Le gardien Danny Taylor salue sa famille dans les estrades à la fin du gain de 6-2 des Sénateurs contre les Maple Leafs lundi.

Le retour à la maison de Danny Taylor

Les performances de Danny Taylor et Marcus Högberg lors des deux victoires contre les Maple Leafs de Toronto lundi et mardi ont de quoi rassurer le DG Pierre Dorion et son adjoint Randy Lee.
Alors que leur club-école déménage de Binghamton à Belleville cet automne, les deux dirigeants des Sénateurs voulaient s'assurer que les jeunes espoirs de l'équipe puissent compter sur des gardiens plus solides que la saison dernière et ça devrait être le cas.
Andrew Hammond pourrait aussi faire partie de l'équation, s'il n'est pas refilé à un autre club d'ici la fin du camp d'entraînement, tandis que Chris Driedger, qui formait un duo plutôt débordé avec Matt O'Connor (parti dans l'organisation de St. Louis) la saison dernière à Binghamton, est présentement blessé à l'aine et n'a pas encore patiné au camp.
Taylor a été rapatrié de la KHL où il avait passé les trois saisons précédentes et il sera assurément à Belleville, c'est la seule chose qui est certaine.
Natif de l'Angleterre, mais ayant grandi dans le secteur Orléans d'Ottawa, cet ancien choix des Kings de Los Angeles qui a joué un match pour eux et deux pour les Flames de Calgary, a été solide en relève à Craig Anderson lors du gain de 6-2 lundi, allouant seulement un but tardif lors d'un jeu de puissance.
C'était un simple match hors-concours, mais pour lui, ça restait un match mémorable. 
« Ça a été pas mal cool. Je me souviens quand l'édifice a été construit et qu'il s'appelait le Palladium. À l'époque, c'est (Daniel) Alfredsson qui était le meneur de l'équipe. Jouer devant ma famille et mes  amis a été très excitant, je pense que ma mère ne m'avait pas vu jouer en personne depuis six ans », a dit le cerbère âgé de 31 ans, qui est le plus petit gardien au camp à 6' et 198 livres.
L'ancien des Grads de Navan dans la Ligue centrale a joué pour 18 équipes différentes dans sept ligues depuis qu'il a terminé son stage junior à Kingston, après l'avoir amorcé à Guelph. Depuis sa dernière saison dans la Ligue américaine en 2012-2013 avec le Heat d'Abbotsford, il a trimbalé son baluchon et ses grosses jambières en Suède, en République tchèque, en Croatie et en Russie. La dernière campagne, partagée entre les clubs de Zagreb et de Novosibirsk dans la KHL, a été sa meilleure avec une moyenne de 1,75 et un taux d'efficacité de ,940 avec cette dernière formation.
« Revenir ici, c'était la bonne chose à faire pour moi. J'habite à Kingston pendant la saison morte, donc là je vais pouvoir habiter à la maison pendant la saison (Belleville est à 40 minutes de route), ce qui est assez inhabituel pour un joueur de hockey. Avec trois enfants de moins de quatre ans et demi, c'est un gros facteur. Je reviens à ce qui est plus familier, une petite glace où les jeux se font plus rapidement... J'ai hâte de voir comment ça va se passer, mais je ne regarde pas trop loin devant, j'essaie de m'améliorer jour après jour », a-t-il souligné.
Högberg, le jeune cerbère suédois de 22 ans, a pour sa part dit qu'il ne s'est pas senti intimidé à se présentant au Air Canada Centre mardi soir, alors qu'il a repoussé tous les 16 lancers dirigés vers lui.
« Le rythme de jeu était rapide, mais j'ai fait de mon mieux pour tenir mon bout. Je sais que j'ai encore beaucoup de travail à faire pour m'adapter à la grandeur de la patinoire. Mais j'aime ça jouer devant beaucoup de monde comme on l'a fait mardi, c'était amusant », a-t-il dit.
Entre les lignes
Blessé à l'aine, l'ailier Ryan Dzingel a patiné légèrement au début de l'entraînement du groupe B mercredi matin, tout comme Nick Paul, qui se remet d'une entorse à une cheville. Les deux en ont encore pour quelques jours avant de pouvoir espérer disputer un match... Le gardien Mike Condon racontait en rentrant au vestiaire qu'il a été atteint pas moins de six fois en plein masque lors de la pratique, les joueurs ayant peine à contrôler leurs tirs en raison du piètre état de la glace.