Anders Nilsson a été chassé du match face aux Hurricanes lundi soir après avoir accordé quatre buts.

Les Sénateurs subissent une raclée à Raleigh

RALEIGH — Les Sénateurs d’Ottawa ont été ramenés rudement sur terre lundi soir en Caroline du Nord.

Les Hurricanes de l’endroit ont vengé leur revers de 4-1 de samedi dernier dans la capitale lors du second match de leur série aller-retour avec un gain convainquant de 8-2 devant une petite foule de 12 356 amateurs au PNC Arena.

Les hommes de l’entraîneur-chef D.J. Smith ont ainsi vu leur modeste série de deux victoires d’affilée prendre fin en même temps que les Jerks mettaient un terme à une séquence noire de quatre revers de suite, ce qui leur a permis de faire une de leurs célébrations que détestait tant Don Cherry après coup.

Ottawa (6-10-1) n’a jamais été dans le coup, les locaux ouvrant le pointage dès la première minute de jeu quand un tir de Warren Foegele s’est frayé un chemin entre les jambières du gardien Anders Nilsson, nommé la première étoile de la dernière semaine dans la LNH quelques heures plus tôt.

Le tir a dévié légèrement sur le patin de son coéquipier Chris Tierney, et Nilsson a vu un autre mauvais bond mettre un terme à sa soirée en milieu de deuxième, une passe de Haydn Fleury déviant sur le bâton du défenseur Erik Brännström pour envoyer la rondelle par-dessus son épaule. Il a pris le chemin des douches, remplacé par Craig Anderson, qui n’a pas obtenu beaucoup plus d’aide de ses coéquipiers.

« C’est juste un match pour ce groupe qui a travaillé fort récemment. On a travaillé aussi en première, mais à chaque erreur, la rondelle s’est retrouvée dans le filet. On doit juste passer au prochain match, a analysé Smith après coup. Il (Nilsson) a été excellent pour nous et (le retirer) n’avait rien à voir avec lui. Quatre (buts alloués), c’était assez. C’est ça qui est ça, ça fait partie du processus. On affrontait un club qu’on a battu (samedi), ils n’étaient pas contents et ils sont revenus en force aujourd’hui. »

Sebastian Aho, avec un doublé, a dirigé l’offensive des Hurricanes. Son premier but pour faire 3-0 a bien illustré le genre de soirée que c’était pour les visiteurs. Juste avant de s’échapper après avoir bloqué un tir de Dylan DeMelo à sa ligne bleue, il avait assené un coup sur le bâton de Nick Paul, qui s’est fracassé dans ses mains, un cinglage qui a été ignoré par les officiels.

« Comme entraîneur des visiteurs, tu aimerais qu’il y ait une punition là-dessus, mais ceci étant dit, ils ont mieux joué que nous, ils méritaient de gagner, donc je ne vais pas me plaindre de ça ici », a ajouté Smith.

Le défenseur Mark Borowiecki était bien d’accord à ce sujet.

« Je fais de multiples erreurs dans un match, bien plus que les officiels peuvent en faire. On a juste bien mal réagi à cette adversité par la suite », a-t-il commenté.

Même Paul était d’accord. « C’est juste malheureux, le jeu est rapide et ils l’ont manqué... On ne peut pas blâmer les mauvais bonds, se laisser décourager avec ça, ce sont des choses qui arrivent au hockey. 

Martin Necas, Haydn Fleury, Dougie Hamilton et Joel Edmundsson ont compté les autres filets des Hurricanes (10-7-1).

Dans la défaite, la série de quatre parties avec au moins un but du centre gatinois Jean-Gabriel Pageau a pris fin.

Utilisé à la place d’un Jonathan Davidsson blessé lors du match de samedi, le vétéran Bobby Ryan a au moins distribué quelques bons coups d’épaule en plus d’avoir le meilleur d’un combat contre Brock McGinn au premier tiers. 

Les Sénateurs ont pris le chemin du New Jersey après le match alors qu’ils rendront visite aux Devils mercredi soir pour terminer ce court voyage.

>> Sommaire

+

«ON N'A PAS SUIVI LE PROGRAMME»

RALEIGH — Ron Hainsey ne se rend pas disponible trop souvent dans le vestiaire des Sénateurs depuis le début de la saison, mais il est là pour faire face à la musique après les défaites cuisantes comme celle de lundi. Il s’agissait de la pire défaite d’Ottawa cette saison, la dernière fois qu’ils avaient alloué huit buts remontant au 18 février dernier dans un revers de 8-7 contre Chicago.

«Il va y avoir bien des choses à regarder (sur la vidéo) et on devra en apprendre quelque chose. On va revenir au travail demain», a-t-il dit d’entrée de jeu quand il s’est amené en renfort d’un autre assistant-capitaine, Mark Borowiecki. 

«Les vétérans dans ce vestiaire qui ont fait le tour du jardin, c’est notre responsabilité comme leaders ne s’assurer que les gars n’abandonnent pas le système quand c’est 3-0. Ce n’est pas ce que tu veux sur la route, mais on doit s’assurer de suivre le programme mieux que ça. On s’est mis à prendre trop de chances pour aller compter à l’autre bout et ils nous revenaient rapidement dans la face. Même à 3-0, ce n’est pas le temps de virer fou», a-t-il souligné.

Hainsey a dit qu’il se sentait mal pour les gardiens Anders Nilsson et Craig Anderson, qui ont alloué quatre buts chacun (sur 19 et 24 tirs, respectivement). «On les a laissés se défendre par eux-mêmes beaucoup trop et je me sens mal pour eux, mais ils ont un métier ingrat, je me sens mal pour eux 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7», a-t-il ajouté, notant que plusieurs buts ont dévié sur certains de ses coéquipiers (Chris Tierney, Vladislav Namestnikov et Erik Brännström).

Ce dernier, qui a raté une belle chance de compter son premier but, semble s’être encore rapproché d’un séjour à Belleville, terminant sa soirée avec un différentiel de moins-3.