Ben Harpur et la brigade défensive des Sénateurs ont fourni peu d'aide au gardien Mike Condon (photo), lundi à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les Sénateurs font patate sur l'Île-du-Prince-Édouard

Les Devils du New Jersey ont gâché le passage de Dion Phaneuf dans son patelin adoptif de l'Île-du-Prince-Édouard lundi soir, infligeant un cuisant revers de 8-1 à ses Sénateurs d'Ottawa dans un Credit Union Place rempli à capacité pour le match Kraft Hockeyville.
C'était le premier revers du calendrier préparatoire de la troupe de Guy Boucher, après trois victoires consécutives.
Le gardien partant Mike Condon n'a pas obtenu beaucoup d'aide de sa brigade défensive alors qu'il a alloué sept buts sur 17 lancers en première moitié de rencontre, avant de céder sa place à Andrew Hammond. À sa première sortie dans la LNH depuis le mois de février dernier, le « Hamburglar » a fait face à six lancers seulement, cédant devant Drew Stafford, auteur du seul but de la troisième période, son deuxième du match.
Le défenseur Thomas Chabot, sur une passe de Logan Brown, a réussi l'unique filet des Sénateurs dans cette rencontre contre le gardien Cory Schneider.
« On a eu ce qu'on méritait. Après trois matches où nous avons marqué beaucoup de buts dans nos victoires, c'était notre tour d'encaisser un revers du genre. Nous étions sur un high et une claque au visage comme celle-là devrait nous remettre sur le droit chemin. On affrontait un bon alignement, ils (les Devils) avaient leurs deux premiers trios avec (Adam) Henrique sur le troisième, alors que nous avons placé certains de nos jeunes joueurs dans une situation difficile pour pouvoir mieux les évaluer », a analysé l'entraîneur-chef Guy Boucher dans son point de presse d'après-match, retransmis par TSN 1200.
Pavel Zacha et John Quenneville ont aussi réussi des doublés pour les Devils, alors que le premier choix au repêchage Nico Hischier a récolté un but et une passe. Marcus Johansson a marqué leur autre but, le premier de la rencontre alors qu'il n'y avait que 67 secondes écoulées au cadran.
Les Sénateurs ont deux autres parties hors-concours à disputer cette semaine, mercredi à Winnipeg et samedi à Montréal, avant de passer aux choses sérieuses, le 5 octobre avec la visite des Capitals de Washington.
Harpur ne tient rien pour acquis
Ben Harpur a été une révélation chez les Sénateurs d'Ottawa le printemps dernier, assez pour que les responsables de la mise en marché de l'équipe décident cet été de placer une énorme photo du défenseur bien en vue sur le Centre Canadian Tire.
L'arrière format géant de 6' 6'' et 210 livres n'a su qu'au milieu de la semaine dernière, une dizaine de jours après s'être rapporté dans la capitale, qu'il avait trouvé une place aux côtés des vétérans de l'équipe.
« Je ne le savais pas, mais une couple de gars m'en ont parlé. C'est assez cool. Mais je ne pense pas que les entraîneurs sont ceux qui affichent ces bannières, donc j'essaie de ne pas y donner trop de signification, même si c'est cool d'être là avec les autres gars de l'équipe », a-t-il dit récemment lorsque Le Droit l'a interrogé à ce sujet.
Harpur, qui formait un duo avec Chris Wideman pour le match de lundi soir à Summerside, fait probablement bien de ne présumer de rien. Il a beau avoir impressionné lors d'une audition de 15 matches au printemps, dont neuf en séries éliminatoires, il a le désavantage d'être un des deux seuls des neuf défenseurs encore au camp d'entraînement - avec Thomas Chabot - à avoir un contrat à deux volets, donc avec un salaire moindre s'il est cédé au club-école de Belleville, dans la Ligue américaine de hockey.
Le statut incertain du capitaine Erik Karlsson pourrait inciter les Sénateurs à commencer la saison avec les huit autres arrière-gardes dans la capitale nationale le 5 octobre venu, mais comme celui-ci a recommencé à patiner en fin de semaine, les données pourraient changer et l'un ou l'autre de Harpur ou Chabot - ou les deux - pourraient toujours se retrouver à trois heures de route, aux abords de l'autoroute Transcanadienne, à moins d'une transaction.
Arrière à caractère strictement défensif même s'il a récolté 27 points (dont deux buts) en 63 matches la saison dernière à Binghamton, Harpur s'est quand même présenté au camp en confiance fort de l'expérience acquise à la fin de la campagne 2016-2017.
« C'est certain que l'expérience que j'ai acquise en jouant lors des dernières séries est énorme pour moi, comme pour n'importe quel autre joueur. Même si je n'avais pas joué, juste d'être autour des gars dans le vestiaire aurait été une bonne expérience. Tu apprends plein de petites choses des vétérans, qui ne cessent de te répéter que tu ne sais jamais quand tu vas avoir une autre chance de te rendre aussi loin. Moi, ça m'a rendu encore plus affamé d'arriver ici et de me tailler un poste permanent dans l'équipe », a raconté Harpur avant de prendre le chemin de l'Île-du-Prince-Édouard.
« C'est difficile de dire où je cadre dans les plans du club. Moi, j'essaie de prendre les choses au jour le jour et ne m'occuper que des choses que je peux contrôler, soit de venir à l'aréna et faire les choses requises d'un bon professionnel, m'assurer de faire bonne impression, que ce soit lors des entraînements ou lors des parties hors-concours quand on m'en donne la chance. Le reste n'est pas entre mes mains », a-t-il ajouté.
Choix de quatrième ronde en 2013, l'ancien du Storm de Guelph et des Colts de Barrie devrait être fixé sur son sort après les deux autres parties hors-concours de cette semaine, mercredi à Winnipeg et samedi à Montréal.