Nikita Zaitsev et les Sénateurs d’Ottawa ont été dominés par les Stars de Dallas, lundi soir.

Les Sénateurs débordés à Dallas

DALLAS — La présence de Rick Bowness derrière le banc des Stars de Dallas a rappelé des souvenirs de la saison inaugurale des Sénateurs d’Ottawa, quand ils n’avaient gagné que 10 de leurs 84 matches, dont un seul à l’étranger.

En reconstruction 27 ans plus tard, le club de la capitale est aussi mal parti que le club d’expansion, ayant autant de victoires après huit matches, une, que le club de 1992-1993, qui avait perdu ses sept autres matches en route vers une séquence de 21 matches sans gain.

Contre l’équipe actuelle de Bowness, les Stars de Dallas, ils n’ont jamais vraiment été dans le coup lundi soir malgré un pointage serré de 2-1 devant 17 896 partisans au American Airlines Center, encaissant une quatrième défaite de suite.

Seule la bonne tenue du gardien Anders Nilsson, bombardé de 43 lancers, a gardé le pointage respectable. Il a été tout aussi solide qu’à son dernier départ, la défaite de 3-2 en tirs de barrage à Las Vegas jeudi dernier où il avait face à 54 tirs pour procurer leur seul point de ce voyage de trois matches aux hommes de D.J. Smith.

Les Sénateurs (1-6-1) sont toujours en quête d’un premier gain à l’étranger, en quatre matches (0-3-1).

Le gardien des Stars Anton Khudobin, le sixième substitut auquel ils étaient confrontés en huit parties cette saison, a effectué 19 arrêts pour poursuivre sa domination contre Ottawa, lui qui a fiche de 8-0-1 contre eux.

Les visiteurs n’ont eu que quelques bonnes chances de compter contre lui, Jean-Gabriel Pageau sur une descente à deux contre un et son nouvel ailier Brady Tkachuk avec quelques déviations près de lui. Le reste a été de la routine pour le cerbère originaire du Kazakhstan, jusqu’à ce que Vladislav Namestikov compte avec 1:13 à faire pour redonner espoir aux siens. Mais ça s’est arrêté là.  

Radek Faksa, en faisant dévier un tir de la pointe en fin de premier tiers, et Joe Pavelski, profitant d’un mauvais retour alloué par Nilsson en avantage numérique, se sont chargés de l’attaque des Stars (3-7-1), qui remportaient un deuxième gain de suite et un premier à domicile cette saison.

Nilsson a aussi obtenu l’aide de la barre horizontale à deux reprises, sur des tirs de Miro Heiskanen et John Klingberg (dévié par Alexander Radulov), les excellents défenseurs offensifs des Stars.

«Comme gardien, tu ne peux que contrôler ton propre jeu, tenter d’effectuer le plus d’arrêts possible. Je me sentais mieux lors de mes deux derniers départs, j’ai joué comme j’en suis capable. On savait en arrivant pour ce match que Dallas avait un excellent club, ils ont une grosse offensive. C’est certain que ce n’est pas comme ça qu’on voulait jouer où qu’on devrait jouer», a commenté Nilsson après coup.

Les Stars ont totalement dominé alors qu’en plus de leurs 43 lancers, il y en a eu aussi 16 qui ont été bloqués et 18 hors-cible, pour un total de 77 tentatives de lancers, contre 35 pour Ottawa.

«Ça fait deux matches de suite où le sentiment d’urgence n’était pas là dès le départ, on n’a joué qu’en troisième période encore ce soir, contre un club de qualité. On s’est placé en mauvaise position et il a fallu que notre gardien se tienne sur la tête pour nous garder dans ce match», a noté le défenseur Mark Borowiecki.

Les Sénateurs sont rentrés à la maison immédiatement après le match et après une journée de congé mardi, ils reprendront le collier en recevant la visite des Red Wings de Détroit mercredi soir au Centre Canadian Tire.

>> Sommaire du match