La grande question maintenant avec Tkachuk est de savoir s’il pourra aider les Sénateurs dès la saison prochaine, ou s’il retournera pour une deuxième saison à Boston University.

Les Sénateurs misent sur Tkachuk

DALLAS — L’affaire est Tkachuk pour les Sénateurs d’Ottawa.

Comme prévu, leur directeur général Pierre Dorion a conservé son premier choix au repêchage le quatrième au total, du repêchage amateur de la LNH tenu vendredi soir à Dallas, et il l’a utilisé pour sélectionner l’ailier gauche Brady Tkachuk, des Terriers de Boston University.

Fils de l’ancien joueur de la LNH Keith Tkachuk et frère de Matthew, des Flames de Calgary, il est devenu le plus haut joueur sélectionné dans son illustre famille, et le choix le plus hâtif des Sénateurs depuis que Jason Spezza avait été choisi au deuxième rang au total au repêchage de 2001, choix acquis des Islanders de New York dans un échange impliquant aussi Alexeï Yashin et Zdeno Chara.

Ottawa l’a sélectionné après que les Sabres de Buffalo aient sélectionné le défenseur Rasmus Dahlin au premier rang, puis que les Hurricanes de la Caroline aient enchaîné en sélectionnant l’attaquant Andreï Svchenikov puis que le Canadien de Montréal se soit tourné vers le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi, comme le voulait la rumeur. Les Sénateurs ont laissé passer le prolifique attaquant des Mooseheads de Halifax, Filip Zadina, qui a finalement été choisi au sixième rang par les Red Wings de Detroit.

«Nous sommes très heureux de ce choix. Au cours de la dernière semaine, on a parlé de caractère et d’intangibles, du leadership et de l’habileté à compter des buts proches du filet. Pour nous, le choix de Brady Tkachuk nous excite énormément, c’est un joueur qu’on avait ciblé. Il y en avait d’autres bons, mais on n’avait que le quatrième choix, pas le cinquièeme et le sixième», a déclaré le d.g. Pierre Dorion en fin de soirée.

« Je suis super content de cette sélection, je suis heureux de partager ce moment avec toute ma famille et mes amis... Mon père m’a juste dit de profiter pleinement de ce moment, ça n’arrive qu’une fois dans ta vie, et de ne rien prendre pour acquis. J’ai un poids de moins sur les épaules (en étant choisi avant son père, le 19e choix en 1990), il va certes en entendre parler, mais il est surtout très fier de moi », a-t-il déclaré en se présentant devant les médias quelques minutes après s’être présenté sur l’estrade pour enfiler le chandail des Sénateurs.

« J’avais eu une bonne visite (la semaine dernière). C’est une équipe qui a d’excellents dirigeants, un bel amphithéâtre. Je suis très heureux d’aboutir là... Je connais déjà quelques joueurs, Colin White a joué avec mon frère et il ne cessait de me dire que je m’en venais à Ottawa quand on se parlait sur “Snapchat”. J’ai joué avec Logan Brown aussi en grandissant (à St. Louis), et je connais Chris Wideman aussi. »

Alors que les Sénateurs connaissent une saison morte désastreuse, le jeune homme de 18 ans a dit qu’il n’était pas inquiet de se joindre à l’organisation à ce moment-ci, et il a même dit qu’il était « pas mal certain que les dirigeants du club travaillent fort pour garder Erik Karlsson », le capitaine de l’équipe qui fait l’objet de tant de rumeurs de transactions, qui ne se sont cependant pas matérialisées vendredi soir.

La grande question maintenant avec Tkachuk est de savoir s’il pourra aider les Sénateurs dès la saison prochaine, ou s’il retournera pour une deuxième saison à Boston University. 

« On n’a pas vraiment parlé de ça lors de ma visite. Je vais y aller au jour le jour, en parler avec l’équipe pour un soir ou deux. Je vais ensuite en parler avec ma famille pour prendre une décision. C’est un gros objectif pour moi de jouer dans la LNH, mais je ne veux pas aller trop vite non plus. Je vais leur parler et parler avec mes parents, on va ensuite faire ce qui est le mieux pour mon développement. Je suis juste très heureux présentement... J’étais pas mal nerveux, je ne voulais juste pas tomber en montant les marches, c’est un rêve qui se réalise », a-t-il affirmé.

Les Sénateurs pourraient également suggérer à Tkachuk d’aller jouer une saison de hockey junior avant de faire le saut chez les professionnels, lui dont les droits dans la LHOntario appartiennent aux Knights de London, dont il a été le quatrième choix en 2015.

Tkachuk avait accompagné son frère Matthew avant qu’il soit repêché au sixième rang par Calgary en 2016. « Je pense que ça m’a aidé de voir comment il se comportait lors de ses entrevues », a-t-il noté, lui qui souhaitait surtout ne pas se retrouver à Edmonton pour être de l’autre côté de la Bataille de l’Alberta.

BERNARD-DOCKER, UN CHOIX SURPRISE DES SÉNATEURS

Dans un repêchage où il semble y avoir plusieurs opinions divergentes, les Sénateurs ont décidé de risquer un peu en échangeant le premier choix acquis contre Derick Brassard, le 22e au total, pour reculer jusqu’au 26e rang, où ils ont jeté leur dévolu sur Jacob Bernard-Docker.

Le jeune homme de 18 ans est un défenseur issu de la Ligue junior de l’Alberta (Oilers d’Okotoks) qui s’en va à l’U. du Dakota du Nord la saison prochaine, après avoir récolté 20 buts et 41 points en 49 parties la saison dernière.

Jacob Bernard-Docker a été sélectionné au 26e rang par les Sénateurs d'Ottawa vendredi soir.

Bernard-Docker était classé 33e chez les patineurs en Amérique du Nord par la Centrale de dépistage de la LNH, donc il n’était pas nécessairement considéré comme un choix de premier tour.

« J’ai travaillé fort pour me rendre jusqu’ici et c’est un peu surréel d’être un premier choix. Mais j’ai confiance en moi-même et je pense que je le mérite », a dit l’arrière de 6’ et 187 livres.

Choix des Broncos de Swift Current dans la LHOuest, il est allé à leur camp d’entraînement l’an dernier. « Ça avait été une bonne expérience, mais j’ai décidé que la meilleure option pour mon développement était d’aller à North Dakota la saison prochaine.

À l’origine, je ne devais y aller que l’année suivante, mais ils ont montré une belle confiance en moi », a-t-il ajouté. 

« Je suis un gars polyvalent qui peut jouer dans différentes situations, autant le jeu de puissance qu’en désavantage numérique. Je peux remplir différents rôles », a-t-il aussi dit.