Les Senators de Belleville sont sur la route depuis leur match inaugural contre le Rocket de Laval, à la Place Bell.

Les Senators inaugurent leur nouveau domicile

Après plusieurs mois de préparatifs et de rénovations au Yardmen Arena, le grand jour est arrivé à Belleville.

Les Senators de l’endroit vont disputer le premier match à domicile de leur histoire mercredi soir alors que le Crunch de Syracuse, de l’entraîneur-chef gatinois Benoît Groulx, s’amènera dans la baie de Quinte.

Le club-école des Sénateurs d’Ottawa a bien survécu à une série de neuf parties à l’étranger pour amorcer la saison régulière, se présentant devant ses nouveaux partisans avec une fiche de 4-4-1 grâce à son balayage d’une série de deux parties contre le Moose du Manitoba le week-end dernier.

Responsable de l’équipe et instigateur de son déménagement de Binghamton au cours de la dernière saison morte, le directeur général adjoint des Sénateurs Randy Lee a bien hâte de voir l’ambiance qui régnera dans l’amphithéâtre de 4400 places qui ont toutes trouvé preneurs, le match étant présenté à guichets fermés. 

« Ça va être spectaculaire, les amateurs vont vivre une belle expérience, il n’y a pas un mauvais siège dans l’aréna, a indiqué Lee en entrevue avec TSN 1200 mardi, au sujet de la rénovation au coût de 20,5 millions $ du Yardmen Arena, dont la glace a été réduite aux dimensions nord-américaines. C’est intime, tu es proche de l’action et la capacité est parfaite pour la Ligue américaine. Et le vestiaire pour les joueurs est fantastique, ça va être parfait pour le développement de nos joueurs. »

Lee et les autres dirigeants de l’équipe sont évidemment comblés par le début de saison des petits Senators, qui ont non seulement dû composer avec tous ces matches à l’étranger en attendant la fin des rénovations, mais aussi avec le rappel de nombreux joueurs quand le grand club a eu des blessés.

« À un moment donné, trois de leurs défenseurs étaient avec nous en (Thomas) Chabot, (Christian) Jaros et (Ben) Harpur. Puis nous avons dû rappeler quatre attaquants, donc presque la moitié de leur top-9. Ces rappels étaient probablement plus difficiles pour eux que le fait de commencer à l’étranger, mais ils se sont très bien débrouillés. Il reste maintenant à faire comprendre aux gens de Belleville que c’est la réalité d’un club de la Ligue américaine, les meilleurs joueurs peuvent venir en renfort à tout moment. Mais les gens connaissent le hockey et ils vont probablement apprécier de voir un joueur disputer un match à Belleville un mercredi ou jeudi soir, puis de le revoir à Hockey Night in Canada le samedi soir », estime Lee.

La troupe dirigée par Kurt Kleinendorst obtiendra du renfort pour son premier match à la maison alors que le centre Colin White a été cédé aux Senators en fin de semaine. Le choix de première ronde de l’équipe en 2015, peu après Thomas Chabot, reviendra au jeu après une absence de presque six semaines en raison d’un poignet fracturé lors du premier match hors-concours du camp d’entraînement. «Le plan est de le faire jouer beaucoup et de le faire jouer au centre afin qu’il retrouve son synchronisme», a dit Lee.

Chabot représente pour sa part un cas douteux alors qu’il a raté les parties du week-end à Winnipeg en raison d’une légère élongation musculaire à l’aine subie lors de l'entraînement matinal avant le premier match, vendredi dernier.