En prolongation, lundi soir, Robin Lehner n'a pu bloquer le tir de Seth Jones après un premier arrêt.

Lehner est déçu de ses performances

Dans le vestiaire des Sénateurs, après la défaite de lundi soir, la déprime devait être généralisée.
Robin Lehner devait être particulièrement affecté.
Le gardien de buts numéro deux a échappé un point au classement quand Seth Jones l'a battu en prolongation.
Il a également - et surtout - raté une belle opportunité de signer sa première victoire en un mois.
Fut un temps, il n'y a pas si longtemps, où les fans de Lehner exigeaient sur tous forums qu'il succède à Craig Anderson à titre de gardien de buts titulaire.
Dernièrement, ces fans se font plutôt discrets. À ses trois derniers départs, il a laissé passer 15 rondelles. À deux occasions, Paul MacLean l'a rappelé au banc avant la fin du match.
Lehner n'ose lui-même pas trop faire de bruit par les temps qui courent.
Quand on l'aborde, dans le vestiaire, il a presque le goût de s'excuser.
«Je travaille fort chaque jour avec l'entraîneur des gardiens dans le but de m'améliorer. C'est juste que je me retrouve dans une situation complètement nouvelle. J'ai toujours joué beaucoup. Là, je me retrouve plus souvent qu'autrement sur le banc et je dois trouver une façon de gagner mon temps de glace», explique-t-il.
«Dans les dernières semaines, j'ai manqué de constance. Je suis déçu de mes récentes performances. Je regrette particulièrement ma performance dans le premier match qui a suivi la pause olympique contre les Red Wings de Détroit. Je suis le gardien et mon rôle est simple. Je dois être là pour sauver la mise quand les autres joueurs commettent des erreurs.»
Lehner a bien fait son travail dans le match de lundi. Quand il a pris la relève de Craig Anderson en troisième période, les Sénateurs tiraient de l'arrière par trois buts. Une quinzaine de minutes plus tard, ils avaient réussi à remonter la pente.
Lehner n'a pas été le gardien le plus occupé durant la troisième période, mais il a su stopper tous les lancers dirigés vers son filet.
On peut lui pardonner le but alloué en prolongation.
Quand les deux défenseurs adverses parviennent à s'échapper ensemble, quelque chose s'est clairement mal passé à l'autre bout de la patinoire.
Lehner a pu faire le premier arrêt aux dépens de Ryan Ellis, mais il était carrément sorti du jeu lorsque Jones est arrivé derrière pour s'emparer du retour.
«C'est malheureux, j'ai perdu la rondelle de vue. Quand j'ai étiré ma jambière pour faire le premier arrêt, j'étais convaincu que j'avais réussi à repousser la rondelle vers le coin de la patinoire. Mais la rondelle n'a pas fait son bout de chemin, elle est restée juste là», commente-t-il.
On lui demande alors de ne pas trop se flageller. On lui dit que le deuxième point aurait été facilement acquis, dans cette rencontre, si seulement ses coéquipiers s'étaient présentés un peu plus tôt.
Il est d'accord.
«À compter de maintenant, il faut aborder chaque période de chaque match comme nous avons abordé la troisième période contre Nashville. Il faut entreprendre chaque partie comme si nous avions un déficit de trois buts à combler», dit-il.
Lehner ne sait pas vraiment s'il aura la chance de jouer souvent d'ici la fin de la saison. Tout dépendra de l'état de santé d'Anderson. Ce dernier s'est blessé contre Nashville.
«Peu importe mon utilisation, tranche-t-il. Nous devons à tout prix nous mettre à coller des victoires pour sauver ce qu'il reste de la saison.»
Sstlaurent@ledroit.com