Les Sénateurs ont échangé le joueur de centre gatinois Jean-Gabriel Pageau aux Islanders de New York.
Les Sénateurs ont échangé le joueur de centre gatinois Jean-Gabriel Pageau aux Islanders de New York.

Les Islanders misent gros sur Pageau

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
COLUMBUS — L’ère Jean-Gabriel Pageau est terminée dans son patelin.

Un an après avoir expédié Mark Stone à Las Vegas, les Sénateurs d’Ottawa ont échangé le centre gatinois qui était devenu un gros morceau de leur organisation en l’espace de huit ans.

Incapables de s’entendre pour une prolongation de contrat, ils l’ont envoyé aux Islanders de New York contre des choix de première et deuxième ronde en juin prochain, et un choix conditionnel de troisième ronde en 2021. Ces derniers lui ont promptement fait signer un pacte de 30 millions $ pour six ans, comprenant une prime à la signature de 2 M $ et une clause de non-échange.

« C’est beaucoup d’émotions, des émotions partagées. En même temps, je suis excité... Hier soir, j’avais mal au ventre. C’était plus difficile que je le pensais mentalement, de penser à tout ce qui pourrait m’arriver. C’était stressant. Je suis content que ce soit terminé et je peux me concentrer sur mon objectif, qui est de gagner », a commenté Pageau lors d’une conférence téléphonique.

L’ancien numéro 44 des Sénateurs ira rejoindre une formation solide comprenant un autre Gatinois, Derick Brassard, à Long Island. « Je suis très excité d’aller de l’avant. Je dois remercier Lou Lamoriello et les propriétaires qui ont confiance en moi. Je vais faire de mon mieux », a-t-il ajouté.

Le DG des Sénateurs Pierre Dorion avait déjà souhaité que Pageau soit un « Sénateur à vie », et il a déclaré qu’il « ne pense pas avoir eu une conversation plus difficile que celle que j’ai eue avec Jean-Gabriel. J’ai eu un gros mot à dire quand on l’a repêché... Ça fait partie du plan que nous avons. Ça fait mal à tout le monde de l’échanger, mais on sait que nous allons être dans une bonne position en allant de l’avant. »

À LIRE AUSSI: «De la brique et du mortier», la chronique de Sylvain St-Laurent

Les Sénateurs affirment qu’ils veulent bien entourer leurs jeunes espoirs avec des vétérans pouvant leur montrer le chemin, mais ils ont laissé partir en l’espace de deux ans deux vétérans, Stone et Pageau, qui étaient des assistants-capitaines et qui encadraient bien les Thomas Chabot et Brady Tkachuk. « Ça fait partie de l’évolution que les jeunes prennent plus de place », a aussi mentionné Dorion.

« Il personnifie ce que voulez qu’un Sénateur soit. Il a porté tous les chapeaux ici. Il a commencé sur la quatrième ligne et maintenant, il était sur le premier trio. Il faisait tout ce que vous lui demandiez, il a été un de mes coéquipiers favoris. Je suis content pour lui qu’il ait une chance de faire un bout de chemin en séries », a commenté le vétéran Bobby Ryan dans un vestiaire bien silencieux en matinée.

« Les négociations m’ont montré à quel point le hockey est une business. Je ne le voyais pas avant. Je ne peux pas en vouloir à personne. C’est sur que je suis déçu, mais je suis rendu un adulte, je suis capable de vivre avec mes décisions et je suis excité par ce qui s’en vient », a aussi commenté Pageau, qui pourrait jouer un premier match avec les Islanders mardi contre les Rangers si l’équipe lui obtient un visa de travail à temps.

Le hasard faisant bien les choses, Pageau effectuera son retour au Centre Canadian Tire avec sa nouvelle équipe dès jeudi prochain le 5 mars. « C’est la première chose que les joueurs regardent après avoir parlé à leurs proches. J’ai hâte », a-t-il dit.

Le choix de première ronde obtenu des Islanders est protégé si jamais ils ratent les séries et qu’il est un des trois premiers grâce à une victoire à la « loterie Alexis Lafrenière ». Celui de troisième ronde en 2021 sera versé seulement si les Islanders remportent la coupe Stanley ce printemps.

+

Thomas Chabot

CHABOT TRISTE DE VOIR PAGEAU PARTIR, MAIS «ON S'Y ATTENDAIT»

COLUMBUS — Thomas Chabot s’est engagé pour huit ans avec les Sénateurs, et il n’était pas trop content de voir que Jean-Gabriel Pageau ne sera pas là pour les futures saisons de « succès incomparable » promises il y a deux ans par le propriétaire Eugene Melnyk.

« C’est difficile de le voir partir. Depuis le début de sa carrière à Ottawa, il a fait des choses extraordinaires pour l’organisation, il a tout donné pour cette équipe-là. C’est triste, c’est un gars qui est énormément apprécié, un de mes bons chums. Un gars avec qui je passais beaucoup de temps. C’est certain que c’est difficile, mais au bout de la ligne, ce qui arrive est arrivé », a-t-il confié au Droit lundi matin.

« On s’y attendait, il y avait beaucoup de rumeurs. Tu entends des affaires, tu t’accroches un peu à des espoirs comme lorsqu’il a joué tous les matches. C’est une décision de business, c’est le monde dans lequel on est. On va lui souhaiter la meilleure des chances dans sa nouvelle équipe, vous le connaissez autant que moi, il n’aura pas de misère à s’intégrer. Il est un gars de première classe en dehors de la glace en plus d’être un joueur talentueux sur la glace », a ajouté l’arrière qui a été en mesure de jouer contre les Blue Jackets en soirée même s’il avait été blessé samedi contre Montréal.

Le gardien Craig Anderson, qui n’a pas changé d’adresse à la date limite, était dans le même camp. « Il était un gros morceau dans ce vestiaire et dans cette organisation, il parlait français et anglais... C’est malheureux comment ça s’est joué, mais c’est le côté business du hockey. Le show doit continuer... Les joueurs, nous avons un point de vue différent. Ils ont un point de vue différent, ils ont un plan. On pense à court terme, ils doivent penser big picture », a-t-il souligné.

L’entraîneur-chef D.J. Smith a évidemment défendu son organisation : « Mon travail est de rendre nos jeunes meilleurs, comme Chabot, Brady et White, qui va jouer plus... Pageau était un gars qui ne nécessitait pas de travail de maintien, il nous offrait de l’attaque. Il était bon pour les jeunes et pour la communauté. C’est triste de le voir partir, mais c’est une chance pour lui de gagner maintenant », a-t-il dit.

Dorion a effectué trois autres transactions de moindre envergure au cours de la journée, envoyant Vladislav Namestnikov au Colorado contre un choix de quatrième ronde en 2020 et Tyler Ennis à Edmonton contre un cinquième en 2021. Matthew Peca a été obtenu de Montréal et il s’est amené de Laval contre le joueur des mineures Aaron Luchuk, rapatrié de Toronto la semaine dernière, et un septième choix, également.