une bonne compétition pour prouver que tu as ta place ici », souligne celui qui a récolté 4 buts et 12 points en 39 parties après son retour au jeu en janvier.

Pageau a le défenseur Cody Ceci comme partenaire quotidien d’entraînement au gymnase de l’équipe au Centre Canadian Tire, et ils ont pris le jeune Max Véronneau sous leur aile. Pour Ceci, les prochaines semaines seront un peu stressantes, alors que ses négociations de contrat n’ont pas vraiment avancé depuis quelques discussions avec le DG Pierre Dorion en fin de saison. Il sera joueur autonome avec restriction le 1er juillet, à condition évidemment que les Sénateurs lui fassent une offre qualificative d’ici au 24 juin, qui devrait comporter une augmentation de 10 % sur son salaire de 4,3 millions $ l’an dernier obtenu en arbitrage.

« Il ne se passe rien présentement, on attend encore. J’espère que ça va se régler plus tôt que tard et que ça ne s’étirera pas comme l’an passé. On va voir, je suis patient. Je dois parler à mon agent la semaine prochaine », a-t-il confié au Droit.

+

BRIÈRE ÉCOUTERAIT UNE OFFRE DES SÉNATEURS

Daniel Brière fait ses classes pour travailler un jour dans un bureau de direction de la LNH.

Après une première saison couronnée de succès pour l’équipe de la ligue East Coast, les Mariners du Maine, dont il est le vice-président aux opérations hockey, il ne sait pas s’il serait prêt à poser sa candidature pour le poste similaire que les Sénateurs d’Ottawa entendent créer. Mais le Gatinois de 41 ans écouterait si le club de son patelin avait un intérêt pour ses services. « C’est peut-être encore un peu tôt, mais on va voir, on garde toujours la porte ouverte et on écoute ce qui est possible. Mais j’ai tellement de plaisir à faire ce que je fais pour le moment. J’essaie de garder le focus là-dessus. Si ça arrive à un certain moment donné, tant mieux, je vais écouter ce qui va passer. Mais je ne veux pas manquer le moment présent aussi. La pression est bien moindre au niveau de la ECHL, je veux essayer d’apprendre le plus possible pendant que je le peux », a-t-il dit au Droit, lui qui travaille également avec les dirigeants des Flyers de Philadelphie, un de ses anciens clubs.

À ce titre, il a tenté d’influencer un peu la décision d’embaucher le Gatinois Alain Vigneault comme nouvel entraîneur-chef ce printemps. « Les Flyers étaient rendus là, ça fait plusieurs années qu’on amenait des entraîneurs recrues et là, pour passer au prochain niveau, ça commence derrière le banc. Aller chercher un entraîneur d’expérience, ça démontre que les Flyers sont prêts à passer à la prochaine étape... Je suis fier qu’on se fie à un Québécois. J’ai poussé un peu pour Alain, mais je ne suis pas certain que ma voix a eu beaucoup de pouvoir », notait-il.

Brière était comme toujours heureux d’être de retour dans son patelin pour son tournoi de golf annuel, jumelé à son « protégé » Jean-Gabriel Pageau depuis quelques années. Ça lui permet de saluer plusieurs amis et membres de sa famille, dont son père Robert, qui est venu faire son tour au Sorcier. L’événement a attiré environ 150 golfeurs et devait permettre d’amasser aux environs de 35 000 $, fonds qui seront redistribués au bénéfice des enfants dans le besoin de la région outaouaise.