Maxime Lajoie a connu un match difficile face aux Panthers, tout comme Craig Anderson qui a dû laisser sa place devant le filet.

Les problèmes en défensive pourraient venir hanter les Sénateurs

ST. PAUL, MINNESOTA — Thomas Chabot n’a pas de problème d’avoir vu Matt Duchene et Mark Stone le doubler au sommet de la liste des compteurs des Sénateurs.

Le défenseur des Sénateurs se soucie pas mal plus ces temps-ci d’avoir vu son équipe chuter au tout dernier rang dans la LNH pour les buts alloués (88, une moyenne de 4,19 par match) au moment où elle trône au premier rang pour les buts comptés (75, moyenne de 3,57) à égalité avec le puissant Lightning de Tampa Bay.

« C’était juste une question de temps pour Matt et Mark. Ils sont la raison pourquoi on gagne des matches et qu’on a un peu de succès en tant qu’équipe, avec Andy (Craig Anderson) devant le filet », a commenté le défenseur québécois, qui est à égalité avec Stone avec une récolte de 24 points (dont 5 buts, contre 9 pour Stone), trois de moins que Duchene.

« C’est certain qu’on essaie beaucoup de se concentrer sur notre jeu défensif. De match en match, on accorde beaucoup de lancers. Craig fait un travail extraordinaire, mais on lui donne beaucoup d’action. Ce sont des affaires qu’il faut essayer de corriger. On essaie de grandir en tant que groupe. On a un jeune groupe de jeunes défenseurs qui va avoir des bons matches comme ça va arriver que d’autres soirs, ça va moins bien aller. C’est tout à fait normal. Mais les soirs où ça va moins bien aller, le prochain match, il faut se redresser, s’améliorer et jouer mieux », a-t-il ajouté.

Lundi contre les Panthers était un de ces matches difficiles pour la brigade défensive, les sept buts alloués étant la troisième fois cette saison que les Sénateurs en accordaient autant à l’adversaire, après des revers de 7-4 contre les Flyers et de 9-2 contre les Sabres.

L’entraîneur-chef Guy Boucher a mentionné mardi que c’était certes un match à oublier pour son jeune arrière Maxime Lajoie, qui a terminé la rencontre avec un différentiel de moins-2 même s’il a obtenu une passe pour porter sa récolte à 10 points.

« On va être franc, je pense que c’est la première partie de l’année où ça a été plus dur [pour Lajoie]. C’est déjà un phénomène que ce soit le cas. Une chance, sinon on ne serait pas capable de jouer les matches. Il y a des jours où ils ont l’air de vétérans, d’autres où ils ont l’air de jeunes.. Ce ne serait pas juste pour moi de demander à des jeunes de progresser l’équivalent de trois-quatre ans en deux mois, alors qu’on est en reconstruction et qu’on l’a dit dès le jour un que ce serait difficile défensivement, probablement jusqu’après Noël. Chabot, c’est le plus vite qu’il peut grandir, Lajoie aussi... Il faut être patient dans ce côté-là de la game. On sait qu’il y a des améliorations, mais des fois, on voit les jeunes gasper. Je m’en attendais, on suit notre cours », estime Boucher.

Retiré du match contre les Panthers après avoir alloué six buts sur 22 lancers, Anderson sera de retour devant le filet mercredi soir au Minnesota, déjà son 19e départ en 22 matches.

« Nous n’étions pas sharps dès le départ, incluant moi. Ça a déboulé après ça. J’ai aimé le fait qu’on s’est bien battus, on tirait de l’arrière par plusieurs buts, mais on est revenus. C’est le genre d’effort dont on a besoin... Notre jeu défensif est en construction. On a des habiletés, on compte des buts en masse, c’est un bon signe. Un club qui en arrache va compter quatre buts en 10 matches, quelque chose du genre, mais ce n’est pas notre cas. On doit juste gérer la rondelle un peu mieux, s’assurer de faire un peu mieux défensivement. Et quand on compte trois à cinq buts par match, mon travail est qu’on récolte un point avec ça, ou une victoire », a-t-il dit.

+

Vincent Trocheck a quitté le match sur une civière, blessé gravement à la jambe droite suite à une mauvaise chute.

DZINGEL N'A PAS REGARDÉ LA REPRISE

Ryan Dzingel n’a pas regardé la reprise de l’incident dans lequel il a été impliqué lundi, alors que l’attaquant des Panthers Vincent Trocheck a subi une grave blessure à la cheville droite en tentant d’aller le mettre en échec. 

Le souvenir des cris de douleurs de celui-ci lui a suffisamment glacé le sang, il n’a donc pas besoin de voir les images dérangeantes de l’incident. 

«Je ne me souviens pas vraiment si c’est lui qui m’a frappé ou le contraire. C’était un drôle de jeu avec sa cheville. C’était bizarre, en premier, il semblait sourire, puis il s’est mis à crier. J’ai obtenu son numéro de cellulaire, je vais lui envoyer un texto pour prendre de ses nouvelles. Tu ne veux jamais voir quelqu’un se blesser sérieusement comme ça, je vais espérer qu’il s’en tire bien», a relaté Dzingel, qui était aussi allé voir le blessé sur la civière qui l’a amené hors de la glace.