En six duels cette saison, les Sabres ont dominé les Sénateurs en signant 4 victoires.

Les Sabres aiment Ottawa

Il y avait peut-être de l'amour de l'air mardi soir au Centre Canadian Tire, mais il n'y avait pas de victoire pour l'équipe locale.
Invaincus en sept parties les soirs de St-Valentin au fil de leur histoire de 25 ans, les Sénateurs d'Ottawa ont vu cette séquence prendre fin quand leur bête noire de cette saison, les Sabres de Buffalo, sont venus leur arracher un gain de 3-2 devant 16 832 amateurs.
L'ancien des Sénateurs Robin Lehner a poursuivi sa domination de son ancien club, portant sa fiche à 4-0-2 contre eux depuis qu'il a été échangé à Buffalo avec une performance de 39 arrêts. Les Sabres ont gagné quatre des cinq parties entre les deux clubs en saison régulière cette saison, le seul gain d'Ottawa ayant nécessité des tirs de barrage. La bonne nouvelle est que les Sénateurs ne les reverront probablement plus cette saison, à moins d'un duel en séries improbable.
Les Sénateurs (29-19-6), qui avaient remporté leurs deux matches précédents, échappaient une avance après 40 minutes de jeu pour seulement la deuxième fois cette saison, leur dossier étant de 18-2-1 dans ces circonstances.
«Ils ont capitalisé sur leurs chances pour l'emporter. Que ce soit Buffalo ou n'importe quelle autre équipe, il faut jouer de la même façon, mais on a manqué de chance. On aurait peut-être mérité un point, on a eu des chances de faire 3-1 en bourdonnant à la fin de la deuxième, ça aurait pu être un match différent. Il (Robin) a joué de chance quand on a compté après le sifflet (Derick Brassard), ça va arriver», a analysé le gardien Craig Anderson, qui avait obtenu un jeu blanc à son retour devant le filet samedi.
Bobby Ryan a joué du hockey inspiré lors de ce match avec un but sur une déviation d'un tir de la pointe d'Erik Karlsson, en plus d'une passe sur le but de Dion Phaneuf qui a brisé l'égalité de 1-1 au deuxième tiers. Ce dernier a sauté sur son retour de lancer pour enfiler son huitième de la campagne, à l'issue d'une montée à l'emporte-pièce qu'il avait amorcée.
Les Sabres avaient ouvert le pointage après à peine 24 secondes de jeu quand le tir sur réception de Ryan O'Reilly a semblé surprendre Anderson du côté rapproché.
Buffalo a cependant créé l'égalité avec un autre but en début de période, Matt Moulson sautant sur un retour dans l'enceinte du filet à 51 secondes du début du troisième tiers. Justin Bailey a ensuite enchaîné pour lancer les visiteurs en avant avec une superbe déviation, laissé fin seul devant le but d'Anderson.
«Je ne blâme personne pour ces buts, ce sont de beaux jeux qu'ils ont réalisés. Le but qui fait la différence, c'est le premier. On a parlé toute la journée de ne pas commettre de revirement à leur ligne bleue, ce qui nous avait coûté lors des matches précédents contre eux. On s'est tiré dans le pied en faisant cela dès la première présence. Notre club va devoir apprendre de ça et gagner en maturité», a commenté l'entraîneur-chef Guy Boucher après coup.
Le défenseur Chris Wideman a raté la rencontre en raison d'une blessure mineure et il a été remplacé à pied levé par Fredrik Claesson, qui a obtenu une passe sur le but de Ryan.
Curtis Lazar a pour sa part été laissé de côté pour un quatrième match de suite, ce qui fait que des rumeurs de transaction s'intensifient à son sujet. Selon Darren Dreger, de TSN, son agent J.P. Barry a l'intention de rencontre le dg Pierre Dorion en fin de semaine pour déposer une demande d'échange pour son jeune client.
Les Sénateurs disputeront maintenant leurs deux prochains matches à l'étranger, jeudi au New Jersey et samedi à Toronto, voyage où les joueurs seront accompagnés de leurs pères.
Ryan s'en voulait un peu
Bobby Ryan avait beau avoir récolté un but et une passe contre les Sabres, il s'en voulait d'avoir été sur la glace pour leurs deux buts du troisième tiers.
« Nous avions notre système bien en place pourtant sur le deuxième but (en début de troisième), mais la rondelle a pris un mauvais bond et ils ont obtenu une descente pour marquer (le but de Matt Moulson). Ça nous a dégonflés et nous n'avons pas réagi aussi bien qu'on le fait d'habitude... L'effort était là, on méritait un meilleur sort, à part pour le fait que "Lenny" (Robin Lehner) a vu la plupart des rondelles et il va toujours les arrêter dans ce temps-là », a dit l'attaquant des Sénateurs après le revers de 3-2 contre les Sabres.
Il avait été beaucoup question de sa rétrogradation au troisième trio, mais Ryan a joué avec un peu tout le monde lors de ce match. « Ça ne me dérange pas, je n'écoute pas tout ce qui se dit à mon sujet. Tout ça ne veut rien dire quand on ne gagne pas », a-t-il ajouté.
Le capitaine Erik Karlsson n'a pu que convenir que Lehner a le numéro des siens, avec sa moyenne de 1,10 et son taux d'efficacité de ,961 avant le match. « Robin a bien joué, il a fait les arrêts. Mais "Andy" (Craig Anderson) a été tout aussi bon, la bataille des gardiens a été égale. Ils ont créé juste un peu plus de chaos que nous devant le filet », a-t-il noté.
Lehner était content d'avoir vu son club revenir de l'arrière en troisième. « Ils ont pris beaucoup de tirs (en fin de deuxième), il faut s'attendre à ce que les clubs adverses aient de bonnes poussées contre nous. Mais on n'a pas paniqué, à 2-1 après deux périodes sur la route, c'est une bonne situation. Nous sommes revenus avec un gros but et ils ont été sur les talons après ça », a-t-il dit.