Les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas été de taille face au rouleur compresseur des Islanders de New York.

Les Islanders trop forts pour les Sénateurs

BROOKLYN — Le rouleau compresseur des Islanders de New York est passé sur le corps des Sénateurs d’Ottawa mardi soir.

Les Insulaires ont enregistré une 10e victoire consécutive, 4-1 devant leurs bruyants partisans au Barclays Center, où ils disputaient le premier de 13 matches cette saison. C’est la deuxième plus longue séquence victorieuse de leur prestigieuse histoire, le record de 15 remontant à 1982, au milieu des quatre conquêtes de suite de la coupe Stanley.

À leur deuxième match en 24 heures dans la région new-yorkaise, les hommes de D.J. Smith n’ont pas été à la hauteur, commettant quelques revirements de trop.

À l’occasion de ce 800e match en carrière du Gatinois Derick Brassard, qui a vu une séquence de cinq matches avec un but prendre fin, c’est une recrue à son septième match qui a réussi le but gagnant, son premier en carrière. Cole Bardreau aura une bonne histoire à raconter à ses petits-enfants puisque celui-ci a été réussi sur un tir de punition. 

Il a profité d’un revirement à sa ligne bleue commis par Vladislav Namestnikov pour s’échapper, mais Mark Borowiecki l’a fait trébucher, ce qui lui a permis de s’élancer à nouveau contre Craig Anderson, déjoué entre les jambières. 

Il est seulement le septième joueur de l’histoire de la LNH à réussir cet exploit.

«C’est une équipe avec beaucoup de vétérans qui sait comment jouer et qui cherche à vous tuer avec sa patience, a commenté Anderson après coup. On doit prendre une page de leur livre et essayer d’aller de l’avant... Le tir de punition, j’avais bien lu qu’il allait tirer, j’ai réagi et j’en ai arrêté une partie, mais pas assez. C’est frustrant, je pense l’avoir joué au meilleur de mes habiletés. C’est un mauvais bond. C’est un moment excitant pour lui, mais c’est dommage d’être de l’autre côté.»

Les Sénateurs jouaient un bon match sur la route, surtout un deuxième en 24 heures après leur gain de 6-2 la veille contre les Rangers, jusque là. Mais les locaux ont ajouté deux autres buts en 40 secondes d’intervalle au troisième tiers, ceux de Casey Cizikas en désavantage numérique et de Josh Bailey, et les carottes étaient cuites.

Jean-Gabriel Pageau avait ouvert le pointage en désavantage numérique à la huitième minute, atteignant la lucarne sur une passe de Namestnikov. Un troisième but en deux soirs pour le Gatinois, un deuxième en désavantage cette saison et un 12e en carrière, un derrière Antoine Vermette qui détient le quatrième rang de l’histoire du club à ce chapitre.

Cette avance n’a pas duré longtemps cependant puisque 39 secondes plus tard, un revirement de Cody Goloubef menant à un tir de la pointe qui a permis à Cal Clutterbuck de marquer sur le retour accordé par Anderson.

«Il y a une raison pourquoi ils ont gagné 10 matches de suite, ils sont patients et ils attendent que vous commettiez des erreurs. On a fait quelques erreurs et la rondelle s’est retrouvée au fond de notre filet, analysait le défenseur Thomas Chabot, qui a joué 26 minutes. On essaie d’apprendre à être patient comme ça. Le but sur le tir de punition, n’importe quel autre défenseur aurait fait la même chose que “Boro” (Borowiecki) pour empêcher un tir.»

Le gardien des Islanders Thomas Greiss a été solide sans avoir besoin d’être spectaculaire face aux 28 tirs des Sénateurs.

«Quand ils prennent les devants, ils ne vous donnent rien ensuite, on doit leur donner le crédit. J’ai aimé notre jeu pendant deux périodes, mais le troisième but nous a cassé les reins. On a arrêté de jouer un peu ensuite», estimait l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Les Sénateurs (4-9-1) sont rentrés dans la capitale après la rencontre et après une journée de congé, ils recevront les Kings de Los Angeles au Centre Canadian Tire jeudi soir.

››› Le sommaire du match

+

UNE BONNE LEÇON À APPRENDRE

BROOKLYN — D.J. Smith avait dit avant le match que son club devait être prêt à gagner 1-0 ou 2-1 contre les Islanders.

C’est ce qu’il a tenté de faire, sauf que quelques erreurs de trop sont venues bousiller un bon effort.

« Cette équipe (les Islanders) a grandi beaucoup et ils étaient prêts à garder ce match à 1-1 le plus longtemps possible jusqu’à ce qu’on fasse une erreur. Lors d’un deuxième match en deux soirs, c’est quelque chose qu’il faut être prêt à faire. Ça peut devenir plate en zone neutre quand il ne se passe pas grand-chose, mais l’autre club a des jambes plus fraîches, ce n’est pas la pire chose de travailler pour un jeu de puissance ou un break. Ils l’ont obtenu. On peut apprendre beaucoup de la façon dont ce club joue », estimait le vétéran Ron Hainsey dans le vestiaire des perdants après cette rencontre où il a été sur la glace pour trois buts.

Ce dernier avait un nouveau partenaire pour ce match, le vétéran des mineures Cody Goloubef, qui a remplacé la recrue Erik Brännström. « Il a été correct, il n’a pas joué au cours du dernier mois et demi. Il a bien travaillé, fait de son mieux. Ce n’était pas parfait de notre côté, mais on va continuer à travailler », a noté Hainsey, qui pensait que son club avait raté une bonne chance de revenir dans le match en obtenant une attaque à cinq peu après le but en tir de punition des Islanders.

Smith était d’accord, disant que Goloubef « a été un peu chancelant, mais il a été meilleur par après. Il a raté un mois, c’est difficile à faire ».

Goloubef a passé 14:42 minutes sur la glace, finissant avec un différentiel de moins-1.

Dans la défaite, les attaquants Connor Brown (six matches) et Anthony Duclair (cinq) ont vu leurs séquences de parties avec au moins prendre fin.