Clarke MacArthur (16) a été chassé du match dans la dernière minute de prolongation.

Les Blues ont joué la carte de l'intimidation

Les Sénateurs ont réussi leur remontée spectaculaire sans leur attaquant le plus constant. Clarke MacArthur a écopé d'une pénalité d'inconduite de 10 minutes à la toute fin de la deuxième période.
Ils ont aussi fini le match sans MacArthur aussi. Il a été chassé de nouveau dans la dernière minute de la prolongation.
Ce n'est pas compliqué. Les Sénateurs ont écopé de sept pénalités consécutives pour terminer la rencontre.
«Quand je pense à ce match, j'ai du mal à croire que nous avons été obligés de nous défendre à court d'un homme aussi souvent. Mais bon. Je suis un entraîneur. Les arbitres décernent les pénalités. Je n'ai pas le choix de vivre avec leurs décisions», dit Paul MacLean.
Les Blues n'étaient pourtant pas blancs comme neige.
En matinée, leur entraîneur Ken Hitchcock a balancé un truc intéressant aux journalistes. Il n'avait jamais digéré une mise en échec de Zack Smith à l'endroit d'Alex Steen. Cette mise en échec avait pourtant été donnée en décembre à Kanata.
Son équipe aurait-elle la vengeance dans l'âme? «Pas contre une équipe de l'Association Est que nous risquons de ne plus revoir d'ici l'an prochain. Nous sommes dans une course au championnat où chaque point est important», avait répondu le coach.
Hitchcock s'est pourtant fait un plaisir de mettre le feu aux poudres quelques heures plus tard.
MacLean a envoyé le trio de Smith dans la mêlée pour entreprendre la partie. C'est une stratégie courante sur la route. Hitchcock a réagi en confiant la mise en jeu initiale à son homme fort, l'ailier droit Ryan Reaves.
«Les Blues ont essayé de nous intimider tout au long de la soirée. Ils ont été de vrais bullys. Nous leur avons tenu tête. J'en suis très fier», conclut MacLean.
«Tout ça est terminé, a néanmoins conclu Robin Lehner. Il nous reste deux matches à jouer d'ici la pause olympique. Il nous faut deux autres grosses performances.»