Ce n’est pas la première fois que Cody Ceci est au centre de rumeurs d’échange. Et le défenseur ottavien s’est montré évasif concernant son avenir à long terme avec les Sénateurs : «Il faut prendre ça une étape à la fois.»

L’étau se resserre sur Ceci

C’est peut-être une stratégie pour mousser sa valeur sur le marché des échanges, mais l’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa Guy Boucher s’est fait un devoir de faire remarquer que le défenseur Cody Ceci a disputé de forts matches lors des deux derniers gains de son équipe.

Alors que de grandes décisions devront être prises au cours des prochains jours en ce qui a trait aux trois meilleurs attaquants du club, Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel, il y aurait également de l’intérêt d’autres formations de la LNH pour le vétéran défenseur de 25 ans qui se veut le souffre-douleur des fervents de statistiques avancées.

Le premier choix de l’équipe au repêchage de 2012, le 15e au total, semble réaliser qu’il pourrait en être à ses derniers coups de patin avec l’équipe de son patelin, passant plus de temps que d’habitude à parler avec son agent, J.P. Barry, de CAA Sports. « Je contacte mon agence assez souvent alors qu’on entend plein de rumeurs. Il ne faut pas y penser. Je sais que tout le monde dit ça, mais c’est vrai. C’est quelque chose que tu dois ignorer jusqu’à ce que ça se concrétise », a-t-il confié après l’entraînement des siens lundi au Centre Canadian Tire.

« Il y a une date limite d’échanges chaque année et si ton club n’y va pas (pour la coupe) comme on l’a fait il y a deux ans, alors nos noms se retrouvent mentionnés. C’est comme ça et malheureusement, nous sommes de retour dans cette position cette année », a-t-il ajouté quand Le Droit lui a fait remarquer que ce n’est pas la première fois que son nom se retrouve dans les rumeurs.

L’ancien des 67’s qui est originaire d’Orléans avait été incapable de s’entendre avec la seule organisation qu’il a connue dans les rangs professionnels l’été dernier, un arbitre déterminant son salaire de 4,3 millions $ après une audience dont il était ressorti aigri. Un changement d’air pourrait donc lui être bénéfique, lui qui sera à nouveau éligible à passer en arbitrage salarial en tant que joueur autonome avec compensation l’été prochain.

Ceci, qui a 5 buts et 18 points à sa fiche avec un différentiel de moins-18 en 51 matches cette saison, a évité une question à savoir s’il se voyait demeurer à Ottawa à long terme. « Pour l’instant, après avoir parlé avec mon agence, on va juste essayer de traverser la période des échanges. C’est la première chose, ensuite il y a le repêchage. Il y a toujours des moments où ils parlent de m’échanger, des choses comme ça. Il faut prendre ça une étape à la fois, je suis encore sous contrat jusqu’à cet été. On va composer avec ça plus tard », a-t-il dit à ce sujet.

Ceci a apprécié d’être appelé à aider au développement de son partenaire régulier, Maxime Lajoie, cette saison. « Il est un excellent jeune joueur. Même quand il a été laissé de côté pour quelques matches, il est resté calme. Il savait qu’il devait travailler fort pour réintégrer l’alignement et c’est ce qu’il a fait. Il aurait pu bouder, mais il n’est pas comme ça. C’est bien de le voir se développer comme ça », affirme-t-il.

Boucher a justement noté que Ceci a mieux paru alors que Lajoie a aussi connu de bons matches contre Anaheim et Winnipeg. « Nous lui avons donné de bonnes notes lors des derniers matches », a-t-il souligné.

+

Anderson blessé, Nilsson d’office

Le gardien Craig Anderson brillait par son absence à l’entraînement de lundi, le DG Pierre Dorion révélant qu’il s’était infligé une blessure mineure pendant son échauffement en gymnase avant l’entraînement.

Guy Boucher a indiqué qu’il « espère qu’il sera de retour dans les prochains jours » et a évoqué la possibilité qu’un gardien soit rappelé de Belleville mardi pour agir comme adjoint à Anders Nilsson, qui allait être son partant de toute façon après avoir effectué 89 arrêts sur 91 tirs lors des deux derniers gains des siens.

« Quand ça va bien (pour un gardien), tu le laisses aller », a ajouté Boucher. Le cerbère suédois apprécie l’opportunité qui se présente à lui de jouer régulièrement. « Quand tu joues de façon constante, tu as moins besoin de penser, tu peux juste jouer et ça aide », a dit Nilsson, lui qui a apprécié son passage à une marche pour la Fierté dimanche dans le cadre du Bal de neige avec son coéquipier Mark Borowiecki.

« C’est un problème dans les sports (l’homophobie) et c’est important pour nous en tant qu’athlètes professionnels de montrer notre appui à cette cause », a-t-il affirmé.