Dans une victoire de 4-1 des Sénateurs contre les Rangers de New York vendredi soir, le Gatinois Jean-Gabriel Pageau a inscrit deux mentions d’aide.

Les Sénateurs écrasent les Rangers

Jean-Gabriel Pageau détient peut-être la solution à tous les problèmes des Sénateurs d’Ottawa.

Il est déjà le centre du troisième trio, celui à qui on confie les missions défensives les plus importantes.

Il est l’attaquant le plus important lors des infériorités numériques.

Il a le don de livrer ses meilleures performances quand l’équipe parvient à se qualifier pour le hockey de printemps.

Depuis un certain temps, on suggérait à D.J. Smith de lui donner la chance de travailler en supériorité numérique.

Le jeune entraîneur-chef a fini par céder.

Vendredi soir, Pageau s’est retrouvé au centre de la première unité.

La première unité a marqué deux buts. Il a inscrit deux mentions d’aide.

Ces deux buts ont fait une grosse différence dans une victoire de 4-1 contre les Rangers de New York, au Centre Canadian Tire.

« Je pense que j’étais surtout là pour les mises en jeu », commente, avec humilité, le joueur par excellence des Sénateurs en novembre.

« Je ne connaissais pas trop nos schémas et les jeux. Je n’ai eu que deux séances d’entraînement pour m’habituer. Ça s’est bien passé. »

Puisqu’il ne se considère pas comme un spécialiste, Pageau a choisi de poser de petits gestes simples.

« J’essayais de donner la rondelle au numéro 72. Il survolait la glace, ce soir. Il était partout ! Il contrôlait le jeu en zone d’attaque comme en zone défensive. »

On a senti, très tôt, que Thomas Chabot jouerait un grand match. Il a ouvert la marque dans la toute première minute de jeu.

Il n’avait pas marqué depuis le 17 octobre.

Logan Brown, Tyler Ennis et Anthony Duclair ont marqué les autres buts des Sénateurs.

Ces derniers présentent maintenant une fiche de 11-11-1. Ils jouent donc pour ,500. Il ne leur manque qu’un point d’une place en séries.

« Les gars jouent bien. Ils sont récompensés », analyse, tout simplement, D.J. Smith.

Il ne faudrait peut-être pas accorder à l’attaque massive une importance démesurée.

Les Sénateurs ont livré une performance sans tache, en cette soirée glaciale.

Il s’agissait du troisième et dernier duel entre Ottawa et New York, cette saison. Pour la première fois, les Blueshirts avaient envoyé leur vénérable gardien Henrik Lundqvist devant le filet.

Les Sénateurs ont salué le King en dirigeant pas moins de 39 rondelles vers son filet. Ils ont donné le ton dans une première période passée au grand complet en zone adverse.

Ils ont levé le pied au troisième tiers, quand le match était clairement dans la poche.

Lundqvist a été dominé par un autre gardien suédois.

Anders Nilsson a réussi une trentaine d’arrêts pour aller chercher une autre victoire. Il présente une fiche de 5-1 à ses six derniers départs.

« Si ça me fait une fleur de gagner contre Henrik ? Oui et non. Henrik, c’est un gardien que j’admire. Il est, à mon avis, le meilleur gardien que la Suède a vu grandir. Mais je ne veux pas non plus changer ma façon de travailler quand j’affronte un gardien pour qui j’ai beaucoup de respect. Je me concentre sur la façon dont je travaille. C’est ma priorité. »

Le défenseur Jacob Trouba a été le seul à marquer un but à ses dépens.

Nilsson a réussi son arrêt le plus important — alors qu’il restait moins de deux secondes à écouler à la deuxième période.

« Le momentum, c’est important. Si les Rangers avaient marqué, ils auraient peut-être joué une meilleure troisième période. »

>> Sommaire

+

BROWN EST SOULAGÉ

Logan Brown rêvait à ce moment depuis des années.

« J’y rêvais encore plus fort depuis quelques semaines », déclare-t-il.

Le centre recrue des Sénateurs a marqué son premier but en carrière dans la LNH, vendredi. Un but victorieux, de surcroît. Il a été le deuxième joueur à déjouer Henrik Lundqvist.

« Je suis soulagé, surtout quand je pense au nombre de chances de marquer que j’ai ratées durant les derniers matches », a-t-il commenté, après la partie.

« Quand je pense à toutes ces occasions où je n’avais qu’à pousser la rondelle dans un filet ouvert... Je suis vraiment content d’avoir finalement réussi à marquer. Ça m’enlève un poids. Je me sens plus léger, maintenant. »

La situation n’était quand même pas critique, pour l’ancien choix de première ronde.

Brown participait vendredi à son 15e match en carrière. 

Les six premiers ne comptaient pas vraiment. Ils ont été disputés lors de saisons précédentes, alors qu’il n’était pas prêt pour la LNH.

Cette saison, il semble enfin prêt. À défaut de pousser la rondelle dans le filet, il a obtenu deux mentions d’aide lors des trois matches précédents.

« Il a passé toute sa vie dans le monde du hockey. Quand il a été repêché, il devait s’imaginer qu’il serait capable de faire le grand saut immédiatement. Il a travaillé très fort au cours des derniers mois. Il est en train de nous prouver qu’il est à sa place dans notre ligue », commente D.J. Smith.

Brown pourra toujours se vanter d’avoir marqué son premier but en carrière contre un futur membre du Temple de la renommée.

C’est un petit détail qu’il ne risque pas d’oublier.

« Quand je raconterai l’histoire de mon premier but à mes enfants, je ne manquerai pas de leur rappeler ! »