David Legwand

Les Sénateurs optent pour David Legwand

Mardi, Jason Spezza a fait ses adieux à Ottawa. Malgré ses efforts, il a été incapable de faire taire les rumeurs selon lesquelles il était à couteaux tirés avec son entraîneur Paul MacLean.
Trois jours plus tard, les Sénateurs lui ont trouvé un successeur. David Legwand a été mis sous contrat pour deux ans, vendredi. Il touchera 2,5 millions $ US la saison prochaine et 3 millions $ US en 2015-2016.
On lui a demandé d'identifier les raisons qui l'ont poussé à accepter l'offre des Sénateurs, lui qui était joueur autonome sans compensation depuis trois longues journées. En tête de liste, il a identifié l'entraîneur.
«Je le connais bien, Mac. Je l'ai affronté souvent quand j'étais à Nashville et qu'il dirigeait les Red Wings de Détroit», a-t-il déclaré.
Legwand, qui est âgé de 33 ans, a passé presque toute sa carrière à Music City.
Il a été le tout premier choix au repêchage dans l'histoire des Predators, en 1998. Il est demeuré avec cette formation pendant ses 15 premières saisons dans le hockey professionnel.
MacLean, lui, a passé six saisons à Détroit, entre 2005 et 2011.
«Selon moi, Mac est un homme de hockey très compétent. Il n'a pas remporté le trophée Jack-Adams par accident. Il n'est pas devenu un bon entraîneur à Ottawa. Je suis convaincu qu'il avait beaucoup à voir avec les succès des Wings durant ses années à Détroit.»
Homme peu loquace
À prime abord, le nouveau centre des Sénateurs n'est pas particulièrement loquace. À travers ses courtes réponses, il a quand même dit qu'il avait hâte de jouer avec Clarke MacArthur, Kyle Turris, Bobby Ryan, Milan Michalek et Erik Karlsson. Il croit que ce noyau est suffisamment talentueux pour permettre aux partisans de rêver à un retour en séries éliminatoires.
Après avoir passé une quinzaine d'années loin de la neige, il se dit anxieux et heureux de renouer avec la vie dans un marché nordique. «Vivre dans une ville d'hiver, dans une ville froide... Tout ça sera bien excitant», clame-t-il.
Tout ça pour dire qu'il a l'air bien content.
Legwand s'attend à remplir le rôle de centre numéro deux, cette saison, à Ottawa. Cela signifierait que Kyle Turris succéderait à Spezza dans le fauteuil du centre numéro un.
Ça signifierait surtout que les jeunes Curtis Lazar, Jean-Gabriel Pageau et Mika Zibanejad devraient se contenter de rôles de soutien.
«Un bon vétéran»
Le directeur général Bryan Murray a plutôt l'air de croire que rien n'est encore coulé dans le béton.
L'homme de hockey d'expérience a surtout vanté la polyvalence de sa nouvelle acquisition, vendredi. «David est un bon vétéran. Il patine bien. Je crois qu'il a obtenu 51 points la saison dernière. Ce n'est pas mauvais. Avec son expérience, il pourrait jouer un rôle dans notre top 6. Il pourrait également nous être utile dans un rôle plus défensif. Il a déjà été capitaine. Nous savons donc que nous avons affaire à un leader», résume-t-il.
«Avec tout ce qui nous est arrivé dernièrement, mettre la main sur un centre d'expérience qui est bon dans les cercles de mises en jeu, qui est responsable défensivement et qui peut produire, ce n'est pas négligeable.»
Legwand n'a pas nécessairement plusieurs amis dans le vestiaire des Sénateurs. Son ancien coéquipier chez les Predators, Mike Fisher, lui a quand même dit qu'il avait fait le bon choix.
Le jeune vétéran compte aussi un ami dans les médias. L'animateur de radio Jason York a été son coéquipier au Tennessee.