Jonathan Huberdeau a déjoué le gardien Anders Nilsson et ajouté un but par la suite devant un filet désert.

Les Panthers ont été moins pires que les Sénateurs

Les victoires et les défaites n’ont plus trop d’importances pour les Sénateurs d’Ottawa en cette fin de saison, mais le développement continu de Brady Tkachuk en a beaucoup.

Dans un revers de 5-2 aux mains des Panthers de la Floride devant 14 230 amateurs au Centre Canadian Tire, l’attaquant recrue a ajouté à sa légende grandissante en marquant son 20e but de la saison tout en égalant le record d’équipe de 12 tirs en un match appartenant à l’ancien défenseur Jason York.

Son but a redonné espoir d’une remontée de troisième période aux locaux, eux qui tiraient de l’arrière 3-1 après 40 minutes de jeu. En déjouant le gardien Roberto Luongo après avoir accepté la passe en chutant de Brian Gibbons, il devenait le deuxième joueur de moins de 20 ans de l’histoire des Sénateurs à atteindre ce plateau, après Alexandre Daigle en 1993-1994. Cinq autres recrues ont compté 20 buts ou plus, soit Alexeï Yashin (30), Daniel Alfredsson (26), Patrick Eaves (20), Mike Hoffman (27) et Mark Stone (26).

Des buts dans un filet désert de Dryden Hunt et Jonathan Huberdeau, son deuxième du match, ont cependant mis le match hors de portée à la dernière minute de jeu.

« C’était un objectif individuel que je m’étais fixé, c’est bien de l’atteindre, mais en bout de ligne, c’est décevant de ne pas obtenir les deux points. Comme tous les autres matches, c’est une occasion d’apprendre, a noté Tkachuk. On n’a pas abandonné, c’est une identité qu’on veut donner à notre équipe... C’est assez cool (les 12 tirs), mais si une couple de ces chances rentrent, ça aurait pu changer le résultat du match, donc c’est décevant. »

Après le but de Huberdeau, Tkachuk a montré un peu de frustration en poussant Huberdeau dans le dos, ce qui lui a valu une punition mineure. Son entraîneur Marc Crawford n’avait pas de problème avec ça, cependant.

« Nous avons été excités de le voir aller toute la saison, c’est un processus pour lui. Il est un jeune brillant qui continue à apprendre à chaque sortie. Il y a peu de matches où il ne vous donne pas un effort engagé. À la fin du match, quand il donne un whack à l’autre joueur, ça vous montre son niveau d’engagement émotionnel. Les émotions sont encore un gros morceau d’être un bon joueur et il gère ça vraiment très bien, il contrôle ça de mieux en mieux. Il fait du bon travail pour tirer les autres derrière lui dans la bataille », a-t-il souligné.

Les deux autres membres de la « mafia de Boston », Brian Gibbons et Colin White, ont aussi connu de forts matches. Le premier a récolté deux passes, alors que le second a compté le premier but des siens au premier tiers sur une montée à l’emporte-pièce où il a habilement déjoué le vétéran Aaron Ekblad, meilleur défenseur des Panthers, avant d’atteindre la lucarne par-dessus la mitaine de Luongo.

« Il (White) patinait très vite ce soir, a noté Crawford. C’est bien de voir que deux de nos meilleurs joueurs ont été des recrues. Il aurait fallu qu’il y en ait plus qui suive leur rythme cependant. »

White a répliqué à Evgenii Dadonov, qui a ouvert le pointage après 30 secondes de jeu. « Je me suis surpris un peu moi-même. C’était un bon jeu dans notre zone défensive de Brian qui a mené à de l’attaque », a dit White.

Troy Brouwer et Huberdeau ont déjoué le gardien Anders Nilsson au deuxième tiers pour lancer les Panthers en avant.

Le gros trio des Panthers a terminé la soirée avec une récolte de sept points, Aleksander Barkov récoltant deux passes alors que Huberdeau a contribué ses deux buts et que Dadonov y allait d’un but et deux passes. « Leur gros trio a été dominant, tous nos défenseurs ont remarqué à quel point ils étaient forts », a souligné Crawford.

Les Sénateurs vont maintenant se préparer à recevoir la visite des Maple Leafs de Toronto samedi soir alors que ce séjour à domicile de quatre matches se poursuivra.

+

Faux départ pour Nilsson

Le plan de Marc Crawford était de revenir avec Anders Nilsson devant le filet jeudi soir, peu importe que Craig Anderson avait gagné les deux matches précédents, incluant un blanchissage de 3-0 mardi contre Buffalo.

Quand les Panthers ont compté dès la première minute de jeu, il a dû regretter un peu cette décision, mais le gardien suédois n’a quand même pas eu beaucoup à se reprocher dans la défaite de 5-2 des siens où il a alloué trois buts sur 32 tirs.

Il a notamment effectué un arrêt spectaculaire de la mitaine aux dépens de Jonathan Huberdeau alors que son club profitait d’un avantage numérique pour garder les siens dans le match.

« En général, je pense que ce n’était peut-être pas un excellent match, mais il n’était pas trop pire non plus, a analysé Nilsson après coup. J’ai perdu la rondelle de vue sur le premier but, je ne sais pas si ça a été dévié. C’était un mauvais départ pour l’équipe et pour moi, mais nous avons été capables de revenir et de créer l’égalité. Ils sont cependant revenus compter deux buts rapides en deuxième période et (Roberto) Luongo a fait de bons arrêts. »

Luongo a raté une chance de possiblement affronter son voisin en Floride, Anderson, pour une dernière fois, alors qu’il est question qu’il prenne sa retraite après cette saison où il a été blessé souvent.

Il était content de voir son club rebondir après deux revers à Toronto et Montréal où les Panthers avaient alloué 13 buts. « Nous avions été humiliés par nos performances lors des deux derniers matches et il fallait qu’on se présente pour ce match-ci », a-t-il indiqué après coup.