Tout comme les Sénateurs, les Ducks – blanchis dimanche par les Oilers – tenteront mercredi de mettre fin à une série de huit défaites consécutives.

Les Ducks peinent à compter des buts

ANAHEIM — Si le défi des Sénateurs en deuxième moitié de saison est d’allouer moins de buts et de lancers, chez les Ducks d’Anaheim, c’est tout le contraire.

La formation californienne se retrouve dans une léthargie offensive alors qu’elle n’a compté que 11 buts lors d’une séquence de huit revers consécutifs, aussi longue que celle de leurs adversaires de mercredi soir.

Ils ont été blanchis à deux reprises, dont lors de leur dernière sortie de dimanche (4-0 contre les Oilers d’Edmonton) et ont été tenus à deux buts ou moins à cinq occasions lors de cette série de défaites. Leur moyenne de buts comptés a chuté à 2,35 par partie, ce qui leur vaut le 30e et avant-dernier rang à ce chapitre dans la LNH.

« Compter des buts a été un problème pour notre club. On dit qu’en retrouvant la santé avec quelques gars, ça va aller mieux, a souligné l’entraîneur-chef Randy Carlyle après la pratique des siens mardi. Le tableau des lancers est souvent en notre faveur, il l’a été lors de notre dernier match (39-24), mais leur gardien [Cam Talbot] a vu la plupart d’entre eux. Nous n’avions pas assez de circulation devant lui, et nous n’avons pas obtenu assez de deuxièmes et troisièmes chances. On a aussi raté plusieurs tirs et d’autres ont été bloqués. »

Contre les Sénateurs mercredi soir, les Ducks s’attendent à pouvoir compter à nouveau sur l’attaquant Rickard Rakell, qui a raté les 13 derniers matches en raison d’une entorse à une cheville. Il reprendra sa place sur le premier trio aux côtés de Ryan Getzlaf, qui s’ennuie évidemment de son fidèle partenaire Corey Perry, absent depuis le début de la saison en raison d’une blessure à un genou qui doit nécessiter cinq mois de récupération.

« Il est un joueur dynamique en offensive, il peut faire des choses impressionnantes en zone neutre. Lui et Getzy ont joué du hockey solide ensemble. On va espérer qu’ils comptent des buts pour nous, ils l’ont fait par le passé », a ajouté Carlyle.

L’attaquant Jacob Silfverberg, l’ancien Sénateur refilé à Anaheim dans l’échange de Bobby Ryan il y a déjà sept ans, abondait dans le même sens que son entraîneur quand il s’est fait demander ce qui n’allait pas avec l’attaque des siens.

« C’est malheureusement un problème. On en parle tous les jours, et c’est plus évident depuis quelques parties. Nous obtenons des tirs, mais il n’y a pas assez de circulation devant le filet. Les gardiens de nos jours vont arrêter les tirs de l’extérieur si vous n’avez personne devant pour leur compliquer la vie. On travaille là-dessus à l’entraînement et on va espérer voir un effet [mercredi] », a dit l’ailier de 28 ans qui a 10 buts et 17 points à sa fiche cette saison, en 38 matches.

Silfverberg notait que les Ducks ne se laissent pas démonter par l’absence de gros noms comme Perry ainsi qu’un autre ancien Sénateur, Patrick Eaves, qui est absent en raison d’une côte cassée.

« Depuis trois ou quatre ans, on dirait qu’on a toujours un, deux ou trois gros noms qui sont absents. C’est difficile, mais on a des jeunes joueurs qui ont bien comblé ces absences. On ne peut pas trop s’attarder là-dessus, même si ça a un effet », dit le Suédois.

La bonne nouvelle pour les Ducks est que contrairement aux Sénateurs, qui se sont sortis de la course aux séries avec leurs ratés, ils occupent toujours le huitième rang dans l’Ouest, le dernier donnant accès aux éliminatoires.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Archibald en terrain inconnu

Rappelé lundi par les Sénateurs après son acquisition de Vancouver la semaine dernière dans l’échange qui a amené aussi le gardien Anders Nilsson, Darren Archibald avait peine à croire qu’il avait mis les pieds en Californie avec son nouveau club. 

« C’est la première journée où je le réalise pleinement [qu’il a été échangé], on dirait. Ça a été un choc au système d’avoir cet appel mercredi dernier. J’ai passé beaucoup de temps à Utica et Vancouver a été ma seule organisation [depuis 2011]. Être échangé comme ça, c’était une première pour moi. Je suis excité d’être ici, ça me rapproche de ma famille [à Newmarket, près de Toronto]. Ils sont contents de pouvoir me voir jouer plus souvent. Oui, j’étais un partisan des Leafs en grandissant, mais surtout, j’aimais le hockey », a dit l’attaquant qui a obtenu une passe en deux matches le week-end dernier avec les Senators de Belleville. 

Entre les lignes

Guy Boucher a indiqué mardi qu’il entendait revenir à un alignement conventionnel à 12 attaquants et 6 défenseurs, ce qui permettra à Nick Paul de réintégrer l’alignement. « [Les Ducks] ont un gros club et c’est l’occasion idéale de le renvoyer dans la mêlée », a dit Boucher au sujet de celui qu’il a retranché lors des deux matches du dernier week-end...

Archibald est là surtout comme police d’assurance. « Je suis ici pour me tremper les pieds et apprendre le système, qui est pas mal différent, et ensuite j’espère avoir la chance de montrer ce que je peux faire », a noté Archibald...

Guy Boucher a dit que le défenseur Christian Jaros continue de progresser. « Il a probablement été notre meilleur défenseur lors du dernier match [contre les Hurricanes]. Il est une belle histoire pour nous, comme des gars comme Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel, qui connaissent leurs meilleures saisons dans la LNH, et Thomas Chabot qui va au Match des étoiles », a-t-il noté.