Le directeur général adjoint des Sénateurs, Pierre Dorion, affirme que l'organisation est prête à passer à l'action à l'approche de la date limite des transactions, le 5 mars prochain.

Les Sénateurs ont fait leurs devoirs

La date finale de l'examen est le 5 mars, mais les Sénateurs d'Ottawa ont déjà fait leurs devoirs.
L'équipe de dépisteurs du club a passé près d'une semaine à Fort Lauderdale la semaine dernière à passer en revue tous les joueurs de l'organisation, autant ceux de la LNH que de la Ligue américaine et les espoirs, ainsi que tous les joueurs qui pourraient les intéresser sur le marché des échanges.
«Lors de notre réunion concernant les pros, Bryan (Murray) était présent et nous avons évalué où notre équipe se trouve présentement, en plus d'identifier des cibles possibles pour des échanges possibles. Ça ne veut pas dire que nous allons conclure un échange, mais il faut toujours être prêt pour cette possibilité d'aller chercher des joueurs qui pourraient nous aider à court ou long terme», a dit le nouveau directeur général adjoint Pierre Dorion.
Moulson à Ottawa?
Déjà, il y a plusieurs rumeurs qui courent à l'effet qu'Ottawa pourrait être très intéressé aux services d'un attaquant comme Matt Moulson, des Sabres de Buffalo, qui sera joueur autonome l'été prochain. Le lien est facile à faire vu que le neveu de Bryan Murray et ancien adjoint, Tim Murray, a accepté le poste de directeur général des Sabres au début de janvier.
Mais Moulson n'est pas le seul attaquant qui pourrait être disponible sur le marché des transactions. Ales Hemsky, des Oilers d'Edmonton, et Mike Cammalleri, des Flames de Calgary, sont deux noms qui reviennent souvent aussi dans les conversations. Et il y en a d'autres.
«Nous pensons que nous avons une bonne équipe et le dernier mois nous donne raison. On pense qu'on pourrait se qualifier pour les séries et peut-être surprendre des équipes», ajoutait Dorion.
Comme la pause olympique comprendra également une pause au chapitre des transactions dans la LNH, du 8 au 25 février, il serait peut-être avantageux d'essayer de boucler un échange avant celle-ci, histoire de donner plus de temps au(x) nouveau(x) venu(s) de s'intégrer. Surtout dans l'optique que les joueurs qui n'iront pas à Sotchi (tous sauf Erik Karlsson et Milan Michalek, donc) vont tenir un mini-camp d'entraînement la semaine avant la reprise des activités.
«Ça pourrait être une bonne idée, mais il faut attendre de voir où nous en serons à la pause olympique, puis à la date limite des échanges. Mais j'aime la direction dans laquelle nous allons en tant qu'équipe à l'heure actuelle», a répondu Dorion.
Repêchage 2014
En ce qui a trait au repêchage de juin prochain à Philadelphie et aux espoirs de l'organisation, le responsable de l'équipe de dépisteurs est très à l'aise, même si la transaction qui a amené Bobby Ryan à Ottawa l'été dernier a coûté deux jeunes joueurs (Jakob Silfverberg et Stefan Noesen) ainsi qu'un choix de première ronde.
«Même si nous n'avons pas de premier choix, nous avons dressé nos listes comme d'habitude, car on ne sait jamais, il pourrait toujours y avoir un échange qui pourrait survenir d'ici au repêchage ou le jour même de celui-ci, a indiqué Dorion. Quant à notre banque d'espoirs, nous avons le club-école de Binghamton qui est en première place, avec un club assez jeune. Dans le junior, tout le monde parle de Curtis Lazar (le premier choix de l'été dernier). Et nous avons d'autres gars qui vont bien, nos deux jeunes qui sont à Ohio State par exemple (Ryan Zingel et Max McCormick) qui ont une chance d'être des joueurs solides dans la LNH. Nous pensons avoir des espoirs à toutes les positions.»
Dorion a laissé entendre que le club continuera à essayer d'attirer des agents libres des rangs collégiaux américains, filon qui a amené des joueurs comme Stéphane Da Costa et Jesse Winchester.