Derick Brassard, acquis des Rangers en échange de Mika Zibanejad, a inscrit 3 buts et 6 passes, bon pour 9 points en séries jusqu'à maintenant.

Les sénateurs sympathisent avec leurs partisans inondés

Les Sénateurs ont traversé plus que leur part d'épreuves cette saison, entre la commotion de Clarke MacArthur, le cancer de l'épouse de Craig Anderson et le doigt lacéré de Marc Méthot, notamment.
Toutes celles-ci font qu'ils forment une famille tricotée serrée, estime le d.g. Pierre Dorion, et qu'ils sympathisent avec les résidents de l'Outaouais et de l'Est ontarien qui sont affectés par les inondations des derniers jours.
«J'aurais été fâché si nous avions perdu la série (contre New York), mais la vie vient toujours avant le hockey, j'en parle toujours. La vie et la santé des gens, leurs choses de valeurs. Tu te demandes toujours si des gens ont perdu la vie en regardant ce qui se passe à Constance Bay, ou à Gatineau... Je suis allé à la pratique de basket de mon fils hier soir et nous sommes passés près de l'île Petric, qui n'existe pas présentement, elle est toute sous l'eau. C'est bien plus important que le hockey», a noté Dorion.
«Je suis content que les gens de la région soient derrière nous et on espère pouvoir leur apporter de la joie et de la satisfaction. C'était assez impressionnant de débarquer de l'avion à 1 h 30 du matin (mardi) et de voir tous ces partisans qui étaient là. Tu penserais que les gens ont de meilleures choses à faire, mais c'était un accueil fantastique. Et c'était bien de voir ce vidéo des amateurs (sur la rue Elgin) qui célébraient au feu rouge puis s'enlevaient de la rue quand il tournait au vert », a-t-il ajouté.
Ses propos ont trouvé écho auprès du centre Kyle Turris, qui a fait beaucoup jaser en allant au banquet des Condors d'Ottawa après avoir compté le but gagnant en prolongation du cinquième match contre les Rangers samedi.
«C'est notre chance d'être une distraction pour les gens, leur changer les idées. C'est une année spéciale pour nous avec tout ce qui est arrivé avec Clarke (MacArthur) et les Anderson, et maintenant la communauté ici avec les inondations. Que tout tombe en place de cette façon, ça fait que c'est une année assez cool», a-t-il souligné.
Dorion a tenu à féliciter les Rangers pour une excellente série, en particulier leur d.g. Scott Gorton, avec qui il a conclu l'échange Derick Brassard pour Mika Zibanejad, et leur entraîneur-chef Alain Vigneault, «un des meilleurs de la ligue».
Il pense maintenant que son club devra hausser son jeu «de plusieurs crans» s'il veut vaincre les Penguins et atteindre la finale de la coupe Stanley.
«Nous sommes un des quatre clubs qui peut gagner la coupe. Nous avons fait du bruit, mais on veut en faire encore plus, a-t-il indiqué. Quand j'ai été nommé d.g., je pensais qu'on avait un meilleur club (que celui qui a raté les séries l'an passé). Je pensais qu'avec un nouveau personnel d'entraîneurs, on pourrait se qualifier pour les séries et quand tu es un des 16 clubs en séries, tout peut arriver. Les joueurs méritent beaucoup de crédit, ils ont fait le travail. Je pense être OK comme d.g. et Guy est un excellent entraîneur. Mais nous avons des joueurs spéciaux.»
Le plus «spécial» de ces joueurs est évidemment le capitaine Erik Karlsson.
«En fin de compte, il y aura un excellent débat à savoir qui est le plus grand Sénateur de l'histoire, entre "Alfie" (Daniel Alfredsson) et Erik, pense Dorion. Erik a vraiment décidé de lui-même de devenir un grand leader, de faire tout en son possible pour mener cette équipe à la terre promise. Du crédit doit aller à "Alfie", qui lui a demandé combien de trophées Norris il pensait gagner après son deuxième (il y a deux ans)... Et Guy Boucher lui a donné des responsabilités (défensives). On menait par un but (mardi à New York) et il a joué six des huit dernières minutes. Je ne suis pas certain que ça serait arrivé lors des années précédentes. Beaucoup de crédit doit aller à Guy, quand on l'a interviewé pendant des heures l'an passé, on a passé beaucoup de temps à parler de comment maximiser le talent d'Erik, vu qu'on savait qu'on avait quelqu'un de spécial devant nous.»
Équipe Canada
Avec l'élimination des Oilers mercredi aux mains des Ducks, les Sénateurs sont la dernière équipe canadienne  en lice pour tenter de ramener la coupe Stanley au pays pour la première fois depuis 1993. « C'est un honneur d'être la dernière équipe canadienne qui joue, on l'accepte bien humblement et on va prendre ça à coeur. Il y a de bonnes histoires à raconter au sujet des Sénateurs cette saison et j'espère que les gens au Canada peuvent embarquer dans notre bandwagon et nous suivre, même si on sait qu'on ne changera pas les allégeances des partisans. Nous avons un bon groupe de gars, nos joueurs sont spéciaux. Ça fait sept ans que je dis qu'Erik Karlsson est spécial. Craig Anderson est un des meilleurs gardiens de la ligue qui n'obtient pas tout le crédit qu'il lui revient », a dit Pierre Dorion à ce sujet.
Rapport d'infirmerie
Alors que son entraîneur-chef Guy Boucher a pris congé des journalistes jeudi, le d.g. Pierre Dorion s'est chargé de faire un rapport concernant les blessés de l'équipe et il a indiqué que tout le monde, incluant l'attaquant Viktor Stalberg qui n'a pas terminé le match de mardi à New York, devrait être disponible pour le début de la série contre les Penguins, à part le défenseur Mark Borowiecki. Blessé à une jambe lors du deuxième match de la série contre Boston, sa blessure « ne progresse pas aussi bien qu'on l'espérait », a indiqué Dorion au sujet du robuste arrière-garde, remplacé adéquatement par Fredrik Claesson et Ben Harpur depuis qu'il a dû s'absenter. Le club tiendra un entraînement vendredi à 19 h au Centre Canadian Tire avant de prendre le chemin de Pittsburgh.
Entre les lignes
Dorion a indiqué que pendant les séries, toutes les négociations de contrat ont été mises sur la glace avec les potentiels joueurs autonomes de l'équipe, comme le gardien substitut Mike Condon et l'attaquant Tom Pyatt... Les dépisteurs professionnels de l'équipe vont se réunir à compter du 25 mai pour dresser les listes en vue du repêchage amateur et d'expansion pour le nouveau club de Las Vegas. Dorion a répondu un « oui » catégorique quand il s'est fait demander si les performances de certains joueurs pendant les présentes séries pourraient avoir changé la liste qu'il soumettra à George McPhee, son homologue des Golden Knights. « J'ai une bonne idée de ce qu'on va faire, les Golden Knights vont obtenir un bon joueur, à moins d'un échange avant le repêchage », a dit Dorion.