Régler le dossier d’Erik Karlsson est la priorité de l’été du DG des Sénateurs Pierre Dorion.

Les 12 travaux de Dorion

Le propriétaire Eugene Melnyk a dit cette semaine aux partisans de ses Sénateurs d’Ottawa qu’il n’y a « que les perdants qui cherchent à blâmer quelqu’un ».

« On ne blâme personne. On regarde vers l’avant », a-t-il ajouté.

Un observateur sarcastique dirait que ça doit être pour ça que l’entraîneur-chef Guy Boucher n’a pas reçu la confirmation qu’il sera de retour derrière le banc de l’équipe pour honorer la troisième et dernière année de son contrat. S’il est congédié, il sera le sixième pilote au cours de la dernière décennie à être envoyé au chômage, alors que les John Paddock, Craig Hartsburg, Cory Clouston, Paul MacLean et Dave Cameron ont tous été pointés du doigt à un moment donné.

Trêve de sarcasme, alors que dans l’esprit de « regarder vers l’avant », le Droit dresse une liste des travaux herculéens qui attendent le directeur général Pierre Dorion au cours de la prochaine saison morte. L’Hercule de la mythologie grecque avait notamment dû dompter le chien Cerbère et nettoyer les écuries d’Augias. Ça lui avait pris huit ans en tout.

Dorion a moins de temps que ça, lui, pour remettre de l’ordre dans sa cabane.

1-Régler le cas Karlsson
C’est évidemment la priorité de son été chaud, Dorion doit trouver une solution à l’énigme posée par son joueur de concession. Il a affirmé qu’il ne sera pas échangé au repêchage cette semaine et qu’il lui fera une offre de contrat « juste » le 1er juillet. « La balle sera dans son camp », a-t-il dit devant les partisans. S’il ne parvient pas à s’entendre avec son agent Don Meehan, il faut présumer que Karlsson sera échangé au plus offrant avant le début du camp d’entraînement, avant que sa valeur ne diminue pendant la saison.

2-Congédier Boucher, ou pas
Dorion a dit qu’il se donne jusqu’au début de mai pour évaluer « de haut en bas » le personnel d’entraîneurs, Guy Boucher en tête. Ça pourrait vouloir dire qu’il attend de voir si d’autres entraîneurs en plus d’Alain Vigneault (douteux qu’il soit intéressé à venir à Ottawa alors que les Rangers le paieront 4 millions $ par an à ne rien faire pour les deux prochaines saisons) seront disponibles. Mais avec un budget restreint et des joueurs à racheter (voir ci-bas), pas certain que M. Melnyk voudra payer deux entraîneurs plutôt qu’un seul.

3-Gagner la loterie
Avant de prendre sa décision au sujet de Boucher, le d.g. va se présenter à Toronto le 28 avril avec un bon porte-bonheur dans ses poches, espérant gagner la « loto Rasmus Dahlin », le jeune défenseur suédois qui est le meilleur espoir du repêchage. Sortir gagnant de ce coup de dé où il aura 13,5 % des chances de l’emporter pourrait affecter ses futures décisions concernant Karlsson. Ensuite, il n’aura pas droit à l’erreur au repêchage de juin à Dallas, où il détient aussi le premier choix de Pittsburgh obtenu dans l’échange de Derick Brassard.

4-Que faire des adjoints ?
Si Boucher revient, Dorion a déjà dit qu’il devra changer certaines de ses façons de faire. Il ne serait pas surprenant non plus qu’il soit appelé à modifier son personnel d’assistants. Douteux que Marc Crawford, Martin Raymond et Rob Cookson soient tous de retour. L’entraîneur des gardiens Pierre Groulx semble avoir une meilleure sécurité d’emploi, Dorion ayant dit à la radio cette semaine qu’il sera consulté à savoir quoi faire avec les gardiens de Belleville l’an prochain.

5-S’entendre avec Stone
Meilleur attaquant de l’équipe, Mark Stone sera joueur autonome avec compensation cet été, étant éligible à l’arbitrage salarial une dernière fois avant de pouvoir devenir agent libre à l’été 2019. Il a exprimé le souhait de rester à Ottawa, mais pour signer un contrat à long terme, il faudra probablement que Dorion soit prêt à doubler son salaire actuel sous le plafond (3,5 millions $ en moyenne).

6-S’entendre avec Duchene
Un autre qui a exprimé le souhait de rester, croyant au plan de reconstruction qui lui a été présenté. La dernière saison où il s’est amené du Colorado a été « un nid de poule sur le chemin où on s’en va », croit-il. Comme Karlsson, il pourra négocier une prolongation de contrat à compter du 1er juillet, et ça va coûter plus cher que les 6 M$ qu’il fait actuellement.

7-Que faire avec Ryan ?
Si jamais ils parviennent à mettre leur « big 3 » sous contrat, les Sénateurs grugeront une grande partie de l’espace disponible sous le plafond salarial (selon Capfriendly.com, ils ont 17 joueurs sous contrat et environ 17 M$ d’espace sous celui-ci). Une façon de créer de l’espace serait d’échanger Bobby Ryan (salaire de 7,25 M$ pour encore quatre ans) ou racheter celui-ci (Ottawa devrait lui verser les deux tiers des 22 M$ restants en salaire).

8-Racheter Burrows
Parlant de rachat de contrat, Dorion a dit jeudi qu’il a discuté de la possibilité « avec plus d’un joueur » et il semble bien qu’Alexandre Burrows était visé. Il reste un an à un pacte qui lui rapporterait 2,5 M$ l’an prochain.

9-Que faire avec Gaborik ?
Acquis des Kings dans l’échange de Dion Phaneuf, l’attaquant Marian Gaborik n’a pas terminé la saison alors qu’il a eu besoin d’une opération au dos. Il ne faudrait pas se surprendre qu’il aille rejoindre Clarke MacArthur sur la liste des blessés à long terme et qu’il ne revienne jamais à Ottawa.

10-Quel genre de contrat offrir à Ceci ?

Souffre douleur des fervents de statistiques avancées, le défenseur Cody Ceci est dans le même bateau que Stone, à un an d’obtenir son autonomie complète et joueur autonome avec compensation. C’est probablement trop lui en demander d’affronter les meilleurs trios adverses soir après soir.

11-Ramener Wideman ?
Un défenseur de troisième paire efficace qui aidait sur le jeu de puissance, Chris Wideman a raté presque toute la saison en raison d’une déchirure d’un muscle ischiojambier. Moment mal choisi alors qu’il sera joueur autonome sans compensation cet été. Il ne devrait pas coûter beaucoup plus cher que les 800 000 $ qu’il faisait cette saison.

12-Du changement à Belleville ?
Le dernier des travaux de Dorion est partagé avec son adjoint Randy Lee, qui supervise le club-école de Belleville, dont la saison prendra fin en fin de semaine. Après une première campagne décevante le long de la Transcanadienne pour les petits Senators, est-ce que Kurt Kleinendorst conservera son poste d’entraîneur-chef ?