Selon les informations qui circulent, les dirigeants de la LNH souhaiteraient que les camps d’entraînement des 31 formations débutent dans la semaine du 15 novembre.
Selon les informations qui circulent, les dirigeants de la LNH souhaiteraient que les camps d’entraînement des 31 formations débutent dans la semaine du 15 novembre.

Les Sénateurs de retour en novembre?

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Les Sénateurs d’Ottawa pourraient effectuer leur retour, sur la glace, au début du mois de novembre.

L’échéancier se précise, en ce qui a trait au calendrier de la saison 2020-21 de la Ligue nationale de hockey. Selon les informations qui circulent, les dirigeants du circuit souhaiteraient que les camps d’entraînement des 31 formations débutent dans la semaine du 15 novembre.

Or, selon un texte relayé par L’Athlétique, jeudi, les sept formations qui ne participent pas aux séries éliminatoires de la coupe Stanley souhaiteraient reprendre le collier plus tôt.

Pierre Dorion aurait soumis une proposition au commissaire Gary Bettman, récemment. Les directeurs généraux des Ducks d’Anaheim, des Sabres de Buffalo, des Red Wings de Détroit, des Kings de Los Angeles, des Devils du New Jersey et des Sharks de San Jose souhaiteraient que leurs camps durent deux semaines de plus.

«En gros, nous aimerions obtenir la même opportunité que tous les autres», a confié un dirigeant d’équipe à L’Athlétique.

Les 24 équipes qui prennent part aux séries ont eu la chance d’organiser un camp d’entraînement d’une durée de deux semaines, en juillet.

Pour l’instant, les dirigeants des Sénateurs concentrent leurs énergies sur la préparation du prochain repêchage amateur. La séance de sélection doit, en principe, se dérouler en octobre.

Le directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion

Ils gardent un oeil sur la série qui oppose les Islanders de New York aux Panthers de la Floride.

Si les Islanders parviennent à éliminer les Panthers, au terme du match présenté vendredi après-midi.

Si les Islanders accèdent à la deuxième ronde, les Sénateurs seront assurés d’obtenir leur choix de première ronde en 2020.

«Le match décisif est toujours le plus difficile à remporter dans une série. Si nos gars pensent que ce sera facile, ils se trompent», a déclaré l’entraîneur-chef Barry Trotz, jeudi.

Les Islanders ont déjà raté une première chance d’éliminer leurs rivaux, cette semaine.

L’entraîneur-chef très respecté apprécie vraiment son expérience, dans la bulle torontoise. Il aime tellement le format des séries éliminatoires à 24 équipes, il serait heureux que la LNH l’adapte de façon permanente.

«La parité est tellement forte, dans notre ligue... J’ai déjà dirigé l’équipe qui avait remporté le Trophée des présidents, à titre de champions de la saison régulière. On affrontait l’équipe qui avait conclu la saison régulière au huitième rang de notre Association. La différence, entre l’équipe championne et l’équipe de huitième place, ça peut être une seule petite victoire par mois. Pensez-y, un peu... Dans ce contexte, une seule mauvaise semaine peut vous coûter votre participation aux séries. La LNH prendra la décision qu’elle voudra. Moi, je serais en faveur d’un tournoi plus large.»