Les Hurricanes de la Caroline ont dominé les Sénateurs d'Ottawa lors du dernier affrontement de la saison entre les deux équipes.

Les Sénateurs balayés en Caroline

RALEIGH — Les Sénateurs d’Ottawa ont toujours éprouvé des difficultés contre les Hurricanes de la Caroline. Surtout quand ils doivent jouer sur leur patinoire, au PNC Arena.

Ce n’est pas nouveau.

Dans cette saison de misère qui ne veut pas finir, ils ont réussi à s’enfoncer un peu plus.

Ils ont subi lundi soir un revers de 4-1.

Warren Foegele (37) a terminé sa première partie en carrière avec un but et une mention d’aide.

Il s’agissait de leur troisième et dernier match, cette saison, contre les Hurricanes. Ils ont perdu les trois.

Les Hurricanes célèbrent cette année leur 20e anniversaire. En 20 saisons, ils n’avaient encore jamais réussi un balayage contre Ottawa.

En fait, ils avaient réussi à balayer les Sénateurs une fois, mais ils n’évoluaient pas encore dans la région de Raleigh.

Ça s’était passé durant la saison 1994-95. On les appelait alors les Whalers de Hartford !

« Nous ne nous racontons pas d’histoires. Nous savons à quoi sert cette fin de saison. Nous offrons des opportunités à certains jeunes joueurs de se faire valoir. Il faut vivre avec leurs bons coups et avec leurs erreurs », a résumé l’entraîneur-chef Guy Boucher en fin de partie.

Les Sénateurs n’ont pas connu beaucoup de moments forts dans cette partie. Ils ont possiblement dominé leurs adversaires pendant une période de trois minutes, en deuxième période.

Durant cette séquence, ils ont réussi à obtenir trois chances de marquer.

Bobby Ryan a réussi à profiter de la troisième chance pour marquer. Ça lui fait deux buts et trois points en trois parties.

« C’est drôle. Moi, je considère que nous avons joué de façon correcte pendant 55 minutes. L’inexpérience nous a encore fait mal. Il ne faut pas que ça nous serve de béquille. Je me dis que les jeunes vont bien retenir quelques leçons de ce qui nous arrive cette saison », commente-t-il.

« Nos jeunes n’abandonnent pas, au moins. Tant qu’ils travaillent, nous ne pourrons rien leur reprocher », croit son ami Craig Anderson.

Le vétéran gardien affrontait une équipe qui traverse une bonne séquence à l’attaque. Dans leurs quatre parties précédentes, les Hurricanes avaient marqué 18 buts.

Craig Anderson a fait face à un barrage de 26 lancers. Il a été solide, la plupart du temps. Belle façon de rebondir, pour le vétéran gardien qui avait alloué 10 buts sur 55 lancers lors de ses deux départs précédents.

Il a quand même été généreux.

Les Hurricanes, tout comme les Sénateurs, alignaient une recrue qui n’avait encore jamais joué dans la LNH.

La recrue d’Ottawa, Ben Sexton, a connu une soirée bien tranquille au centre du quatrième trio.

Celle des Hurricanes, Warren Foegele, a été bien plus visible.

Foegele est originaire de Markham, en banlieue de Toronto. Il faisait absolument tout pour obtenir sa chance. Au moment d’être rappelé par le grand club, il dominait les recrues de la Ligue américaine avec 26 buts en 65 matches.

La transition vers la LNH s’est faite tout en douceur.

Il a marqué son premier but en carrière en première période.

On croyait bien qu’il avait complété son doublé, plus tard, au deuxième tiers. La reprise a finalement démontré qu’une autre recrue, l’ancien des Olympiques de Gatineau Valentin Zykov, a poussé la rondelle sous la jambière d’Anderson.

Foegele s’en tirait quand même plutôt bien, avec un but et une mention d’aide à sa première partie en carrière.

Brock McGinn a été l’autre joueur à déjouer Anderson dans ce match.

Sebastian Aho a complété la marque, dans un filet désert, en toute fin de soirée. Ça lui permet de prolonger sa séquence de matches avec au moins un point. Le jeune centre finlandais a noirci la feuille de pointage dans les neuf dernières parties.

Les Sénateurs ont donc encaissé un cinquième revers consécutif en temps réglementaire.

Saison terminée pour Stone ?

L’attaque des Sénateurs fonctionne au ralenti en cette fin de saison. Ça ne risque pas de s’améliorer. On dit que Mark Stone a possiblement joué son dernier match.

« Les nouvelles ne sont pas trop encourageantes », a laissé entendre Guy Boucher, vers la fin de sa conférence de presse d’avant-match.

Stone a joué son dernier match le 9 mars dernier. Il a passé 20 bonnes minutes sur la patinoire dans le revers contre les Flames de Calgary. Quelques heures plus tard, il s’est retrouvé sur la touche pour soigner une jambe blessée.

Il vient de rater son huitième match. Il ne devrait pas prendre part aux joutes de mardi et jeudi. « S’il n’est pas à 100 %, il ne sert à rien de l’envoyer dans la mêlée », croit l’entraîneur.

« Cette situation doit être terriblement frustrante, pour lui. Au départ, il croyait qu’il aurait besoin de trois jours pour s’en remettre. »

Cette situation doit être doublement frustrante quand Stone regarde ses coéquipiers enfiler les mauvaises performances.

« Quand l’équipe gagne, les convalescences ne sont pas trop dures à supporter. Mark est un joueur d’équipe. Je suis convaincu qu’il aimerait trouver un moyen de venir nous rejoindre, si c’était possible. »

Avec une demi-douzaine de joueurs des ligues mineures dans son alignement, Boucher a tenté de mieux équilibrer son attaque, mardi. Il a notamment séparé Mike Hoffman et Matt Duchene. Les résultats n’ont pas été trop concluants.

« Mark, c’est notre homme. Toute notre attaque tourne autour de lui. Il récolte un point par match, en moyenne. Il présente un différentiel positif. Tous ses coéquipiers jouent bien avec lui. Sa seule présence ramène un certain équilibre », croit Boucher.

››› Le sommaire du match