Le DG des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion
Le DG des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion

Les choix numéro trois et cinq pour les Sénateurs

Si on se fie aux réseaux sociaux, à peu près tout le monde à Ottawa avait le moral dans les talons, vendredi soir, à la conclusion de la loterie du repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Sauf, peut-être, Pierre Dorion.

Le directeur général des Sénateurs était radieux quand il est apparu sur les écrans des journalistes, aux environs de 21 h 15, pour sa conférence de presse par vidéo.

Pierre Dorion

«Lorsque le prochain repêchage aura lieu, nous aurons les choix numéro trois et cinq, a-t-il commencé. Ça va nous donner la chance d’ajouter deux joueurs d’impact à notre formation. Et ces deux joueurs vont nous aider pendant plusieurs années.»

Les Sénateurs détenaient quand même 25 % des chances de remporter le gros lot, durant le tirage.

Les partisans voyaient Alexis Lafrenière dans leur soupe.

Alexis Lafrenière

Le Québécois ne sait finalement pas dans quelle ville il entreprendra sa carrière.

Les huit équipes qui subiront l’élimination lors de la ronde de qualification des séries de la coupe Stanley auront une chance de remporter le premier choix.

On peut donc mentionner, ici, que Lafrenière pourrait aboutir chez les plus grands rivaux des Sénateurs.

Le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto sont toujours dans la course.

«On comprend le processus. On le comprend et on l’accepte depuis le tout début», affirme Dorion.

«Les équipes qui subiront l’élimination durant la ronde de qualification ne pourront pas vraiment dire qu’elles ont participé aux séries éliminatoires. Il est donc tout naturelle que l’une d’entre-elles ait l’opportunité de repêcher au tout premier rang.»

Dorion a passé un coup de fil à son recruteur chef, Trent Mann, avant de s’adresser aux journalistes.

«Trent est un des meilleurs dépisteurs de la ligue. Nous avons tout de suite voulu parler des joueurs qui seront disponibles au troisième rang. Et nous avons aussi parlé des joueurs qui seront toujours là au cinquième échelon.»

Trent Mann

Pour le troisième rang, c’est assez facile.

L’Ontarien Quinton Byfield et l’Allemand Tim Stützle sont ceux qui suivent Lafrenière sur à peu près tous les classements des spécialistes.

Les deux peuvent évoluer à la position de centre. Les Sénateurs ont besoin d’un centre numéro un.

Ils risquent cependant de ne pas avoir le choix.

Les Kings de Los Angeles, qui détiennent le deuxième choix, vont en sélectionner un. Ils pourront ramasser celui qui sera toujours là.

Le président des Kings, Luc Robitaille, n’a pas trop donné d’indices, vendredi soir, lorsqu’il a participé à l’émission spéciale sur les ondes de TVA Sports.

«J’ai confiance en notre relève, du côté défensif. Nous avons besoin d’un autre attaquant qui pourra faire la différence dans un match», a-t-il simplement déclaré.

Quinton Byfield

Dorion, lui, est confiant que le troisième choix du prochain repêchage sera «capable d’évoluer dans la LNH dès l’an prochain.»

«Je dis ça, vous savez... Nous n’avons pas l’intention de mettre trop de pression, trop rapidement, sur nos jeunes joueurs. Nous n’allons certainement pas précipiter les choses. Je dis ça, par contre, pour que nos partisans soient emballés par ce qui s’en vient.»

Au cinquième rang, ça risque d’être plus ouvert.

On dit que le repêchage de 2020 regorge de joueurs de qualité, et ce, à toutes les positions. Dorion pourrait même choisir de sélectionner un autre centre.

Un journaliste lui a même demandé, vendredi, si Marco Rossi pouvait l’intéresser.

Il a quand même inscrit 120 points en 56 parties, l’hiver dernier, avec les 67’s d’Ottawa.

«Je ne commencerai pas à révéler mes secrets», a-t-il répondu, toujours de bonne humeur.

«Les 67’s et les Olympiques de Gatineau sont les deux équipes de hockey junior que j’ai vu jouer le plus souvent au cours des derniers mois», a-t-il enchaîné.

«Mais nos dépisteurs ont vu jouer toutes les équipes à plusieurs occasions. L’endroit où les espoirs ont passé la dernière année ne compte pas vraiment.»

D’ailleurs, les dépisteurs d’Ottawa pourront vraisemblablement poursuivre leur travail, au début de l’automne, puisque certains circuits européens et canadiens pourraient reprendre leurs activités avant la tenue du repêchage.

Marco Rossi

+

UNE VOLÉE DE BOIS VERT

Pierre Dorion a regardé la loterie avec son patron, le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk.

L’homme d’affaires s’est lui aussi dit encouragé par le dénouement de la soirée.

Il a choisi d’offrir ses commentaires en utilisant les canaux de diffusion officiels de l’équipe.

«Les partisans des Sénateurs ont des raisons de célébrer et nous sommes impatients de réunir la communauté pour appuyer notre équipe emballante», a-t-il déclaré, dans un court communiqué bilingue.

Eugene Melnyk

En retour, il a reçu une volée de bois vert de la part des partisans.

Quand ce message a été envoyé, les fans essayaient de se remettre de leur déception de ne pas avoir remporté la loterie.

Le propriétaire mal-aimé a donc servi de punching bag une fois de plus.