Ryan Ellis s'est amené seul devant le gardien Robin Lehner, qui a stoppé le premier tir, mais Jones était là pour sauter sur le retour.

Les Sénateurs flanchent et s'inclinent 4-3 en prolongation

Au hockey, les entraîneurs se ressemblent tous un peu. Ils redoutent tous, par exemple, le premier match à domicile au retour d'un long voyage.
Paul MacLean avait bien raison de s'en faire, hier soir.
Pendant deux périodes, ses joueurs étaient présents physiquement - mais pas mentalement - au Centre Canadian Tire.
Ils ont finalement décidé de se mettre à jouer en troisième, ce qui n'a pas tout arrangé.
Ils ont réussi à combler un écart de trois buts pour forcer la tenue d'une période de prolongation. Durant cette prolongation, ils ont flanché. Seth Jones a marqué le but qui a donné aux Predators de Nashville une victoire de 4-3.
«Un point, c'est mieux que rien. Sauf qu'on sait qu'on vient de rater une belle opportunité. Nous n'atteindrons pas notre objectif en se contentant d'un petit point par match. À cette période de l'année, il nous faut des victoires», s'est lamenté Jason Spezza en fin de soirée.
Le capitaine doit pourtant bien se sentir, individuellement. Sans lui, il n'y aurait pas eu de remontée spectaculaire. Sans lui, pas de prolongation.
Le capitaine et son nouvel ailier droit Ales Hemsky ont trouvé le moyen de s'illustrer dans un deuxième match d'affilée.
Spezza a d'abord marqué son plus gros but de la saison, le but égalisateur, alors qu'il restait 67 secondes à écouler en temps réglementaire. Dans un troisième tiers endiablé, il avait obtenu au préalable deux mentions d'aide.
Hemsky, lui, a inscrit trois autres passes payantes. Il a également préparé les buts des défenseurs Jared Cowen et Marc Méthot.
«Je suis déçu. La remontée me dit néanmoins que je viens d'atterrir dans une équipe qui a du caractère», a lancé le Tchèque au terme d'un match où les Sénateurs ont perdu beaucoup plus qu'un point.
Cody Ceci a quitté le match au premier tiers. Il a subi une lacération derrière l'oreille droite après avoir reçu un tir frappé de Shea Weber derrière l'oreille droite.
Craig Anderson a survécu à tous les boulets de Weber, mais il s'est infligé une blessure au «bas du corps» lorsque son coéquipier Milan Michalek est entré en collision avec lui au début de la troisième période.
Après Spezza et Hemsky, Anderson aura été, malgré sa sortie hâtive, le joueur le plus utile aux Sénateurs dans la défaite.
Dans un premier tiers où il a stoppé 16 rondelles, l'équipe ne faisait que survivre.
Dans une deuxième période où il a laissé entrer la rondelle à trois reprises, le pauvre gardien n'a pas été blâmé.
Nick Spaling et Craig Smith ont marqué les deux premiers buts de la soirée en faisant dévier des lancers dans l'enclave.
Eric Nystrom n'a pas eu besoin de faire dévier un lancer pour marquer le troisième, en toute fin de période. Marc Méthot lui a offert la rondelle, tout bonnement, dans le haut de l'enclave.
À l'instar des Sénateurs, les Predators s'accrochent à de très minces espoirs de participer aux séries. Ils avaient marqué trois buts à leurs quatre parties précédentes. Ce match de quatre buts fera du bien à leur ego collectif.
Il s'agit de la première victoire signée par Pekka Rinne depuis le 19 octobre dernier.