Les Rangers ont marqué un but à cinq contre quatre dans le match de jeudi dernier, mais ils ont été blanchis en quatre tentatives dans celui de samedi.

Les unités spéciales sont à la hauteur

Pas efficace, le jeu de puissance des Rangers ? Alain Vigneault a été obligé de défendre le travail de ses unités spéciales, à la veille du match numéro trois.
Les Rangers ont marqué un but à cinq contre quatre dans le match de jeudi dernier, mais ils ont été blanchis en quatre tentatives dans celui de samedi.
« Les gens regardent les statistiques et se disent que nous n'avons pas marqué, mais en réalité, nous avons inscrit deux de nos buts alors qu'un de leurs joueurs venait de sortir du banc des pénalités », souligne l'entraîneur-chef hullois.
Depuis le début des séries, l'attaque massive des Rangers présente un taux d'efficacité famélique de 8,7 %. Il s'agit de la pire performance parmi les 16 formations qui ont joué du hockey de printemps.
En saison régulière, pourtant, ils ont percé le top-10 dans la LNH, avec un fort respectable 20,2 %.
Pas assez robustes durant leur passage à Ottawa, les Rangers ?
Encore une fois, Vigneault a été contraint de se défendre.
Son club a pourtant complété 43 mises en échec dans la défaite de 6-5 en deuxième période de prolongation, samedi. Le capitaine Ryan McDonagh s'est comporté en bon leader. Les officiels mineurs lui ont crédité 11 coups d'épaule à lui seul.
« Il y a de ces matches où ton équipe contrôle beaucoup la rondelle. Plus tu contrôles la rondelle, moins tu as l'occasion de frapper l'adversaire. Ce fut le cas, samedi. Nous avons passé beaucoup de temps dans leur territoire. Nous avons généré de bonnes chances de marquer. Nous n'avons pas eu trop de mal à traverser le territoire neutre. Nous n'avons pas exactement la chance d'exercer le même style de hockey, physique, que dans notre série précédente contre Montréal. »
Tous les clichés
Dans le vestiaire des Rangers, après l'entraînement de lundi matin, le mot s'était passé. Tous les joueurs semblaient réciter une liste de clichés.
« Ça nous a fait du bien d'obtenir une journée de congé de plus. La défaite de samedi fut difficile à digérer, mais nous avons réussi à la surmonter », a dit Henrik Lundqvist.
« Il faut répondre correctement dans le match numéro trois. Je pense que nous avons bien joué... même si nous n'avons pas fini le travail », croit Rick Nash.