Les Sénateurs n’ont que peu mis à l’épreuve le gardien substitut des Sharks, Aaron Dell, qui a rèussi son deuxième jeu blanc de la campagne.

Les Sénateurs rossés à San Jose

SAN JOSE - Les Sénateurs d’Ottawa pensaient avoir fait un pas dans la bonne direction après avoir subi un revers honorable en prolongation à Los Angeles.

Ils en ont fait deux autres vers l’arrière en offrant une performance pitoyable, une autre, dans une défaite de 5-0 aux mains des Sharks de San Jose samedi soir au SAP Center.

Les hommes de Guy Boucher ont ainsi été balayés au cours de leur séjour de trois parties en Californie (0-2-1) et leur fiche au cours de ce long voyage de sept parties en deux semaines est maintenant de 1-4-1, eux qui le termineront mardi en rendant visite aux Sabres de Buffalo, le seul club qu’ils devancent au classement de la conférence de l’Est. Ils n’ont qu’une victoire à leurs 12 derniers matches depuis leur retour de Suède.

«Il y a de la frustration, c’est certain. C’est le mot juste. On n’arrive pas à jouer comme on le veut de façon constante. Ce n’est pas une chose ou une autre, en bout de ligne, en tant qu’équipe, nous n’avons juste pas joué pas assez bien et ça a été le cas encore ce soir. Nous avons été battus par une équipe qui a joué beaucoup mieux que nous. Comme athlète, tu dois retirer de la fierté de la façon et quand tu perds de cette façon, ce n’est pas une bonne sensation», a dit le vétéran défenseur Dion Phaneuf.

Les Sharks ont totalement dominé du début à la fin, obtenant 50 tirs contre 25 pour les visiteurs. Ils ont surtout dominé le début du match, Ottawa n’obtenant son premier tir au but qu’après 12:44 de jeu. Craig Anderson s’était illustré jusque là, mais il a accordé un mauvais but entre les jambières à l’ancien 67 Logan Couture après les premiers tirs des siens.

Anderson n’a pas pu faire grand-chose sur les quatre autres buts, l’oeuvre de Marc-Édouard Vlasic, Melker Karlsson, Joe Pavelski et Tomas Hertl. Couture a ajouté deux passes en plus de son but, incluant son 400e point en carrière.

«On savait que dans cet amphithéâtre, les débuts de parties sont difficiles parce qu’ils sortent toujours forts. C’est ce qu’ils ont fait et nous n’avons pas bien répondu, on a saboté notre travail nous-mêmes avec des revirements et des punitions. On a passé 15 minutes au cachot ce soir, c’est beaucoup trop», analysait l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Les Sénateurs n’ont que peu mis à l’épreuve le gardien substitut des Sharks, Aaron Dell, qui a rèussi son deuxième jeu blanc de la campagne. Bobby Ryan semblait l’avoir pris en défaut sur un retour de lancer alors que la rondelle a glissé lentement sous lui, mais Vlasic aurait empêché le disque de franchir complètement la ligne des buts, même si certains angles des reprises vidéos semblaient indiquer le contraire.

«Je ne comprends pas, les deux bancs pensaient que c’était un but. L’erreur (de l’arbitre) est humaine, mais on est au banc et on pense que c’est bun but, c’est dégonflant quand c’en n’est pas un. Même quand je marque, ça ne compte pas. C’est difficile à avaler», a dit Ryan.

Après revers par le même pointage à Winnipeg dimanche dernier, l’attaquant Mark Stone avait dit que l’effort des siens avait été gênant. Il était moins cinglant cette fois. «C’est un autre mauvais match de notre part et on doit trouver un moyen de s’en sortir. Les gars essaient de faire les bonnes choses, on essaie de gagner, mais ça n’arrive pas. À Winnipeg, nous n’étions pas prêts à jouer. Ce soir, on l’était, on avait de l’énergie, mais on a eu un lent départ, je ne sais pas comment l’expliquer. Dans une telle séquence, tu essaies de trop en faire pour t’en sortir, alors qu’il faut s’en tenir à la base. Je sais que moi, j’essaie tellement fort pour aider l’équipe à gagner que j’ai peut-être changé mon jeu», a dit le meilleur compteur du club.

Les Sharks ont compté deux buts sur leurs huit chances en avantage numérique, alors que l’attaque à cinq des Sénateurs a été blanchie en quatre opportunnités.