«Eugene Melnyk fait ce qui est attendu de lui en tant que propriétaire. Il remplit toutes ses obligations envers l’équipe», a affirmé le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman.

Les Sénateurs n’inquiètent pas Bettman

Foi de Gary Bettman, les Sénateurs d’Ottawa ne risquent pas de déménager dans une autre ville. Pour ce qui est des plaines LeBreton, c’est une autre histoire.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey a profité de la réunion des directeurs généraux qui a lieu cette semaine à Boca Raton, en Floride, pour se faire rassurant sur l’état de la franchise de la capitale nationale, en crise avec la récente vente de feu de ses trois meilleurs compteurs et avec l’échec du projet RendezVous LeBreton pour doter l’équipe d’un domicile plus près du centre-ville.

En point de presse avec les journalistes présents à cette réunion, Bettman a dit qu’il n’y a « aucune raison de s’inquiéter » pour l’avenir des Sénateurs sous le joug du propriétaire Eugene Melnyk. Ce dernier est critiqué de toutes parts dans la capitale, incluant à l’hôtel de ville, pour sa gestion du club ainsi que pour le conflit avec son partenaire John Ruddy qui a fait dérailler le projet de revitalisation des Plaines, les deux hommes se poursuivant en cour pour un total de 1,7 milliard $. Un processus de médiation n’a pas permis de régler le conflit et la Commission de la capitale nationale a annoncé son intention de recommencer le processus d’appel d’offres à zéro, ce qui devrait être confirmé lors d’une réunion jeudi.

« Des projets majeurs, les hauts et les bas de la performance d’une équipe, ce sont des choses qui vont changer au fil du temps, a déclaré Bettman. Je sais qu’Eugene Melnyk est très engagé envers les Sénateurs et qu’il est concentré à trouver ce qu’il doit faire et qu’elles sont ses meilleures options dans les circonstances. »

Melnyk s’est fait plutôt discret au cours des derniers mois, se contentant d’envoyer quelques communiqués de presse où il a parlé de son désir de dépenser plus d’argent dans deux ans alors que son club en reconstruction devrait commencer une « période de succès sans parallèle », et de celui d’explorer d’autres endroits pour doter son club d’un aréna au centre-ville d’Ottawa.

« Les équipes ont des hauts et des bas autant sur la glace qu’avec leur base de partisans et Eugene Melnyk fait ce qui est attendu de lui en tant que propriétaire. Il remplit toutes ses obligations envers l’équipe, alors que la direction et le propriétaire de toute franchise peuvent décider à n’importe quel moment qu’il est temps de reconstruire et qu’il faut que ce soit fait. Les équipes traversent différents cycles », a souligné Bettman.

Le commissaire a participé à différentes réunions dans la capitale au cours des dernières années concernant le projet de développement des plaines LeBreton, mais il a affirmé en Floride qu’à l’heure actuelle, « personne ne m’a demandé de m’impliquer... Nous sommes toujours prêts à le faire lorsque c’est approprié et qu’on en fait la demande ».

Bettman est historiquement opposé aux déménagements de franchises dans d’autres villes. Le seul qu’il ait autorisé depuis 1997 est celui du passage des Thrashers d’Atlanta à Winnipeg en 2011. Il s’est opposé farouchement à différentes tentatives pour relocaliser les Coyotes de l’Arizona, notamment.

En décembre 2017, à la veille d’un match en plein air dont son club était l’hôte, Melnyk avait évoqué la possibilité de déménager la concession dont il est propriétaire depuis 2003 si les assistances aux matches au Centre Canadian Tire « devenaient un désastre ». L’équipe a attiré en moyenne 14 416 amateurs par match lors de ses 33 premières rencontres de la présente saison, après en avoir attiré 15 422 en moyenne l’an dernier.