Jean-Gabriel Pageau et son coéquipier Anthony Duclair se sont illustrés dans la défaite.

Les Islanders arrachent un autre gain aux Sénateurs

Presque éliminés mathématiquement, les Sénateurs d’Ottawa ont pour seul objectif d’essayer de compliquer la vie de leurs adversaires et d’offrir une bonne opposition.

Pour un deuxième match de suite contre les Islanders de New York, c’est ce qu’ils ont fait jeudi soir au Centre Canadian Tire, s’inclinant 4-2 devant une petite foule de 11 967 amateurs.

L’attaquant québécois Anthony Beauvillier a fait la différence en sautant sur le retour d’un lancer que Zack Smith a fait dévier pour compliquer la vie de son gardien à 12:29 du troisième tiers, et Casey Cizikas a compté dans un filet désert pour sceller l’issue de la rencontre après qu’un tir de Thomas Chabot ait été bloqué à la ligne bleue adverse.

« On se concentre sur le processus présentement, et j’ai trouvé que notre processus était décent. Notre éthique de travail était là, nous avons probablement joué notre meilleure deuxième période de la saison... On affrontait un bon club qui a trouvé le moyen de gagner. Nous avons gagné la possession de la rondelle sur les trois mises au jeu avec le gardien retiré, mais ils ont obtenu un bon tir bloqué et ultimement, c’est ce qui arrive à un club qui trouve des moyens de gagner, a analysé l’entraîneur-chef Marc Crawford après coup. Ils ont eu besoin d’un bon effort pour nous battre et j’imagine qu’ils nous respectent. »

Les Islanders ont pris les devants 2-1 au premier tiers alors que Valtteri Filppula y est allé d’un doublé, un coup de revers et une rondelle frappée au vol survenant avant et après un filet de Brady Tkachuk. L’attaquant recrue des Sénateurs avait répliqué au premier filet en faisant dévier habilement un lancer de la pointe du défenseur Ben Harpur, dont c’était seulement le troisième point cette saison.

En comptant dans un deuxième match de suite, le nouveau venu Oscar Lindberg a ramené les deux équipes nez à nez avec l’unique filet du deuxième tiers, sautant sur un retour de lancer pour atteindre la lucarne par-dessus l’épaule du gardien Thomas Greiss.

Les locaux ont dominé 37-31 au chapitre des lancers et Greiss a été solide pour gagner son duel avec Anders Nilsson.

« Je pense que nous avons contrôlé le jeu en troisième période et on méritait de compter un ou deux buts. Mais on a dégagé la rondelle et ils ont ensuite eu un bond chanceux sur lequel ils ont capitalisé, a noté Nilsson. Je trouve qu’on a joué de façon solide pendant 60 minutes encore une fois, nous étions la meilleure équipe et on méritait les deux points. Je suis confiant, si on continue à jouer comme ça, de façon simple et en jouant avec ardeur, on va gagner plus de matches. »

Le défenseur Mark Borowiecki était d’accord : « C’était un de nos bons matches de la saison, je crois que nous n’avions pas de passagers. On s’est fait battre par un bon club de hockey qui a eu la chance de son côté, c’est comme ça. On peut quand même être content. Nous tentons d’établir une fondation, il est un peu tard dans l’année, mais nous avons eu un message de prendre nos responsabilités, s’assurer de “compétitionner” et je pense qu’on le voit sur la glace, on gagne la majorité de nos batailles à un contre un », a-t-il noté. 

Pendant ce temps à Cleveland, le club-école des Senators de Belleville a encaissé un revers de 2-1 contre les Monsters de l’endroit pour voir sa séquence de 17 matches sans défaite en temps réglementaire prendre fin. C’est la huitième plus longue de l’histoire de la Ligue américaine.

Les Sénateurs vont maintenant disputer leurs deux prochains matches à l’étranger, samedi contre les Bruins à Boston et lundi contre les Flyers à Philadelphie.

+

PAGEAU DONNE UN BON EXEMPLE

L’expérience de Marc Crawford de jumeler Jean-Gabriel Pageau à Brady Tkachuk et Anthony Duclair est bien partie.

Le centre gatinois n’a pas compté, mais il a obtenu quatre tirs, Tkachuk a marqué et en a obtenu six, tandis que Duclair a récolté une passe et a effectué deux lancers pour sa part. Douze lancers en tout pour le trio. 

« Jean-Gabriel patine bien présentement et à ses côtés, Brady avait l’air d’aller plus vite, peut-être parce que “Pager” joue à une si haute vitesse, estimait Crawford. Et Duclair a joué un excellent match, son meilleur avec nous. »

Dans un match physique où les Islanders ont distribué 39 mises en échec et les Sénateurs 25, Pageau a aussi donné le plus percutant coup d’épaule, renversant Adam Pelech en fin de deuxième tiers, ce qui a causé un attroupement par la suite. « Je ne l’ai pas vu, mais je l’ai entendu, on savait que c’était une grosse mise en échec et je cherchais le  scrum tout de suite après ça. C’est bon pour nous de se tenir comme ça », a dit l’attaquant de 19 ans qui a marqué son 15e but avec une belle déviation en première.

Tkachuk a lui aussi donné une bonne mise en échec, à Brock Nelson alors qu’une baie vitrée s’est délogée ensuite. « Ce n’était honnêtement pas un si gros coup que ça, je l’ai juste frappé au bon angle. C’était assez cool, la première fois que ça m’arrivait », a-t-il ajouté.

Mark Borowiecki a apprécié la mise en échec de Pageau en particulier. « Le gars fait 5’ 9’’ et il joue comme s’il mesurait 6’ 5’’, a-t-il lancé. Il joue avec tellement d’ardeur et il donne de bonnes performances sous pression, c’est le genre de gars qu’on veut que nos jeunes regardent aller. On ne joue pas pour un gros enjeu, mais de le voir travailler si fort, il est un gars spécial qui donne un bon exemple à nos jeunes joueurs. »

À CONSULTER : Le sommaire du match