Les Devils du New Jersey ont signé une victoire de 4-3 en prolongation, dimanche soir, face aux Sénateurs d'Ottawa.
Les Devils du New Jersey ont signé une victoire de 4-3 en prolongation, dimanche soir, face aux Sénateurs d'Ottawa.

Les Devils l'emportent en prolongation au Centre Canadian Tire

De leur propre aveu, les Sénateurs d’Ottawa étaient pas mal rouillés à leur retour au boulot dimanche au Centre Canadian Tire.

Après deux jours d’entraînement au retour de la pause de Noël, ils avaient assez de jambes, mais leur défensive remodelée en raison des blessures à quelques vétérans a éprouvé des difficultés à sortir la rondelle de sa zone en plus de commettre quelques erreurs coûteuses ailleurs sur la glace.

Dans les circonstances, c’est donc bien qu’ils soient parvenus à mettre la main sur un point de classement quand même, s’inclinant 4-3 en prolongation face aux Devils du New Jersey devant une foule encourageante de 14 005 amateurs.

Ils ont complété ce séjour à domicile de quatre parties avec une fiche de 2-0-2 et ils n’ont pas perdu en temps réglementaire à leurs cinq dernières sorties.

Un but de Jack Hugues avec un tir habile, sur une longue échappée où Jean-Gabriel Pageau a tout fait en replis pour l’empêcher de lancer, a procuré ce gain aux Devils (13-19-6), qui ont échappé une avance d’un but quand Thomas Chabot a compté avec un peu moins de cinq minutes à jouer.

À LIRE AUSSI: Sabourin a réussi à déranger Subban

À trois contre trois, son coéquipier Colin White a vu son bâton se briser dans ses mains, permettant à Kyle Palmieri de refiler à Hugues, le premier choix du dernier repêchage.

«Ce ne sera pas tout le temps beau ou parfait. Le premier match au retour d’un congé, même si on a eu deux entraînements, tu n’es pas totalement en game shape, ça prend un peu de temps pour retrouver ta touche. On est donc quand même contents d’avoir pu sortir avec un point de ça», estimait Chabot après le match.

Celui-ci avait fait une percée au filet juste avant le but vainqueur, mais le gardien Mackenzie Blackwood a réalisé l’arrêt à ses dépens et le jeu est parti à l’autre bout.

«J’avais vu la ligne pour couper au filet, le gardien et le défenseur m’ont poke checké (harponné) et la rondelle est sortie. J’ai vu Colin sans bâton, je ne sais pas ce qui s’est passé, c’est une malchance comme ça. Je pense que c’était le troisième bâton qu’il cassait dans ce match, en plus. C’est une soirée de ce genre-là», a ajouté Chabot, dont c’était le quatrième but cette saison.

L’arrière québécois a passé 28:25 minutes sur la glace à cette occasion, un temps réduit après quatre parties de 30 minutes et plus. Il a donné une frousse aux siens quand il a quitté le banc quelques instants après avoir bloqué un tir avec sa main droite. Il est revenu rapidement, cependant, et il a laissé entendre que des radiographies ont été négatives.

«Il sort la rondelle par lui-même très souvent et ce serait difficile s’il ne jouait pas... Présentement, on n’a pas beaucoup de défenseurs pour bouger la rondelle, mais les gars se défendent du mieux qu’ils le peuvent», a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Cody Goloubef a obtenu sa première passe dans l’uniforme des Sénateurs sur le but de Nick Paul en deuxième, mais il a aussi laissé filer Miles Wood pour une échappée avec le but qui procurait les devants 3-2 aux visiteurs. Le défenseur des mineures Andreas Englund a aussi obtenu une passe en plus de lâcher les gants contre John Hayden.

Artem Anisimov a compté l’autre but des Sénateurs contre un Blackwood ordinaire face à leurs 23 tirs.

Nico Hischier et Nikita Gusev, chacun en avantage numérique, ont aussi déjoué Craig Anderson à l’autre bout, lui qui a été mis à l’épreuve à 34 reprises.

«On a trouvé nos jambes en deuxième, mais ils ont poussé à leur tour. On a bien géré les changements de momentum pour revenir créer l’égalité et aller en prolongation. C’était un match amusant. On a juste donné un peu trop d’échappées et de surnombres, en plus de deux buts en avantage numérique», a souligné Anderson.

>> Sommaire du match

+

PAUL A RÉVEILLÉ UN PEU SON CLUB

Depuis qu’il s’était fait dire de se trouver un appartement à Ottawa au début novembre, Nick Paul n’avait qu’un seul but à sa fiche avant dimanche.

L’attaquant en puissance était donc soulagé d’en ajouter un deuxième, et un quatrième cette saison, pour réveiller un peu son club qui était endormi jusque là (six tirs en première période). Il a profité d’une faiblesse du gardien Mackenzie Blackwood pour faire 1-1, mais il allait prendre ce cadeau de Noël en retard.

Nick Paul célèbre son but en compagnie d'Anthony Duclair et Thomas Chabot

« C’était bien, ça fait un bout de temps que je tentais d’en obtenir un, a-t-il raconté après avoir mis fin à une disette de 12 parties sans but (elle est de 21 matches sans passe, sa dernière remontant au 13 novembre). C’est comme ça que ça arrive à ce jeu, il ne faut pas y penser et juste jouer de la même manière. Ça a fini par rentrer ce soir, ce qui fait du bien, c’est certain. »

Après un lent début de match contre un club qui avait eu l’avantage de jouer un match vendredi après la pause de trois jours, Paul estimait que son but avait réveillé son club, tout comme quelques mises en échec.

« On s’est mis à frapper, ce qui a causé quelques revirements, et la rondelle s’est ensuite retrouvée au fond du filet. On a juste été victimes de quelques mauvais bonds, ça arrive. Il faut travailler pendant 60 minutes », a-t-il noté.

D.J. Smith était en partie d’accord avec son jeune attaquant. « Nous n’avons pas eu la rondelle beaucoup ce soir. Nous n’avons pas été très intelligents avec celle-ci, on ne sortait pas bien de notre zone. Mais on a joué avec ardeur en troisième et on a réussi à aller en prolongation. Il faut juste jouer un peu plus intelligemment », a-t-il analysé.