Il y a eu un élément de malchance dans la remontée des Canadiens au troisième tiers samedi.

Les Sénateurs reçoivent une leçon sur la malchance

Les bonnes équipes ont tendance à faire leur chance. Les clubs qui en arrachent, eux, se lamentent qu’ils n’ont que des coups de malchance.

Dans leur revers de 5-2 samedi à Montréal, les Sénateurs n’auraient probablement pas eu à se plaindre puisqu’ils ont eu une certaine aide des arbitres.

Les « zébrés » ont accordé un but controversé à Colin White en première période, quand Brady Tkachuk a amené la rondelle au filet et que son bâton a fait perdre l’équilibre au gardien Carey Price. Le Canadien a demandé une révision vidéo, qui a confirmé le but. La troupe de Claude Julien s’est ensuite fait refuser un but qui aurait fait 3-2 en début de troisième période, quand une punition pour embellissement d’une chute sur un accrochage de Thomas Chabot a été décernée à Artturi Lehkonen, qui venait de remettre à Phillip Danault pour un but.

Le Tricolore ne s’est pas laissé abattre par ces décisions douteuses, continuant à mettre de la pression sur ses adversaires.

Les Sénateurs, de leur côté, ne méritaient pas vraiment leur avance de 2-1 après 40 minutes, due seulement aux prouesses devant le filet du gardien Mike McKenna.

Il y a eu cependant un élément de malchance dans la remontée des « Habitants » au troisième tiers. Le tir de Jesperi Kotkaniemi qui a atteint la barre horizontale avant de rebondir dans le dos de McKenna pour créer l’égalité 2-2 avait failli être bloqué par Bobby Ryan, qui s’était improvisé défenseur sur sa descente.

« J’en ai parlé avec “Mac” (McKenna) brièvement après le match, je ne pense pas que j’aurais pu faire quelque chose différemment là-dessus, j’ai senti que la rondelle a effleuré ma jambière au passage, ce qui a été suffisant pour changer la direction. C’est un but chanceux (fluky, en anglais), mais il faut lui donner du crédit parce que c’était un bon tir. C’était un beau jeu », a confié Ryan après coup, lui qui est revenu sans coup férir d’une commotion cérébrale lors des matches de vendredi et samedi.

Le but gagnant de Shea Weber, compté neuf secondes après que l’unité de désavantage numérique eut écoulé une quatrième punition dans le match, a aussi été le résultat d’un bond qui est allé en faveur du Canadien. Maxime Lajoie a bloqué un tir original de Mike Reilly et l’attaquant Magnus Paajarvi a tout juste raté la rondelle bondissante qui a abouti sur la palette du capitaine du Tricolore.

« Nous avons été trop passifs et nous avons écopé de trop de punitions, estimait Paajarvi. Nous n’étions pas là en troisième, après avoir joué un bon match de route lors des deux premières périodes. On doit apprendre de ça et quand cette situation va se présenter à nouveau, nous devons être prêts pour ça... (Sur le but gagnant), c’était difficile, j’avais le choix d’essayer de bloquer le tir ou de saisir la rondelle. J’ai essayé de la saisir, ça n’a pas marché. Nous étions embouteillés dans notre zone, on a été une demi-seconde en retard pour tenter de bloquer. C’est difficile. »

La recrue de 19 ans Brady Tkachuk, qui a tenté de déranger le Canadien toute la soirée (en particulier Brendan Gallagher), a bien résumé le tout : « C’est une leçon à apprendre pour nous alors que c’est frustrant et décevant d’avoir perdu une avance en troisième période. Nous étions peut-être fatigués à notre deuxième match en deux soirs, et il y a eu une couple de mauvais bonds. Comme groupe et comme individu, c’est une opportunité d’apprendre quelque chose », a dit l’attaquant qui a mis fin à une disette de huit matches sans point avec sa passe.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

McCormick au ballottage

En plus de céder les défenseurs Erik Burgdoerfer et Stefan Elliott aux Senators de Belleville, les Sénateurs ont soumis le nom de l’attaquant Max McCormick au ballottage dimanche. S’il n’est pas réclamé d’ici midi lundi, il faut s’attendre à ce qu’il aille lui aussi prêter main-forte aux petits Senators. L’attaquant américain de 26 ans n’a joué que 14 matches cette saison, marquant un but, et il n’était que peu utilisé lors des parties où il était en uniforme (entre 4:53 et 6:44 lors des trois matches qu’il a disputés la semaine dernière). S’il doit retourner dans les mineures, il empochera son salaire de la LNH de 650 000 $, puisqu’il détient un contrat à sens unique pour cette saison dans le cadre d’une entente de deux ans paraphée à l’été 2016.

Pyatt de retour

Guy Boucher a causé une certaine surprise vendredi en laissant de côté le vétéran attaquant Tom Pyatt dans la victoire contre les Red Wings, lui préférant le centre Nick Paul en y allant avec un alignement à sept défenseurs. Avec le retour de Christian Jaros à la ligne bleue, Boucher a décidé d’utiliser six arrières samedi, ce qui lui a permis de ramener Pyatt dans l’alignement. Il a joué 8:54 minutes, obtenant une bonne chance de compter sauf qu’il s’est buté à Carey Price. « Il faut prendre une décision en fonction de chaque match, a expliqué Boucher samedi. Ce n’est jamais facile. Il (Pyatt) est un joueur travaillant, il a bien joué pour moi dans différentes ligues... Le pauvre gars n’a pas eu ça facile cette saison, jouant toujours contre les meilleurs trios adverses. »

Entre les lignes

L’espoir des Sénateurs Alex Formenton ne participera pas au Championnat mondial junior en raison d’une entorse au genou qui devrait le tenir au rancart de quatre à six semaines. Alors qu’il aurait pu être le capitaine de la formation canadienne, la consolation pour lui est qu’il a au moins participé à ce tournoi l’an passé. « C’est un bon tournoi à jouer. Mais je ne pense pas que ça va ralentir son développement. Il va revenir et il va certainement être encore capable de patiner », a dit Mark Stone au sujet du rapide patineur.

Après la visite des Predators lundi soir, les Sénateurs auront trois jours pour reprendre leur souffle avant d’aller au New Jersey vendredi, puis de revenir au CCT samedi pour accueillir les Capitals de Washington.